SFSIC-Infos

Parution : Dossier de "Médiamorphoses" : "Monde arabe: les révolutions 2.0 n'ont pas eu lieu"

Dossier de "Médiamorphoses" consacré au sujet: "Monde arabe: les révolutions 2.0 n'ont pas eu lieu" (pp. 67-94), publié dans le n°30 de la revue "Médias", coordonné par Riadh Ferjani et Tristan Mattelart

Avec les contributions d'Abdelfettah Benchenna, Youssef El-Chazli, Riadh Ferjani, Olivier Koch, Tristan Mattelart et Thameur Mekki
Le sommaire du dossier, l'introduction et les premières lignes de chaque article sont disponibles  à l'adresse suivante:

Journée d'étude : "Alfred Schütz aujourd'hui ?"

Journée d'étude : "Alfred Schütz aujourd'hui ?"

6 OCTOBRE 2011 de 13H00 À 18H00

http://paragraphe.info/content/view/136/108/lang,fr/

Lieu : Pole universitaire de Gennevilliers, 1er étage, salle J149, Pôle Universitaire de Gennevilliers

ZAC Barbanniers, 1, avenue Marcel Paul, 92230 Gennevilliers, France.

 

INTRODUCTION

Dans le cadre de la réflexion initiée en 2008  sur les fondements épistémologiques des Sciences de l’Information-Communication, l’équipe de recherche INDEX, sous la responsabilité de Madjid Ihadjadene et Pierre Quettier, ouvre un cycle de séminaires sur la thématique :

« Information-Communication et construction du sens, vers une compréhension subjective des phénomènes »

Notre intention est d’interroger ainsi les sources et les usages des modèles phénoménologiques (Schütz, Garfinkel, etc.), pragmatiques (Mead, Goffmann, Birdwhistell, etc.) et constructivistes (Bateson, Watzlawick, etc.) aujourd’hui au regard de nos objets de recherche et d’en projeter, autant que possible, de nouvelles. Nous entamerons ce cycle avec un des initiateurs majeurs de la phénoménologie sociale, Alfred Schütz, en présence de l’un des spécialistes et traducteurs de son œuvre, Thierry Blin.

PROGRAMME

Les communications dureront de 15 mn à 30 mn suivies d’échanges avec les auditeurs.

13H00-13H15    
Ouverture par Madjid Ihadjadene & Pierre Quettier (Université Paris 8)

13H15-14H00    
Conférence invitée de Thierry BLIN (U. Montpellier 3): concepts fondamentaux de la phénoménologie schützéenne

14H00-14H30    
Stavroula Bellos (U. Paris 8) - Epistémologie et méthodes en sciences humaines et sociales

14H30-15H00        
Béatrice Arruabarrena (U. Paris 8) - Applications mobiles et valorisation de données en contexte : Les pratiques de quantification de soi en tant que processus constitutifs d'une "connaissance augmentée" de soi

15H00-15H30 
Claire Noy (U. Montpellier 3) - Projets d'acteurs et intentions de recherche interactionniste

15H30-16H00    Pause Café

16H00-16H30   
Hakim Hachour & Madjijd Ihadjadene (U. Paris 8) - Pratiques informationnelles et vie quotidienne : contribution du concept de "Système de pertinence" schützéen au problème de la compréhension

16H30-17H00    
Safia Abouad (U. Paris 8) - Partage de savoirs en situation : apports de la thèse     des perspectives réciproques d'Alfred Schütz

17H00-17H30    
Pierre Quettier (U. Paris 8) - Ethno-phénoménologie d’un kata de     transmission de la tradition japonaise

17H00-18H00    Discussions et clôture

PRÉSENTATION DE LA THÉMATIQUE

Les travaux d’Alfred Schütz (1899 – 1959), phénoménologue et sociologue, constituent une ressource indéniable pour les sciences humaines et sociales mais leur valorisation effective relève plus souvent d’un « coup de chapeau au passage » que d’un usage et d’une référence précise aux concepts et méthodes novateurs qu’il a très tôt proposés. Schütz a développé une phénoménologie sociale comme « théorie et méthode de modélisation du monde social » qui est à la base du constructivisme social. Il s’est inspiré notamment des travaux d’Husserl en phénoménologie (comme science de l’expérience des phénomènes, de la conscience et de la conscience de soi), de Scheler en anthropologie culturelle, de James en psychologie, et de Parsons et Weber en sociologie. Schütz fut l’un de ceux qui posèrent le problème de la qualité de l’observateur, le principal instrument de mesure en sciences humaines, qui est lui-même un acteur social. Schütz a défini les deux fondations de l’action chez un acteur social : le monde pris pour allant de soi (taken for granted), celui où l’acteur n’approfondit pas l’analyse des éléments qui l’entourent, et ce, jusqu’à nouvel ordre (Schütz 1967, p.74) ; et une situation biographiquement déterminée par un ensemble d’expériences unifié dans un moment : cette situation serait le point de départ d’une projection dans l’« agir » (Schütz, 1962, p.76).
Les traductions françaises, initiées par Thierry Blin dans les années 90 (Blin, 1995, 1998, 1999), ont vu un regain d’intérêt ces dernières années (Schütz, 2007a, 2007b). Bien qu’il soit très difficile de résumer l’œuvre de Schütz en quelques lignes, nous osons synthétiser sa problématique ainsi : « Comment le sens émerge dans l’action ? Qu’est-ce-qui « fait sens » pour l’acteur ? Comment la compréhension mutuelle est-elle substantivée dans le monde-de-la-vie ? ».

Schütz peut être considéré comme un pré-cogniticien lorsqu’il traite avec précisions du processus interprétatif et du stock de connaissances de sens commun (& Luckmann, 1973, 1989), comme un méthodologue des sciences sociales lorsqu’il questionne la rationalité scientifique, comme un pré-cybernéticien lorsqu’il dit devoir s’intéresser autant aux causes – l’étiologie – qu’aux objectifs de l’action – la téléologie (Pharo & Quéré, 1990), comme anthropologue de la communication lorsqu’il développe sa théorie du tuned-in relationship (2007b)…

…Force est de constater que les propositions schützéennes se sont diffusées, peut être même diluées parfois, au sein de disciplines très diverses : sa théorie de la pertinence a été utilisée en sciences de la documentation (Saracevic, 2006), son modèle sémiotique de l’organisation sociale et de la réalité a fondé le constructivisme social de Berger et Luckmann (1986), sa « thèse générale des perspectives réciproques » a participé à l’élaboration du « tournant social » des sciences de l’information, du courant du Computer Supported Cooperative Work (Crabtree, 2003 ; Munro et al., 1999) et de l’approche située des interactions homme-machine (Suchman, 1987), ses réflexions sur le raisonnement sociologique pratique est aux fondements de l’ethnométhodologie (Garfinkel, 1967), sa contribution à l’approche cognitive en ergonomie (Theureau, 2006)…

Notre intention pour ce séminaire de recherche sera de faire un premier état de recherches en information-communication qui font un usage spécifique et reconnu des concepts et méthodes introduites par Schütz. Pour ce faire, nous posons la question suivante à nos collègues intéressés à participer : 
Comment l’œuvre de Schütz contribue-t-elle, ou pourrait-elle contribuer, à la compréhension des phénomènes info-communicationnels ?

 

AAC - Usages et pratiques des publics : Des médias classiques aux TIC

MIGRINTER (UMR 6588) de l’université de Poitiers et LARLANCO de l’Université Ibn Zohr, en partenariat avec la Société française des sciences de l’information et de la communication (SFSIC), organisent le colloque international :

« Usages et pratiques des publics :

Des médias classiques aux TIC »

Agadir, du 4 au 6 avril 2012

 

L’évolution de nos sociétés ces dernières décennies, dont le moteur principal est la technologie numérique, a engendré des bouleversements radicaux tant sur le plan social, économique que politique. En effet, le rôle joué par les technologies de l’information et de la communication, et notamment les réseaux sociaux dans les révolutions en Tunisie et en Egypte a montré l’émergence de nouveaux usages dans cette région du monde mais également la transformation de l’ordre politique par l’usage des moyens de communication « de masse ».

Ces usages se révèlent radicalement différents comparés aux publics des générations précédentes, notamment de la presse, la radio et la télévision qui représentent des formes variées de communication à sens unique (Buhler, 2011) et dont le coût prohibitif les réservait aux pouvoirs établis.

Il s’agit ainsi de saisir les permanences et les ruptures propres à cette région en matière de consommations médiatiques. Notre perspective privilégie le lieu à partir duquel il devient possible de saisir l’interaction entre l’espace de production et celui de la réception d’une part, et d’autre part, les processus d’appropriation des formats industriels dans leur diversité sociale et culturelle (Martin-Barbero, 1987). Elle s’inscrit dans une tradition des SIC qui conçoivent que les cultures s’élaborent et se transmettent à travers des processus et des dispositifs de communication ; d’où la nécessité d’en observer les formes comme circulation de messages, et de les étudier à partir des supports utilisés. Les pays du Sud de manière générale et le monde arabe en particulier sont-ils en train de développer de nouveaux processus de production et de diffusion ?

Jusqu’à présent, les recherches portant sur le champ médiatique et les espaces publics de manière générale dans les pays arabes font figure d’exception. Cette situation est propice à toutes sortes de prophétisme sur « l’opinion publique arabe ». L’avènement de chaînes transnationales comme Al-Jazeera a favorisé une approche par les SIC avec une préférence notable pour les médias du Machrek au détriment des médias du Maghreb.

C’est que l’influence des médias transnationaux apparus au milieu des années 1990 sur les pratiques des publics est à prendre sérieusement en compte. Comment cette influence intervient-elle dans les démarches et stratégies d’adaptation des audiences, leur intégration, les recompositions et réinventions identitaires, les mobilisations politiques ou linguistiques, etc. ?

Cette dimension transnationale de l’offre médiatique demeure peu mesurée dans les faits. Or, elle tend à se pérenniser : le marché est en perpétuel renouvellement, il constitue un enjeu pour les Etats du Sud comme pour l’Europe en raison de la présence des « minorités » (ethniques, culturelles, religieuses, etc.) dans ces pays. Que font les publics des productions médiatiques aussi bien classiques que nouvelles qu’ils reçoivent ? Il s’agit de contextualiser les pratiques de consommations médiatiques des publics au plan de la presse écrite, de la radio, de la télévision et d’internet.

A partir de l’analyse des consommations médiatiques, comment peut-on aborder la question d’une « opinion publique arabe » ? Si on convient que les cultures des audiences et la culture des médias interagissent, il s’agit de saisir l’espace de production des messages et l’espace de réception comme lieu d’interaction. Partant de ce constat, sous quelles formes peut-on caractériser les processus d’appropriation des formats industriels dans leur diversité sociale et culturelle ?

Dans ce sens, Internet avec le web2.0 et notamment ses réseaux sociaux comme Twitter et Facebook, la convergence téléphonie/Internet le tout combiné à une baisse des coûts d’équipement et de connexion, parfois dans un contexte de « fracture numérique », ont-ils permis un déplacement paradigmatique de l’information en faveur de la généralisation d’une information indépendante et la possibilité d’agir « en concert » si l’on emprunte l’expression de H. Arrendt ?

Afin de réponde à ces interrogations, ce colloque encouragera les communications pluridisciplinaires liant intimement l’analyse des usages classiques dans une perspective comparative aux usages des TIC.

 

Les axes proposés sont :

1. TIC et potentialité d’ouverture, de désenclavement et de valorisation des territoires de toutes sortes.

2. Médias, médiation, espace public et coopération Nord-Sud

3. Constructions identitaires, usages médiatiques des minorités ethniques, culturelles, linguistiques, religieuses, régionales, etc.

4. Usages des publics et politique de l’offre des médias.

5. TIC et communication interculturelle

 

icon AAC - Usages et pratiques des publics : Des médias classiques aux TIC

Calendrier et Modalités : 

- Date limite de soumission des propositions de communication (2 500 signes, résumé + nom de l’auteur, fonction et adresses électronique et postale, numéro de l’axe) : 15 octobre 2011 aux adresses suivantes : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. , Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Les propositions seront évaluées en double aveugle par le comité scientifique.

- Date de notification de la décision du comité scientifique : 31 octobre 2011.

- Date de réception des articles complets (25 000 signes espaces compris) : 15 janvier 2012.

- Date de notification d’acceptation définitive : mars 2012.

- Publication des actes : pour le colloque.

 

Frais d’inscription :

Les frais d’inscription comprenant les actes, les pauses café et les déjeuners sont de 100 euros pour les enseignants-chercheurs français et de 75 euros pour les doctorants français pour les 3 jours. Pour les enseignants chercheurs marocains, les frais d’inscription sont de 1000 dhs et de 500 dhs pour les doctorants.

Pour l’hébergement, une liste d’hôtels à un tarif préférentiel sera proposée par les organisateurs du colloque.

 

Comité scientifique

Driss Ablali, Maître de conférences- HDR. Université de Franche-Comté

Christian Agbobli, Professeur. Université du Québec à Montréal

Abderrahmane Amsidder, Professeur de l’Enseignement Supérieur. Université Ibn Zohr, Agadir

Valérie Carayol, Professeur des Universités. Université de Bordeaux

Lucienne Cornu, Professeur émérite. Université Aix Marseille III

Fathallah Daghmi, Maître de conférences. Université de Poitiers

Philippe Dumas, Professeur émérite. Université du Sud, Toulon-Var

Jamal Elachmit, Professeur Assistant. Université Ibn Zohr, Agadir

Abderrazzak El Abbadi, Professeur de l’Enseignement Supérieur. Université Ibn Zohr, Agadir

Gino Gramaccia, Professeur des universités. Université Bordeaux 1

Abdelfettah Nacer Idrissi, Professeur de l’Enseignement Supérieur. Université Ibn Zohr, Agadir

Abdeljalil Idrissi, Professeur de l’enseignement supérieur, Université Ibn Zohr Agadir

Abdelkhaleq Jayed Professeur de l’Enseignement Supérieur. Université Ibn Zohr, Agadir

Soheil Kash, Professeur. Université Laval, Québec

Alain Kiyindou, Professeur des Universités. Université de Bordeaux

Riadh Ferjani, Professeur. IPSI, Université la Manouba, Tunis

Smaïl Kouttroub, Enseignant chercheur, Institut Universitaire de la Recherche Scientifique, Rabat

Aurélie Laborde, Maître de conférences. Université Bordeaux 3

Mohamed Lakhdar Maougal, Professeur. Ecole nationale supérieure de journalisme d’Alger

Olfa Lamloum, Chercheure. Institut français du Proche-Orient, Beyrouth

Brigitte Lepez, Professeur des Universités. Université Charles de Gaulle Lille 3

Hassan Moustir, Professeur de l’Enseignement Supérieur Assistant. Université Mohammed V – Agdal, Rabat

Nicolas Pélissier, Professeur des Universités. Université Nice Sophia Antipolis

Olivier Pulvar, Maître de conférences. Université des Antilles et de la Guyane

Farid Toumi, Professeur Habilité. Université Ibn Zohr, Agadir

 

Comité d’organisation

Farid Toumi, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Fathallah Daghmi, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Abderrahmane Amsidder, Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Colloque : Traces numériques et recrutement, le Havre, 13/10/2011


Au Havre, Le 13 octobre 2011 

Au département INFOCOM de l’IUT
Quai Frissard (face à la gare)

TRACES NUMERIQUES et RECRUTEMENT

Colloque pluridisciplinaire et pluriacteurs

Direction scientifique :

Pour l’INFOCOM : Pr. Béatrice GALINON-MELENEC (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)
Pour l’Informatique : Pr. Cyrille BERTELLE  (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

Maîtres de conférences animateurs des tables rondes :

Pour l’INFOCOM : Sami Zlitni (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)
& Fabien Liénard (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)
Pour l’Informatique : Alexandre Pauchet (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)


Organisation/administration :

AVANT ET APRES LE 13 OCTOBRE : le CIRTAI
Responsable administrative du CIRTAI Francoise Guyot Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tel du secrétariat : 02 32 74 41 35

LE 13 OCTOBRE : le département INFOCOM
Directeur  du département INFOCOM : Sami ZLITNI Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Secrétaire : Liliane ROUZES  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Tel du secrétariat : 02 32 74 48 05


ARGUMENT

À l’heure où “l’Allemagne envisage de légiférer pour bannir les recruteurs du réseau social le plus fréquenté du monde”1 et où les DRH (Directeurs des Ressources Humaines) déclarent “stocker des profils Linked In, Viadeo ou Facebook, de surcroît présélectionnés par des collaborateurs, est un vrai gain de temps et d’argent pour les services RH”2 (RH = Ressources Humaines), la question de la place des traces laissées sur le Web dans le choix des recruteurs devient cruciale.

Le colloque 2011 Traces numériques et recrutement (T.N.R) se situe à l’interface de deux recherches : une recherche théorique sur le sens à donner à la trace humaine (L’Homme trace, CNRS éditions, 2011) et une recherche appliquée de trois ans « Traces numériques, discrimination et recrutement » qui vise à cerner quelle est la place que donnent les recruteurs aux traces laissées sur le Net par les candidats et en quoi leur traitement donne lieu à discrimination ou à opportunité de développer la diversité dans l’entreprise.

En ce qui concerne la recherche des traces numériques relatives à l’individu, on sera amené à distinguer les traces laissées par l’individu lui-même sur des sites de socialisation et les traces dues aux archives numériques de différentes organisations dont il dépend. Nous verrons en quoi elles diffèrent et l’analyse de leur éventuel assemblage.

Les chercheurs en informatique interviendront pour apporter leur expertise quant aux accès aux traces disponibles et à leurs synthèses via des graphes identitaires ainsi qu’aux services qui les rendent intelligibles.

Pour en savoir plus sur les pratiques (dans le cadre de l’estuaire de la Seine, de la Haute Normandie et de l’axe dit du « Grand Paris »), nous souhaitons faire appels aux acteurs en mesure de nous faire part de l’Etat des lieux de l’usage du numérique en matière de recrutement sur ce territoire.

Le but de ce colloque est de contribuer aux fondements théoriques et méthodologiques indispensables pour mettre en place un protocole d’observations et d’expériences dont les objectifs opérationnels se déclinent de la façon suivante :

  • - repérer les pratiques de recrutement prenant en compte les traces numériques et identifier les usages du côté des candidats comme des recruteurs,
  • - produire une synergie de recherche entre chercheurs de plusieurs disciplines relevant des mêmes territoires (estuaire, Haute Normandie, Axe Grand Paris) pour produire une recherche innovante sur le thème,
  • - permettre par un retour de la synthèse des interactions théories/pratiques un contenu sous forme d’ouvrage de référence susceptible de soutenir la formation initiale et continue correspondante (par exemple  pour la formation en DRH).

Télécharger le programme du colloque traces et recrutement, Le Havre, 13 octobre 2011

Programme


8H56 : arrivée du train en provenance de Paris
Précision sur le trajet suivi :
Quand on sort de la gare (côté taxi et bus), prendre la passerelle qui traverse le bassin et  conduit aux DOCKS du quai Frissard. L’IUT est derrière le parking.


9h 15 Accueil des participants dans le Hall de l’IUT quai Frissard
(Café, brioches, jus de fruits)


9H 30 Message d’accueil  

  • de l’université par Aziz Alaoui, Vice Président Recherche
  • de l’IUT par  Stéphane LAUWICK, directeur de l’IUT.

9H 45 Présentation des organisateurs :
RIGHT par Béatrice Galinon-Mélénec, CIRTAI par Benjamin Steck, LITIS par Cyrille Bertelle, Département INFOCOM par Sami Zlitni.


10H Liminaire
«  Faut-il interdire la chasse des traces numériques aux recruteurs ? »
Béatrice Galinon-Mélénec, Professeur en Sciences de l’information et de la Communication,  CIRTAI/UMRIDEES, LE HAVRE.


10H15 Conférences inaugurales : le sens de la trace, regards croisés 

  • « L’usage de la notion de trace en SIC », par Yves Jeanneret, Professeur en Sciences de l’information et de la Communication,  GRIPIC, CELSA PARIS IV SORBONNE.
  • « Suivre les traces. Observations de traces numériques et construction de sens », par Alain MILLE, Professeur en informatique, SILEX, LYON 1.

 

11H  Les pratiques de recrutement avant le numérique  Table ronde 1

animation par Sami Zlitni, maître de conférences en Sciences de l’information et de la Communication,  CIRTA/IDEES, LE HAVRE,CDHET

  • 11H : « Recrutement, l’intuition en dernière instance ? »,  Béatrice Galinon-Mélénec, Professeur en Sciences de l’information et de la Communication,  CIRTAI/UMRIDEES, LE HAVRE
  • 11h 20 : « Traces numériques et redocumentarisation de l’individu », Eric Delamotte, Professeur en Sciences de l’information et de la Communication, GRHIS, ROUEN.
  • 11H 45 : L'univers des traces numériques

 



Table ronde 2 : l’approche des chercheurs en SIC

Animation par Fabien Liénard, maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication,  CIRTAI/IDEES, LE HAVRE et LiDiFra ROUEN.

  • 11 H 45 « Identité numérique verticale : la normalisation garde-fou », Jacques Perriault,  Professeur émérite en Sciences de l’information et de la Communication PARIS OUEST NANTERRE, ISCC CNRS PARIS.
  • 12H 15 « Identité numérique volontaire et anonymisation des traces », Louise Merzeau, maître de conférences en Sciences de l’information et de la Communication, MoDyCo, université PARIS OUEST NANTERRE

12h 45 – 14H : Pause repas

14H30 L’approche des chercheurs en SIC (suite)

14 H 30 "Usages des traces par la publicité comportementale", Hervé Le CROSNIER, Maître de conférences en Sciences de l’information et de la Communication habilité à diriger des recherches, GREYC, CAEN, département informatique, en délégation ISCC CNRS PARIS.

Table ronde 3 : l’approche des chercheurs en informatique 

Animation par Alexandre PAUCHET, maître de conférences informatique, LITIS - INSA de Rouen

  • 15H « Modèles stigmergiques et traces dans des cartes conceptuelles", Cyrille Bertelle, Professeur en informatique, LITIS, LE HAVRE.
  • 15H30 « Traces d’interactions, traces d’utilisation  et utilisation des traces », Magali ollagnier Beldame, docteur en sciences cognitives, LIRIS LYON 1.
  • 16H  « L’appropriation cognitive des traces, Maryvonne Holzem », maître de conférences en Sciences du langage, LidiFra, ROUEN et Jacques Labiche, Professeur émérite en informatique, LITIS ROUEN.

16H30  Pause (brioches, jus et café)

16H 45   Exploration des applications du terrain

Table ronde  3 « Les pratiques dans l’estuaire de la Seine, paroles d’acteurs »

Chairwoman, Madeleine Brocard.

  • «  Candides ou raisonnées : les pratiques  des sites sociaux par les jeunes 18-25 ans, fréquentant la mission locale ; observations sur 8 mois », Clotaire N’DHA,  directeur de la MISSION LOCALE, LE HAVRE.
  • Politique de soutien au développement des pratiques des offres d’emplois (portail emploi- estuaire, site de recrutement en ligne Haute Normandie/ Grand Paris. Résultats portants sur 11 000 candidats. Francine FERET,  CCI, LE HAVRE.


17h45  Conclusion

  • « L’interprète des traces numériques, une nouvelle pratique divinatoire ? »
  • Emmanuël Souchier
  • Professeur  en Sciences de l’information et de la Communication
  • GRIPIC, CELSA- PARIS IV-SORBONNE


18h 30 FIN DU COLLOQUE

19H13 : Horaire du départ du train pour Paris


Pour en savoir plus :

http://rightunivlehavre.wordpress.com/

Parution - Qualifier des lieux de détention et de massacre

Maison des sciences de l’homme Lorraine
Centre de recherche sur les médiations
(université de Lorraine, université de Haute-Alsace)

AVIS DE PARUTION
Qualifier des lieux de détention et de massacre (4).
Dispositifs de médiation mémorielle
sous la direction de Béatrice Fleury et Jacques Walter

Presses universitaires de Nancy, 2011, 420 p., 20 euros

Achat en ligne
http://www.lcdpu.fr/collections/questionsdecommunication

Après avoir posé les bases de ce que recouvre la notion de qualification, puis traité des caractères territoriaux et humains qui particularisent certains lieux de mémoire, les chercheurs s’attachent ici à décrire, comprendre et mettre en perspective les dispositifs de médiation mémorielle. De quoi s’agit-il ? Donnant forme et visibilité au passé, ce type de dispositif est fondé sur des temporalités et spatialisations en tensions, fixant au présent des événements du passé en un lieu aux contours souvent mouvants, les tracés de faits anciens pouvant être redessinés au vu des impératifs contemporains.

Répondant par ailleurs à des objectifs de transmission, celui-ci voit se rejoindre visées et attentes mémorielles, agents de mémoire et visiteurs devant partager un langage et des références communes. Ainsi le choix des faits et personnalités qui feront l’objet d’une attention particulière est-il un élément déterminant du contenu transmis et des moyens sollicités pour le relayer. Les traces de la temporalité s’incarnent donc dans l’appropriation d’un événement dont on peut suivre les infléchissements de sens au fil du temps comme autant de stratifications. De fait, il est impossible d’opposer histoire et mémoire, un événement n’apparaissant aux contemporains que sous les traits de l’interprétation qui en est donnée.

Lire la suite : Parution - Qualifier des lieux de détention et de massacre

Parution - L'interprétation du patrimoine

Lancement du troisième numéro de la Revue de l’AQIP: L’interprétation du patrimoine (à télécharger).

Le dossier thématique porte sur les circuits patrimoniaux. La revue sera prochainement en ligne sur le site de l’association : http://www.aqip.ca. Les numéros précédents peuvent également y être consultés.

Contact: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
L’AQIP – L’association québécoise d’interprétation du patrimoine

icon AQIP - L'interprétation du patrimoine (5.25 MB 2011-09-21 11:04:38)

Colloque - Les cultures des Sciences en Europe

Colloque international

LES CULTURES DES SCIENCES EN EUROPE
Volet 2 : DISPOSITIFS, PUBLICS, ACTEURS, INSTITUTIONS

Strasbourg, les 13, 14, 15 octobre 2011
Maison des Sciences de l’Homme Alsace (MISHA) / Palais Universitaire


Organisation : Philippe Chavot (LISEC, Université de Strasbourg) / Anne Masseran (CREM, Université Nancy 2 & Université de Strasbourg)

Lieux des conférences : Maison des Sciences de l’Homme Alsace (MISHA - Tram C, arrêt « Observatoire » – Allée du Gnl Rouvillois) / Palais Universitaire (Tram C, arrêt « Gallia » – Place de l’Université)

Information et inscription : cultures.sciences[at]free.fr ; http://culturesdessciences.fr

Le colloque « Les cultures des sciences en Europe. Volet 2 : dispositifs, publics, acteurs, institutions » abordera les enjeux politiques de la culture scientifique, les volontés d’acteurs, la question des publics. Il est organisé par le Centre de recherche sur les médiations (CREM - EA 3476) (Université Paul Verlaine-Metz, Université Nancy 2, Université de Haute-Alsace) et le Laboratoire interuniversitaire des sciences de l’éducation et de la communication (LISEC - EA 2310) (Université de Strasbourg, Université Nancy 2, Université de Haute-Alsace)

Le premier volet du colloque : « Dispositifs en pratique », s’est tenu à Nancy, au PRES de Lorraine, les 10- 1 février 2011. Les contributions et débats ont mis en lumière les caractéristiques pratiques des dispositifs de culture des sciences et des techniques sur le plan national, régional et européen (l’appel à
communication concernant ce premier volet, ainsi que le programme détaillé sont consultables sur le site : http://culturesdessciences.fr). Des pistes fructueuses ont ainsi été ouvertes. La question des dispositifs a été illustrée et discutée, qu’il s’agisse des dispositifs de débats publics ou permettant l’engagement des citoyens, de l’émergence de dispositifs particuliers (spectacles, séries TV, serious games…) ouvrant sur des mises en scène originales de la science et des technologies : ces exemples démontrent la vivacité des cultures des sciences et la créativité en ce domaine. Par ailleurs, les confrontations de significations différentes, portées par divers acteurs (politiques, experts, scientifiques, praticiens, publics…) sont apparues comment autant d’enjeux dont il est, aujourd’hui plus que jamais, important de tenir compte.

Prenant appui sur ces résultats ainsi que sur le dossier consacré au même sujet dans la revue Questions de Communication (Vol. 17, « Les cultures des sciences en Europe »), ce second volet du colloque désire à la fois ouvrir de nouvelles perspectives et approfondir certaines hypothèses. D’une part, la question des publics, de leurs positionnements dans les – et par rapport aux – dispositifs, de la manière dont ils se conçoivent comme acteurs (et non seulement la manière dont les initiateurs des dispositifs les conçoivent en tant que « citoyens scientifiques »), paraît cruciale. Ainsi, le colloque de Strasbourg abordera les enjeux politiques de la culture scientifique, les volontés d’acteurs, la manière dont les institutions s’impliquent, les objectifs poursuivis. Cette manifestation désire aller au-delà du simple état des lieux des pratiques de médiation en matière de cultures scientifiques en Europe, et adresser un certain nombre de questions relatives aux politiques, aux présupposés et aux pratiques en matière de culture des sciences et des techniques.

Comité Scientifique : Patrick Amey (Dpt de Sociologie, Université de Genève) / Soraya Boudia (IRIST, Université de Strasbourg) / Hugues Dreyssé (Jardin des Sciences, Université de Strasbourg) / Ulrike Felt (Dpt of Social Studies of Science, Université de Vienne) / Béatrice Fleury (CREM, Université Nancy 2) / Philippe Hert (C2So, Université de Provence) / Elsa Poupardin (LISEC, Université de Strasbourg) / Florence Rudolf (Laboratoire Culture et Société en Europe, Université de Strasbourg) / Jacques Walter (CREM, Université Paul Verlaine, Metz)
Organisation : Philippe Chavot (LISEC, Université de Strasbourg) / Anne Masseran (CREM, Université Nancy 2 & Université de Strasbourg)
Partenaires : Université de Strasbourg, La Région Alsace, La ville de Strasbourg, Le jardin des sciences de l’Université de Strasbourg, La faculté des Sciences de l’Education de l’Université de Strasbourg, Master EFC (Université de Strasbourg), parcours « Communication scientifique », MISHA – Maison des Sciences de l’Homme Alsace

icon Les cultures des Sciences en Europe (570.78 KB 2011-09-21 10:51:39)

Journées d'études - Tudescq

« Actualité d¹André-Jean Tudesq »
Journées d¹études, Pessac, 30 septembre ­ 1er octobre 2011
Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine (MSHA)
Institut d¹Études Politiques (IEP) / Sciences Po Bordeaux


Nous avons le plaisir de vous annoncer les prochaines rencontres interdisciplinaires et internationales : "Actualité d¹André-Jean Tudesq". Elles se dérouleront sur 2 demi-journées d¹études, à Bordeaux, les 30 septembre et 1er octobre 2011.
Vous êtes très cordialement invités à y participer.

En rendant hommage au Professeur Tudesq (1927-2009), nous nous pencherons sur l¹actualité et la pertinence de son ¦uvre, de sa pensée multiforme et, tournés vers l¹avenir, sur les prolongements qui peuvent lui être donnés aujourd¹hui.  Les problématiques majeures développées lors de ces journées s¹organiseront à partir des thèmes de l¹interdisciplinarité et du développement de perspectives internationales.

Vous trouverez, ci-dessous, un communiqué présentant la rencontre, son propos et le programme finalisés de ces rencontres.

Vous pouvez aussi télécharger ce programme au format PDF à travers ce lien :
http://www.grer.fr/upload/articles_en_ligne/Programme_Actualite_Andre- Jean_Tudesq.pdf

Vous pouvez également retrouver ces informations sur les sites Internet de la MSHA ( http://www.msha.fr  ) et du GRER ( http://www.grer.fr  ).

Contacts

Annie Bart  ( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )   /  Jean-Jacques Cheval (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. )

Manifestation organisée en partenariat avec : Académie Nationale des Sciences, Belles Lettres et Arts de Bordeaux ; Centre d¹Études des Mondes Moderne et Contemporain (CEMMC) ; Groupe de Recherches et d¹Études sur la Radio (GRER) ; Institut de Journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA) ; Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC) ; Institut National de l¹Audiovisuel (INA) ; Les Afriques dans le Monde (LAM) UMR 5115 ; Maison des Sciences de l¹Homme d¹Aquitaine (MSHA) ; Médiation, Information, Communication, Art (MICA) EA 4426 ; Radio Campus Bordeaux ; Région Aquitaine ; Sciences Po Bordeaux / Institut d¹Études Politiques (IEP), Société des Bibliophiles de Guyenne ; Université de Bordeaux 3 (UFR STC, Département ISIC), Université du Michigan à Ann Arbor (États-Unis).

Lire la suite : Journées d'études - Tudescq

Conférence H2PTM : Hypermédias et pratiques numériques

Conférence H2PTM
Hypertextes et hypermédias. Produits, Outils et Méthodes

Hypermédias et pratiques numériques
12, 13 et 14 octobre 2011 - Université Paul Verlaine-Metz 

La 11ème édition de la conférence H2PTM 2011 réunira les 12, 13 et 14 octobre 2011 au Théâtre du Saulcy de l'université Paul Verlaine-Metz, avec le soutien de la MSH Lorraine, des chercheurs français et internationaux pour rendre compte des derniers avancements de la recherche et du développement des hypertextes et hypermédias dans des domaines variés.

Au carrefour des sciences de l’information et de la communication, de l’informatique, de la sémiotique, de l’art et des sciences cognitives, H2PTM 2011 répond aux multiples défis posés par le développement des technologies numériques et de leurs usages : applications décentralisées ou collaboratives, web intelligent, réseaux virtuels, documents numériques, jeux numériques ou publication en ligne. Cette conférence analyse l’évolution des hypermédias en faisant appel à différentes approches en interaction : questions techniques (développement des applications nomades et composites, environnements virtuels ambiants), sociales (hypertextualisation des pratiques communicationnelles, nouvelles sociabilités), informationnelles (écritures collaboratives et hypertextuelles, recherche d’information via le web social ou participatif, indexation collaborative) et culturelles (mutations du jeu numérique, esthétique des interfaces web ou 3D, interculturalité).

Voir le programme ci-joint.

La date limite d'inscription est fixée au 30 septembre 2011.
Vous trouverez le formulaire d'inscription en ligne ici

Contact scientifique : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Contact presse & organisation : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

icon Programme H2PTM (1.11 MB 2011-09-21 11:24:16)

Lire la suite : Conférence H2PTM : Hypermédias et pratiques numériques

Piratages audiovisuels. Les voies souterraines de la mondialisation culturelle



Sous la direction de Tristan Mattelart

Avec les contributions d’Aghi Auguste Bahi, Abdelfettah Benchenna, Vincent Bullich, Annie Chéneau-Loquay, Émilie Da Lage, François Debruyne, Mariya Dimitrova, Riadh Ferjani, Gustavo Gomez-Mejia, Ilya Kiriya, Linda Labandji, Nikos Smyrnaios, Stéphane Thévenet et Ioanna Vovou.    

Éditions Ina-De Boeck, collection Médias-Recherches, 304 p.

 

4ème de couverture:

Souvent considéré comme une activité des plus nuisibles, le piratage des contenus audiovisuels n’en constitue pas moins, depuis des décennies, pour de nombreuses populations aux quatre coins du monde, un moyen majeur d’accéder aux produits des industries culturelles. Nourri d’enquêtes de terrain, cet ouvrage explore les enjeux que recèle ce phénomène complexe.

Le point de vue adopté est multiple et international. Alors que le piratage est généralement pensé exclusivement à partir de la question du téléchargement sans paiement des droits en Amérique du Nord ou en Europe occidentale, il est ici appréhendé dans toute la variété de ses manifestations, en privilégiant les pays du Sud et de l’Est : des marchands de CDs et DVDs contrefaits de Bogotá ou Alger, jusqu’aux politiques de défense des droits de propriété artistique de Washington ou Séoul, en passant par les pratiques des adeptes moscovites des réseaux peer-to-peer.

Cette étude inédite analyse les stratégies globales de lutte contre le piratage, évalue les politiques des autorités nationales, décrit les usages que font les publics des contenus audiovisuels piratés, retrace les chemins qu’empruntent ces derniers et s’intéresse à ceux qui font le commerce de ces produits, de même qu’aux mutations engendrées par internet en la matière. Au travers de ces enquêtes, le livre contribue à une meilleure compréhension de la manière dont circulent, à une échelle internationale, les flux médiatiques et culturels.