SFSIC-Infos

Annotez le «Web sous tensions» !

 

Annotez le «Web sous tensions» !

https://espacestemps.co-ment.com/text/vsMAqHUTfIi/view/


Un petit groupe franco-canadien de chercheurs propose de reprendre le processus d'écriture collective initié au sein du Rtp-doc sous la signature collective de Roger T. Pédauque. La première version du texte, ''Le web sous tensions'', est maintenant en ligne et vous pouvez l'annoter. Et n'hésitez pas à le faire savoir auprès d'éventuels contributeurs. Plus le texte sera annoté, plus il pourra être amélioré. L'interface permet les annotations directes sur le texte.

---

Le web sous tensions, Roger II Pédauque Version du 18 février 2011 https://espacestemps.co-ment.com/text/vsMAqHUTfIi/view/

 

Résumé du texte :

 

« Il faut prendre au sérieux l'interpellation de Tim Berners-Lee sur une science du web. Les humanités numériques, à condition de dialoguer étroitement avec les disciplines informatiques, pourraient être le creuset d'une réflexion véritablement transversale et interdisciplinaire sur le web.


Dans cette perspective, le web peut être analysé comme un média en émergence en tension entre deux pôles : information et communication. Tension qui se décline sur les dialectiques publication/conversation et signe/signal et qui donne lieu à des résolutions ou pose encore des défis que l'on peut lire au travers de la distinction pédauquienne forme-texte-médium.


Cette tension se concrétise notamment par, l'intégration dans le document d'une dimension temporelle affirmée. Celle-ci remet en cause les pratiques professionnelles de l'archivistique. Elle touche toutes les étapes de la vie du document et bouleverse sa notion même. Dès lors, on peut s'interroger pour savoir si un critère de sa définition ne serait pas une stabilité, même relative, que l'on peut repérer dans les réponses à une requête.

Même récent, le web a une histoire. Pour ses concepteurs, nous sommes aujourd'hui, après le web des documents, à l'étape du web de données qui est à la fois la réalisation pratique et une évolution de l'idée d'un web sémantique, lancée par T. Berners-Lee en 2001. Il est difficile de raisonner globalement sur le web comme un système à base de connaissance à cause de problèmes de cohérence ou encore de confiance, il est plus facile d'articuler des unités d'information élémentaires comme des données, moins dépendantes du contexte interprétatif. Dès lors, un effort est proposé pour rendre les données accessibles et les lier grâce à un langage commun. Deux pistes se poursuivent en parallèle : celle du web sémantique originel, mais réservé à des domaines limités et structurés, celle du web de données sur un web ouvert. Et malgré la difficulté d'échapper aux visions partielles, la couche de données apparaît de plus en plus comme une couche faisant la relation entre le web traditionnel et le web logique.

 
L'ensemble de ces éléments sont portés par un récit, une ou des utopies, qu'il faudrait mieux analyser et dont il faudrait mieux percevoir les effets et se concrétise par l'émergence d'une nouvelle profession, les architectes de l'information. »

 
---

 
Pourquoi cette initiative alors qu'il existe déjà trois textes de Roger et que l'aventure accompagnait une organisation aujourd'hui oubliée du Cnrs-Stic en réseaux de chercheurs ?

  • Tout d'abord le contexte du web a changé. Sans être obsolètes, les précédents textes de Roger s'appuyaient sur la situation du numérique du début du millénaire en essayant de pointer les défis à venir.  Les thèmes éclairent  la situation actuelle. Mais le web bouge et il faut réajuster le projecteur pour les années à venir.
  • Ensuite, il existe toujours un besoin pour des réflexions réellement interdisciplinaires sur le web. De ce côté, il semble l'on n'a pas beaucoup avancé. Et pourtant, seul un dialogue approfondi et interdisciplinaire sera vraiment productif pour comprendre le web. 
  • Enfin à côté de la publication qui régule aujourd'hui l'économie scientifique, la concurrence des carrières et des egos, il est utile de produire des textes collectifs, transversaux, indépendants, mettant en perspective les différentes dimensions disciplinaires sur ce média envahissant qui se construit sous nos yeux, non pas pour bâtir un consensus mais bien pour repérer où sont les accords, les différences ou les divergences et par là avancer chacun notre réflexion par une réelle confrontation interdisciplinaire.
  • Et puis, il existe aujourd'hui des outils et une pratique bien plus développée du dialogue sur le web que du temps de Roger 1er. Il faut poursuivre et élargir les expériences alternatives de production scientifique.


Les responsables de la première version et de la synthèse : Bruno Bachimont (UTC-INA), Valérie Beaudouin (Télécom ParisTech), Jean Charlet (Inserm), Dominic Forest (Université de Montréal), Benoit Habert (ENS-Lyon), Jean-Philippe Magué (ENS-Lyon), Yves Marcoux (Université de Montréal), Alain Mille (Université Claude Bernard - Lyon 1), Vincent Quint (Inria),  Jean-Michel Salaün (Université de Montréal - Collegium de Lyon).

Souhaitons que, comme dans les rédactions précédentes, les scientifiques, académiques, professionnels et experts soient nombreux à lire et annoter ce texte. Le succès de la formule dépend du succès de cet appel. Les expériences précédentes ont montré que l'intégration des commentaires de la première version conduisait à un texte bien plus riche et sur certaines parties fort différent de l'original. Cette version sera disponible pendant un gros mois. Plus vous annoterez tôt, plus vous aurez la chance d'initier des réactions.

 

Journée doctorale de l'Afeccav


 

JOURNÉE DOCTORALE DE L’AFECCAV

Association française des chercheurs et enseignants-chercheurs en cinéma et audiovisuel (www.afeccav.org)

 

VENDREDI 9 SEPTEMBRE 2011

 

Organisation : Emmanuelle André, Jacqueline Nacache, Pierre-Olivier Toulza

 

Université Paris-Diderot

Site des Grands Moulins, Bâtiment C

5 bis rue Thomas Mann

75013 Paris

 

Appel à communications

 

L’AFECCAV organise le vendredi 9 septembre 2011 une journée doctorale qui aura lieu à l’université Paris-Diderot, site Grands Moulins.

Cette journée vise tout d’abord à réunir les doctorants dont la recherche, quelle que soit la discipline, inclut dans son champ de réflexion le cinéma, la télévision ou les nouveaux médias audiovisuels. Elle sera l’occasion de rencontres et de débats avec les enseignants-chercheurs des disciplines concernées, et informera son public sur le fonctionnement de l’institution universitaire (CNU, comités de sélection, parcours du doctorant), au cours de présentations générales qui auront lieu lors de séances plénières.

Les doctorants avancés, c’est-à-dire ceux qui auront, à la rentrée 2011, au moins deux années pleines d’inscription en doctorat, pourront présenter publiquement leur travail au cours de cette journée.

À la différence des journées doctorales précédentes, les interventions ne se limiteront plus à une simple présentation de la thèse et des pistes de recherche. On attend désormais, comme lors de tout colloque scientifique, une communication autonome, susceptible de donner lieu à publication, par exemple une étude de cas qui illustre la problématique de la thèse. La durée en sera de vingt minutes, extraits éventuels compris.

Ces communications permettront par ailleurs aux doctorants débutants, auditeurs de cette journée, de réfléchir sur le travail de recherche doctorale dans des champs méthodologiques variés, sa dynamique et ses enjeux.

Les propositions de communication, d’une dizaine de lignes, devront mentionner : les coordonnées complètes de l’intervenant, le titre de la thèse préparée, l’université, le nom du directeur de thèse, la date de première inscription. Elles seront envoyées par courrier électronique, aux trois adresses suivantes :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Date limite pour l’envoi des propositions : 31 mars 2011.

 

Les propositions seront examinées par le comité scientifique, qui communiquera ses réponses aux candidats au plus tard le 15 mai 2011.

 

Comité scientifique : Emmanuelle André, Joël Augros, Philippe Bourdier, Jacqueline Nacache, Geneviève Sellier, Pierre-Olivier Toulza.

 

L’adhésion à l’AFECCAV est obligatoire pour participer à la journée doctorale.

Frais d’inscription à la journée :  15 euros (déjeuner offert à tous les participants)    

Prix de thèse Jacques Dondoux


 INSTITUT DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES SUR LES TÉLÉCOMMUNICATIONS


Le Prix Jacques DONDOUX récompense depuis 30 ans « une personne dont les recherches ou les réalisations éclairent le domaine des télécommunications, de l’audiovisuel ou de la communication, en matière économique, sociale, juridique ou politique, d’une façon personnelle, originale et novatrice ».

Ce prix a distingué dans le passé une vingtaine d’étudiants de troisième cycle, généralement à l’occasion de la soutenance de leur thèse de doctorat. Il a souvent été mis à profit pour publier ces thèses.
La carrière ultérieure de tous ces lauréats a prouvé que cette distinction avait repéré leur potentiel novateur, dans des domaines comme l'université, la recherche en sciences sociales, l'industrie et même les nouveaux services du web!

Lire la suite : Prix de thèse Jacques Dondoux

Séminaire Communication et Développement Durable 2011-04-07


 Séminaire inter-universitaire
Communication et Développement Durable

 

Séance coordonnée par Milie Théodora MIERE PELAGE

 

Jeudi  7 avril 2011

 

Lieu : IUT de Mantes en Yvelines

 

PROGRAMME PREVISIONNEL

 

 

13h00                  Samir ALLAL, Directeur de l’IUT de Mantes, Annie BARTOLI, Directrice du Larequoi / ISM

 

13h30 – 14h45 :

Discutant : Nicole D’ALMEIDA, Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication, CELSA, Université Paris 4- Sorbonne

 

-        Présentation 1 : Frédéric LOURADOUR, Enseignant-Chercheur, Vice-Président chargé du développement durable UVSQ

-        Présentation 2 : Béatrice BELLINI, Maître de conférences, REEDS, Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines,  «  Un impératif réglementaire, source de marketing vert : le cas de l’affichage environnemental »

-        Présentation 3 : Aida BENSARI, Doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication, Université d’Evry,  « Communication du développement durable et résistances au changement : le cas du Maroc"

 

 

14h45 - 16h00 :  

 

Discutant : Claude MEYER, Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication

IUT d’Evry. « "Les apprentissages non formels dans la ville intelligente et durable".

 

-        Présentation 1 Michel ARNAUD, Professeur en Sciences de l’Information et de la Communication,

Université de Nanterre : « Deux études doctorales sur le mobile learning en Afrique »

-        Présentation 2 : Servet BIYOKO Maître de conférences, Université Marien Ngouabi, Congo & Ghislain N’GANGA-LOUBOUA, information, Responsable Moodle Ecole Supérieure du Littoral Congo, « La prise en compte des questions d’environnement et de développement durable dans la formation des étudiants de EST Littoral »

 

16h-17h30

 

Discutant : Milie Théodora MIERE PELAGE, Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, Larequoi / ISM, Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines

 

Présentation 1 : Céline Hervé BAZIN, Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, CELSA, Université Paris 4- Sorbonne,  « Eau et développement durable »,

Présentation 2 : Stéphanie PROUTHEAU, Doctorante en Sciences de l’Information et de la Communication, CELSA, Université Paris 4- Sorbonne,  «  Risque à l'heure de la mondialisation, la question des OGM »

Présentation 3 : Renate KRIEGER, Journaliste, « Forum Social Mondial de Dakar »

17 : 30       Clôture

icon Séminaire Communication et Développement Durable 2011-04-07 (1.02 MB)

 

Appel à comm. : In-formation et communications organisationnelles

   Appel à communication

Colloque international

« IN-FORMATION ET  COMMUNICATIONS ORGANISATIONNELLES :

ENTRE NORMES ET FORMES»

 

Les 08 et 09 septembre 2011 à l’Université Européenne de Bretagne - Rennes 2

 

Organisé par l’Equipe d’Accueil PREFics (PREFics.org)

Programmes  de Recherches Francophonie, Information Communication Sociolinguistique

 

En partenariat avec l’EHESP, la revue « Communication et Organisation », le Conseil Scientifique de l’Université Rennes 2, le Conseil Régional de Bretagne, le Conseil Général d’Ille et Vilaine, et Rennes Métropole.

 

 

Genèse du projet

Le programme de recherche  « Sociogénèse  des normes littéraires, linguistiques, communicationnelles et  organisationnelles » du PREFics (EA3207), de l’université Européenne de Bretagne - Rennes 2, organise un séminaire depuis 2008 sur le thème : « Entre normes et formes ». Nous travaillons sur des thématiques de recherche ayant trait à l’évolution des formes organisationnelles dans le contexte du développement et de la diffusion mondiale de normes de « bonnes pratiques » et de « bonnes organisations ». Celles-ci sont portées notamment, pour les normes de marché, par l’association internationale de normalisation ISO et ses organismes nationaux. Cette diffusion s’est également inscrite dans la dynamique créée par les sommets mondiaux sur la « société de l’information » organisés par l’Unesco. Il s’agit, dans ce programme, de prendre la mesure d’un aspect particulier mais massif de la mondialisation actuelle : le développement, en relation avec l’impartition et la sous-traitance, des logiques de pilotage par les normes et les projets. Ceci est rendu possible par le développement des dispositifs de numérisation généralisée des traces, des politiques générales de la mémoire et d’une compétition mondiale des formes organisationnelles qui accélère la dislocation des entreprises et des institutions qui paraissaient stables et pérennes. Ces évolutions affectent tous les niveaux d’échelle et ne se réduisent pas à de simples mutations organisationnelles vers une « société en réseau » ou vers de nouvelles formes institutionnelles stables.

=>  icon Colloque PREFIcs sept 2011 à Rennes 2 (1.55 MB)

 

Lire la suite : Appel à comm. : In-formation et communications organisationnelles

Publication : Les Médiations de l'écrivain

Vient de paraître :

Centre de recherche sur les médiations
(EA 3476, université Paul Verlaine-Metz,
université Nancy 2, université de Haute-Alsace)

LES MÉDIATIONS DE L'ÉCRIVAIN

Les conditions de la création littéraire


Sous la direction de
Audrey Alvès et Maria Pourchet

Collection Communication et Civilisation
ISBN : 978-2-296- 13911-4 ; 272 pages Prix éditeur : 26 €
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=33392                            

L’exercice littéraire implique différentes situations de communication qui concourent à l’existence, à la signification d’une oeuvre, comme à celle d’une personnalité auctoriale. Ces opérations peuvent être avantageusement comprises à la lumière du concept de médiation. Mobilisant, parmi les écrivains classiques ou contemporains, une quinzaine de cas, les contributeurs de cet ouvrage s’intéressent tour à tour aux avant-textes, aux paratextes, aux contraintes éditoriales, aux épreuves de la promotion médiatique ou de la reconnaissance. Un matériau qu’ils soumettent utilement au champ de questionnements suivant : que nous disent ces supports et processus de médiation des modalités de l’écriture ? Qu’éclairent-ils de la complexité des rapports de l’écrivain à son travail, à la réception de celui-ci, à sa propre image ? Que nous révèlent-ils du sens de l’oeuvre et de l’auteur, des représentations sociales du livre, de la littérature, de l’écriture, de l’écrivain d’hier et d’aujourd’hui ?


Avec la participation de : Audrey ALVÈS, Benoît BERTHOU, Oriane DESEILLIGNY, Gian Luigi DI BERNARDINI, Sylvie DUCAS, Solenn DUPAS, Franck DUPONT, Milena FUCIKOVÁ, Cécile GIRARDIN, Shawn GORMAN, Jonathan HAUDOT, Susan KOVACS, Buata MALELA, Myriam PONGE, Maria POURCHET, François PROVENZANO, Delphine SAURIER.

Communication des Patrimoines

Colloque international Jeunes Chercheurs
9-10 juin 2011, Université d’Avignon

Dans le cadre de l’école d’été Communication des Patrimoines, du 6 au 11 juin 2011 à l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, l’Equipe Culture et Communication de l’Université d’Avignon (Centre Norbert Elias, UMR 8562) organise un colloque international Jeunes Chercheurs conjointement avec le Doctorat international conjoint Muséologie, Médiation, Patrimoine et l’Ecole doctorale internationale Culture, Education, Communication.

Lire la suite : Communication des Patrimoines

Les mutations de l’information et des médias locaux et régionaux:

 

Colloque international organisé par le LERASS (EA 827)

Toulouse, jeudi 20 et vendredi 21 octobre 2011

http://medias-locaux.info/

Appel à communication

Les mutations de l’information et des médias locaux et régionaux:

économie, contenus, usages et pratiques profess ionnelles.

 

Les formes politiques de médiation de l’espace public local et régional se sont largement développées depuis les

lois de décentralisation de 1983, mais d’autres lieux de médiation, bien plus anciens pour certains d’entre eux,

jouent toujours un rôle de première importance. Ces lieux sont constitués par ce que l’on appelle les médias

locaux et régionaux qui se déploient dans des aires de distribution et de diffusion bien délimitées. Ces médias

sont des institutions sociales, économiques et politiques chargées de la sélection, de la mise en forme et de la

transmission des informations et des débats locaux et régionaux.

Le paysage de l’information locale et régionale semble a priori marqué par une forte diversité d’acteurs.

Décrochages régionaux et locaux de France 3, télévisions de villes et de pays, radios locales et décrochages

locaux des radios nationales, groupes de presse régionaux et journaux départementaux ou locaux indépendants,

généralistes ou spécialisés, informations venant des acteurs politiques, économiques, sociaux et institutionnels,

d’associations ou de citoyens, sous diverses formes (bulletins, journaux…), sites web de tous ces intervenants

mais aussi pure-players spécialisés dans l’information, tous participent à l’animation de l’espace public local et

régional.

Lire la suite : Les mutations de l’information et des médias locaux et régionaux:

Mémoires et Internet

Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie de l’ouvrage :

 

Mémoires & Internet

Sous la direction de Nicole Pignier & de Michel Lavigne

 

Le travail de mémoire est-il remis en cause sur l’Internet ?

 

Cet ouvrage invite à se défaire de l’apparente évidence des discours sur l’Internet pour (ré) interroger les effets des usages de ce méta-médium sur la mémoire humaine. Des chercheurs canadien, belge, italien, français nous font partager leurs réflexions tant sur la production de mémoire individuelle, collective via les supports médiatiques propres à l’Internet que sur le travail de mémorisation possible via ces derniers. Les auteurs, issus de disciplines différentes, bouleversent les a priori sur la question avec des angles d’approche complémentaires.

Ce numéro de MEI s’adresse à tous les spécialistes de la communication mais aussi à tous ceux, particuliers, professionnels, étudiants, qui s ’intéressent aux rapports d’influence que les médias entretiennent avec la mémoire humaine.

 

MÉMOIRES ET INTERNET MEI n°32
Sous la direction de Nicole Pignier et de Michel Lavigne
L’Harmattan, janvier 2011.

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=numero&no=33252

Lire la suite : Mémoires et Internet

‘Ecrans et médias’. Multiplication des écrans et relations aux médias


MEI 35: “ECRANS et MEDIAS”
Coordonné par Thierry Lancien
A l’heure où les écrans numériques ne cessent de se multiplier et de se diversifier, on se demandera dans ce numéro comment cette situation affecte les relations entretenues avec leurs différents contenus médiatiques. On peut aussi faire l’hypothèse que la fréquentation de ces nouveaux médias (sites web, dispositifs multimédias interactifs, jeux vidéos, plate-formes mobiles, contenus de téléphonie mobile) qui a des spécificités que l’on décrira, influence celle des anciens médias.
Perspective historique et comparatiste
Un tel questionnement peut se faire sous un angle historique voire comparatiste, puisque la question des écrans, à travers le passage de l’écran de cinéma à celui de la télévision (écran dynamique, Manovich) puis de l’ordinateur (écran virtuel, Manovich) a été étudiée notamment dans le cadre de l’intermédialité et peut donc éclairer la relation aux écrans numériques.

Lire la suite : ‘Ecrans et médias’. Multiplication des écrans et relations aux médias