AAC

Colloque international CMCL’19

Utopie d’une culture mondialisée et réalité des pratiques communicationnelles locales

Communication et numérique en Afrique Subsaharienne francophone 

 

Propositions de communications attendues pour le 31/07/19 (prolongé au 27/08/19)

 

Depuis près de trois décennies, les transformations des manières de communiquer et de s’informer occupent les chercheurs qui interrogent les productions et les usages liés à l’internet, l’informatique et la téléphonie mobile. Même si le rôle joué par les réseaux socionumériques dans le « Printemps arabe » a fait l’objet de nombreuses recherches, les travaux francophones qui s’intéressent à la communication combinée au développement des technologies numériques en Afrique restent rares (Kiyindou, Kouméalo & Capo Chichi 2015, Chéneau-Loquay 2012).

Entre les prédictions de McLuhan sur le fameux « village global », les discours alarmistes de Paul Virilio (1993) sur les conséquences d’une accélération universelle de la communication, l’imaginaire attaché à la communication numérique semble imposer une vision qui écrase les particularités culturelles. Les approches socio-économiques ne sont pas en reste. Ainsi, longtemps focalisées sur les problèmes de fracture entre les pays économiquement développés et les autres (Le Guel 2004), les débats qui ont fait suite au rapport de la Commission McBride (1980) pour « un nouvel ordre mondial de l’information et de la communication plus juste et plus efficace », souvent désigné par l’acronyme NOMIC, révèlent un arrière-plan idéologique très universaliste.

  

À l’inverse de ces formes d'homogénéisation des mediascapes(Appadurai 1996) qui affectent non seulement les processus étudiés, mais aussi les manières d’en rendre compte, des chercheurs ont attiré notre attention depuis longtemps déjà sur l’inventivité du quotidien, des tactiques et du braconnage (de Certeau 2003). Ces travaux doivent être mis au service d’une meilleure intelligibilité des usages de technologies de la communication, pensées comme génériques et culturellement neutres par leurs promoteurs. Mais il faut alors éviter un double écueil : l’exaltation de la créativité individuelle au détriment de la prise en compte des environnements collectifs pluriels qui informent les pratiques ; la focalisation exclusive sur ces pratiques au détriment de l’observation croisée des imaginaires (tels qu’ils se construisent sur le long terme et s’animent dans des productions médiatiques diverses, s’opposent parfois violemment entre eux et avec ceux de l’observateur) ainsi que des conditions techniques, matérielles et économiques de ces pratiques.

Dans ce contexte, le colloque « Utopie d’une culture mondialisée et réalité des pratiques communicationnelles locales » a pour objectif d’explorer conjointement l’hétérogénéité des usages, des productions et des questions posées par la rencontre entre une offre technologique globalisée (Mattelart & alii 2015) souvent occidentalo-centrée et des cultures variées. La première édition portera sur l’Afrique Subsaharienne Francophone, territoire multiculturel, dont les contextes géopolitiques contemporains posent des questions particulièrement vives pour la recherche en communication.

Ces questions intéressent principalement la communauté des sciences de l’information et de la communication, mais l’apport de chercheurs venus d’horizons culturels et disciplinaires variés permettra d'aborder cette problématique très large que constitue la communication, notamment numérique, en zone sensible, selon différentes approches complémentaires.

 

Appel complet et informations pratiques disponibles au téléchargement.