Appel à communication

La revue COSSI (Communication, Organisation, Société du Savoir et Information) lance l'appel du n°9/2020 dont la thématique porte sur "Les enjeux et défis de la fonction d'évaluation en sciences de l'information et de la communication", numéro coordonné par Natasha Zwarich, Dominique Maurel et Lise Verlaet.

 

Date limite de soumission  10 mars 2020

 

Les organisations sont actuellement confrontées à de nombreux enjeux informationnels et communicationnels qui ont des incidences importantes sur leurs capacités à documenter leurs processus d’affaires et leurs prises de décisions (Smallwood, 2014), à manager le personnel et conduire le changement (Benoit et al., 2019), à communiquer avec les différentes parties prenantes. De plus, les organisations font face à des exigences normatives toujours plus nombreuses et de plus en plus strictes, qu’il s’agisse de conformité et de reddition de compte, de responsabilité sociale ou environnementale, du RGPD[1], etc. Pour répondre à ces préoccupations, la mise sur pied de processus d’évaluation est souvent requise pour s’assurer de l’atteinte d’objectifs organisationnels (Moran et al., 2013, p. 414) et de la mise en place de pratiques durables répondant aux besoins évolutifs des organisations, de leurs personnels, de leurs fournisseurs et prestataires, ainsi que de leurs clientèles. 

Comme le soulignent Le Moënne et Parrini-Alemanno (2010, p. 7), la question de l’évaluation remonte à la fin du XIXe siècle corrélativement au contexte scientiste et à la « "raison statistique" [qui] s’efforce[nt] de classer et de contrôler les populations dont les mouvements de masse effraient. Elle prendra une dimension clairement gestionnaire à mesure du développement des logiques d’évaluation de la performance financière et capitalistique des firmes, […] s’étendra à l’évaluation pédagogique avec le temps de la scolarisation de masse et l’invention des tests d’intelligence et de performance individuelle. L’évaluation […] prétend produire des méthodes d’analyse et des jugements à prétention scientifique concernant des processus et des pratiques sociales, dont la caractéristique est qu’ils sont, par leur complexité, pour l’essentiel irréductibles à des modalités simples de description ou de mesure. »

 

Voir l'appel complet et les instructions aux auteurs, en pièce jointe et sur le site de la revue : https://revue-cossi.info/la-revue/appel-a-articles/760-appel-a-articles-n-9-2020

Attachments:
Download this file (AAA-COSSI-9-2020.pdf)AAA-COSSI-9-2020.pdf[ ]202 kB

Appel à communications

Colloque COSSI n°11  

IAE, Université de Poitiers, France 

Traces numériques et durabilité – temporalités, usages, éthique

28 - 29 mai 2020

 

Propositions de communication attendues pour le 10 mars 2020

cossi

Une très large part des sciences humaines repose, de manière centrale ou secondaire, sur le matériau que constituent les traces de l’activité des Hommes : histoire, histoire des arts, littérature, sociologie, anthropologie, architecture, philosophie, musicologie, sciences de l’information, la communication et la documentation, économie, gestion…, à un moment ou un autre, dans leur approche et leurs méthodes partent d’archives et d’objets produits par les hommes.

Les traces de l’existence et de l’activité humaine sont traditionnellement matérielles (objets produits ; textes, images, sons enregistrés sur des supports matériels ; architecture et organisation de l’espace urbain et rural ; productions artistiques dans l’espace public, restes humains…). Leur pérennité est assurée par la qualité des matériaux mis en œuvre, tout particulièrement leur résistance aux outrages du temps : résistance des matériaux de construction aux intempéries et usage des locaux pour les traces architecturales, résistance des matériaux de fabrication pour les traces des activités économiques productives, résistance des supports de l’écriture (pierre, papyrus, bois, argile, vélin, papier…) et des encres et pigments employés pour les traces des activités intellectuelles ou symboliques, résistance des divers constituants du corps et de l’ADN pour les traces de la présence de l’homme…

Appel complet disponible au téléchargement

AAC

Colloque ACFAS

Les agencements socio-numériques de la métrologie citoyenne face à l’urgence écologique : perspectives socio-politiques, design de la participation et rôle des Tiers-Lieux.  

Université de Sherbrooke et Université de Bishop's - 7 et 8 mai 2020

 

Date de remise des propositions : 25 février 2020

 

Les initiatives de métrologie dite « citoyenne » se sont multipliées à travers le monde en s’appuyant de manière extensive sur des dispositifs numériques et sur des dynamiques polycentriques cohabitant, plus ou moins consensuellement, avec les approches soutenues par l’acteur politique et public, les institutions scientifiques ou les organismes de santé. Désignées comme des pratiques de "popularepidemiology", "citizen science", de "street science" ou encore "d'enviro-tracking",  ces mesures citoyennes concernent de nombreux thèmes : qualité de l’air et de l’eau,  pollens, biodiversité, nuisances sonores et olfactives, îlots de chaleur, sismicité, radiations... Ces quantifications des milieux s'accompagnent d'une quantification intensive du soi (notamment dans le domaine de la santé) (Noyer, 2019;Arruabarenna, 2016). La datafication des milieux se prolonge ainsi jusqu’à un questionnement des rapports d’échelles (perceptions de soi, perception endogène de son habitat, de son territoire étendu, etc.) mobilisant mesures et "contre-mesures". Tout cela s'inscrit dans un mouvement de tissage continu des données, des objets et des corps et se déploie sous fond d'un désir de datas aux économies politiques discutées, controversées, incertaines (Carmes, Noyer, 2015; Saleh, 2018).

Ce colloque vise ainsi à interroger les agencements de la métrologie citoyenne, à partir desquels s'instaurent potentiellement de nouvelles configurations politiques, participatives, informationnelles, cognitives et scientifiques. II s'agit d'examiner les collectifs qui proposent et conçoivent « des métrologies alternatives » -i.e. des protocoles de collecte jusqu'à la diffusion et l’interprétation de données - en considérant la diversité de leurs expressions et de leurs puissances d’action (Chateauraynaud, Debaz, 2013; Allard, Blondeau, 2013, Huang, Wu, 2019). Dans un contexte où l’impératif participatif face à l’urgence écologique ne cesse d’être rappelé, où les innovations territoriales, sociales, environnementales et technologiques sont en couplage instable (Blondiaux, Fourniau, 2011; Monnoyer-Smith, 2011), un regard pluridisciplinaire s’impose afin d’appréhender les agencements de la métrologie citoyenne selon l’ensemble de leurs dimensions et de leurs conditions de contribution à de véritables transformations socio-politiques : pour suivre encore le projet que proposa le philosophe Félix Guattari, cette perspective veut examiner les conditions d'inscriptions des initiatives de métrologie citoyenne dans un mouvement « écosophique » global (Guattari, 1989).  

Appel complet disponible au téléchargement

 

 

 

 

 

Appel à communications

Colloque ACFAS

Le rôle culturel et l’action artistique de l’université contemporaine

Université de Sherbrooke & Université Bishop’s - 6 et 7 mai 2020

 

Date limite de réception des propositions : 25 février 2020

 

Les membres du laboratoire / art et société / terrains et théories (l/as/tt), en collaboration avec la Chaire Fernand-Dumont sur la culture (INRS), invitent les auteurs à présenter leur proposition de communication qui explore les transformations récentes et les enjeux actuels qui marquent les relations entre les milieux artistiques et culturels et le monde universitaire.

Le colloque sera structuré autour des quatre axes suivants :
1. Entre l’école d’art et la faculté : les dispositifs institutionnels
2. Les enjeux de la recherche-création
3. Les impacts de l’université sur l’écologie des milieux artistiques
4. L’implantation dans la ville et l’action culturelle des quartiers universitaires
Les auteurs sont invités à proposer une communication en lien avec l’un ou plusieurs de ces axes.

Parmi les questions qui pourraient être abordées dans les communications, on note par exemple :
Quelle est la nature des savoirs développés par les arts et comment se comparent-ils aux autres savoirs
universitaires ? Quels sont les modes d’apprentissage de la création ? Comment le monde universitaire a-t-il modifié l’enseignement des arts ? Quelle est la relation entre érudition et intuition dans les processus de création et comment ceux-ci s’articulent-ils dans l’enseignement des arts ? Dans quelle mesure peut-on considérer la création d’une oeuvre
comme une forme de recherche au sens universitaire ? Les concepts de liberté artistique et liberté académique sont-ils comparables ? En quoi la présence accrue du monde académique dans les milieux artistiques a-t-elle modifié la manière d’envisager l’art et la création ? Quelle est la légitimité de l’intervention universitaire dans les milieux artistiques? Quelle est la place de la recherche-création dans l’action culturelle des universités ?

Lire le texte complet de l'appel en pièce jointe.

AAC

Congrès de l’Acfas

Colloque « Et si les défis en santé passaient par des enjeux de communication et de  design ? »

4 mai 2020, Université de Sherbrooke

 

Réponses attendues pour le 20/02/20

 

Le groupe de recherche Design, innovations et humanismes de l’Université Laval et le laboratoire PROJEKT (EA7447) de l’Université de Nîmes organisentdans le cadre du  88 Congrès de l'Acfas  un colloque intitulé  « Et si les défis en santé passaient par des enjeux de communication et de design ? », le 4 mai 2020, à Université de Sherbrooke.

L’appel complet est disponible au téléchargement.