SFSIC-Infos

AAC-Du web social au développement des territoires

Du web social au développement des territoires :

les apports de la complexité et de la non linéarité

06 et 07 octobre 2011

Site de Nîmes de l’Ecole des mines d’Alès

 

L’extraordinaire développement des réseaux numériques est en train de modifier les relations entre acteurs : individus et / ou collectifs. Les utilisateurs peuvent désormais accéder à une grande quantité d’informations et échanger plus facilement. Mais le niveau de qualité des informations accessibles est inégal, leur utilité quelquefois discutable.

Les prochaines journées d'étude du groupe TICIS - SFSIC ont pour objet d’approfondir, dans une approche interdisciplinaire (des sciences et techniques aux sciences humaines et sociales), la réflexion autour de cette perspective : comment se mettent en place et évoluent les dynamiques de réseaux ?, quelles interactions entre spécialités pour favoriser la mise en œuvre de stratégies économiques et territoriales ?, comment naissent et circulent les informations ?, comment favoriser la construction collectives des connaissances ?, quelles pratiques et / ou outils pour favoriser l’émergence et la maturation de projets durables.

Les travaux présentés porteront sur des thèmes comme le web sémantique, les méta-données, l’indexation, les ontologies, les représentations, l’hybridation auteur-lecteur, la mise en œuvre des actions sur un territoire (décision, stratégie, opérationnel), les usages et pratiques dans le domaine des technologies numériques…

L’appel à communications, qui privilégiera les contributions centrées sur les théories de la complexité et de la non linéarité, cible les membres et proches du groupe et, de façon plus large, les chercheurs en sciences de l’information et de la communication (SIC), sociologie, sciences politiques, sciences de l'information et de la documentation, informatique et productique. Une préférence sera donnée aux propositions articulant dans une approche diachronique point de vue conceptuel et étude de terrain.

 

Calendrier

* début juin 2011 : réception des intentions de communication (titre explicite et quelques lignes)

* début juillet 2011 : réception des résumés des propositions retenues

* début octobre 2011 : réception des articles

* 18 et 19 octobre 2011 : journées d’étude sur le site de Nîmes de l’Ecole des mines d’Alès

* à partir de novembre 2011 : suivi des articles pour publication en ligne

 

Modalités de proposition

Après réception de la réponse à l’intention retenue, les auteurs envoient un résumé de la communication (1500 à 3000 caractères), Times New Roman 12, espaces compris, présentant les éléments suivants : titre, 5 mots-clés, problématique et objet de recherche, méthodologie et plan, bibliographie. L’identification du ou des auteurs fera apparaître : nom et prénom, fonction, institution d’appartenance, adresse postale et téléphonique, adresse électronique.

Le texte final sera envoyé en .doc. Il ne dépassera pas 22000 caractères (espace compris) en incluant le résumé (max. 1500 caractères). La bibliographie, en plus, ne dépassera pas 3000 caractères.

Les propositions seront examinées par deux membres du comité scientifique et les notifications d’acceptation seront accompagnées des modalités de remise des textes, pour publication électronique des actes sur le site web du groupe TICIS. Cette publication sera réalisée après la tenue de la journée d’étude afin d’apporter des enrichissements à la lumière des échanges.

 

Contacts et organisation

Pierre-Michel.Riccio(at)mines-ales.fr

Lise.Vieira(at)msha.fr

icon AAC-Appel à communications TICIS'2011 v1.20.doc (48.04 KB 2011-05-17 11:34:36)

Colloque international Identité et communication interculturelle Bucarest, Roumanie, 26-27 Se


Colloque international
Identité et communication interculturelle
Bucarest, Roumanie, 26-27 Septembre 2011



Centre de Recherche en Communication Institut de la Communication Cox International Center SNSPA Université Lyon2 University of Georgia
en collaboration avec Romanian-U.S. Fulbright Commission
Cette manifestation se propose d’aborder des thématiques liées au rôle des médias dans la constitution, dans le renforcement des identités locales, régionales, nationales ou transnationales, basées sur des relations culturelles, ethniques ou raciales. Elle souhaite aussi étudier l’impact des nouvelles technologies de la communication sur l’identité et les stratégies des organisations. Dans la perspective de la communication interculturelle, nous nous intéressons à la nature des entités impliquées dans le dialogue, à la dynamique des environnements multiculturels et des discours sociaux et, également, aux modifications que la découverte de l’Autre provoque dans la construction de nos identités.


Axes de travail

L’Identité à la rencontre de l’Altérité

La question de l’identité peut faire l’objet de multiples regards. Celui de la sociologie (les identités sociales et/ou professionnelles), de la psychologie (la construction personnelle), de l’anthropologie (comportements, rites, modes de vie), des sciences politiques (l’identité à travers des structures institutionnelles).
Notre travail sur l’identité prend place, pour notre part, dans la problématique générale de la communication interculturelle, en donnant au mot « communication » tout son poids disciplinaire, en faisant référence aux travaux qui structurent la communication comme savoir scientifique. Notre questionnement porte ici plus particulièrement sur les articulations possibles entre communication, culture et identité, dans la rencontre avec l’Altérité.
La représentation de l’Altérité passe souvent par le discours des médias. Inscrits dans des logiques d’expression de notre propre identité, les discours de « nos » médias nous offrent une représentation spécifique de cette altérité.
Différentes situations spécifiques développent aujourd’hui des pratiques professionnelles de communication interculturelle contribuant à la définition de l’identité : les mobilités géographiques, les cohabitations (personnelles, de
« communautés »), les coopérations entre organisations en contexte international.
On parle souvent de la dimension idéologique de la culture. D’un côté, cette dimension peut créer, dans un contexte interculturel, une articulation spécifique entre identité et engagement. De l’autre côté, elle peut contribuer dans certains cas à des stratégies spécifiques d’argumentation ou de persuasion (selon des logiques de hiérarchisation de valeurs ou selon des logiques d’assimilation).
Dans cette perspective de communication interculturelle, nous nous intéressons notamment ici aux identités en dialogue, aux dynamiques gouvernant les transformations et aux manifestations des identités dans les différentes formes de
découverte de l’Autre.
Cet atelier thématique abordera notamment :

  • - Les représentations de l’Altérité (la figure de l’étranger, de la différence, de celui
  • qui fait un autre choix politique, qui appartient à une autre religion) dans différents
  • types de discours médiatés et les articulations entre notre propre identité et ces
  • représentations.
  • - La prise en compte institutionnelle de l’Altérité (dans la législation de différents
  • pays, dans la structure de différentes organisations, pendant la mise en place de
  • différents projets multi acteurs…)
  • - Des situations communicationnelles de mise en scène de l’identité ou de l’altérité de différents groupes d’appartenance ou de référence (diaspora, réseaux sociaux, communautés professionnelles, adhérents à une cause, à un parti …).
Nouvelles technologies et la communication des identités professionnelles

Le fort ralentissement de l’économie mondiale, l’effondrement du modèle
économique pour les industries médias nationales, ainsi que le fort impact des
nouvelles technologies de communication à la fin de la première décennie du
nouveau siècle ont eu une incidence dramatique sur le marché du travail des médias et sur le statut des professionnels de la communication.
La crise ne s’est pas limitée au premier segment du marché du travail. On
estime à 5900 le nombre d’emplois réduits dans les rédactions d’information des
journaux américains en 2008 et 2009 (Project for Excellence in Journalism, 2009,
2010). La télévision, la radio et les magazines d’information ont également réduit
leur personnel, en renonçant souvent aux positions de cadres.
Beaucoup de ces journalistes ont continué à exercer leur profession en
mettant en place leur propre site Web, seuls ou à plusieurs. Le succès de ces
pratiques signifie que le journalisme n’est plus de seul domaine de ceux qui
travaillent dans ou pour des entreprises de médias reconnues. Plus important encore,
les journalistes appartenant encore aux institutions reconnues et ceux qui travaillent
sur leur propre compte se trouvent en concurrence avec un autre groupe de
personnes, appelés journalistes « citoyens ».
La terminologie est importante, car elle suggère à la fois une transformation et
la déprofessionnalisation de la profession journalistique elle-même. Compte tenu de l'incertitude des modèles financiers pour les organisations journalistiques
traditionnelles, ainsi que pour les start-up créées par d'anciens journalistes, il est
même possible de se demander si le journalisme reste encore une profession. La
concurrence entre les journalistes « professionnels » et les journalistes « citoyens » remet finalement en question l’articulation entre le journalisme et les citoyens.
La crise a touché également les autres professions de la communication. La
facilité d’accès des amateurs aux outils de conception graphique, aux bases de
données nécessaires pour les actions commerciales ainsi que la démocratisation des compétences numériques signifient que tout le monde peut devenir un spécialiste en publicité ou en relations publiques.
De plus, toute déprofessionnalisation d’un domaine d’activité soulève le
problème de la nécessité et du contenu des parcours des formations de spécialité.
Cette section est ouverte aux communications mettant l’accent sur des
questions telles que :
- Quelles sont les caractéristiques qui (de)légitiment les professionnels de la
communication ?
- Quel est le statut des journalistes citoyens et celui des journalistes
communautaires ?
- Comment les nouvelles technologies abordent-elles les questions de la
diversité ?
- Quel est l’impact des nouvelles technologies sur l’éducation dans le domaine
du journalisme et de la communication de masse ?
Le rôle du l’espace public dans la construction d’une l’identité
transnationale
Le concept d’identité européenne a été lancé lors du sommet de la
Communauté européenne à Copenhague, en 1973, peu de temps après la première
phase de son élargissement. L’objectif de cette annonce était de combler le manque
de visibilité en termes d’identité dans le modèle interprétatif existant à l’époque.
La Déclaration sur l’identité européenne, connue également sous le nom de
Déclaration de Copenhague, signée par les neuf Etats alors membres de la
Communauté européenne, marque le début d’une période de recherche universitaire constante sur le nouveau concept.
Les débats sur l’identité européenne s’organisent aujourd’hui autour de deux
directions importantes : d’un côté, une série de chercheurs considèrent que celle-ci est plutôt une construction théorique, une forme sans contenu, une coquille vide, un idéal souhaitable loin d’être accompli, de l’autre côté, certains auteurs affirment que l’identité européenne est une présence confirmée, un nouveau niveau d’identité, tout aussi réelle que l’identité nationale.
Beaucoup de recherches abordent la question de la construction éventuelle
d’un espace public européen, avec un agenda commun européen, à travers lequel l’identité européenne est constamment interrogée et analysée.
Dans ce contexte, l’européanisation des espaces publics nationaux et des
médias nationaux posent le problème d’une identité fragmentée et passablement
contradictoire. Le rôle joué par les médias dans le processus d’européanisation et de construction d’un espace public européen représente un autre domaine important d’intérêt scientifique.
Cet axe de travail concerne des recherches théoriques et empiriques et aborde
différentes thématiques liées à l’identité européenne :
- Identité européenne et communication interculturelle
- L’identité européenne dans le discours média
- Intégration culturelle et identité culturelle
- Perspectives américaines sur les dynamiques de l’Union européenne
- L’espace public européen
- Européanisation et médias
- Identité nationale versus identité européenne
- Analyse comparative des systèmes médias en Europe et Etats-Unis
- Agenda setting et Union européenne
Tout autres sujets connexes sont les bienvenus.
Conférencier invité
Hans-Jörg TRENZ – ARENA Center for European Studies, Norway
Pour consulter son CV :

http://www.sv.uio.no/arena/english/people/aca/hansjurt/index.html


Comité scientifique

Alina BÂRGÃOANU – Ecole National d’Etudes Politiques et Administratives, Roumanie
Claudine CARLUER – Université Stendhal Grenoble, France
Dominique DESJEUX – Université Paris Descartes, France
Dorina GUTU – Romanian-US Fulbright Commission, Roumanie
Jisu HUH – University of Minnesota, USA
Adrian LESENCIUC – Academia Fortelor Aeriene « Henri Coanda », Roumanie
Mira MOSHE – Ariel University Center of Samaria, Israel
Remus PRICOPIE – Ecole National d’Etudes Politiques et Administratives, Roumanie
Klaus SCHÖNBACH – University of Viena
Andrea SEMPRINI – Université Lyon 2, France
Jean-Claude SOULAGES – Université Lyon 2, France
Claes De VREESE – University of Amsterdam, Nederland
David WEAVER – Indiana University, USA
Calendrier
25 mai 2011 : Soumission des propositions
10 juin 2011 : Résultats de la sélection
30 juillet 2011 : Envoi des communications à publier


Les propositions
Les propositions de communications (max. 500 mots, suivis de 3-5 mots-clés) seront
transmises en format MS Word. Merci d’indiquer le nom complet, l’appartenance
institutionnelle, l’adresse postale, le numéro de téléphone et de fax, l’adresse mail de tous les auteurs, en indiquant la personne de contact.
Une seule proposition par auteur principal est acceptée.
Les propositions seront envoyées à l’adresse mail suivante :
iCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)
Les langues de travail sont l’anglais et le français.
Les auteurs recevront une confirmation par mail.


Les articles sélectionnés seront publiés en volume après la conférence. A cette fin, les articles seront soumis à une nouvelle procédure de sélection.
Tous les manuscrits soumis doivent respecter la version la plus récente du guide de l’APA (American Psychological Association Publication Manual).

Frais de participation

Les frais d’inscription sont de 100 euros / participant.
Pour les doctorants et les étudiants en master, les frais sont de 50 euros /
participant.

Informations et contacts

Pour plus d’informations concernant le lieu de la conférence, l’inscription, le
programme et les détails d’hébergement seront affichés sur le site de la conférence :
http://centrucomunicare.ro/conference2011.html


Le Comité d’Organisation

Lee B. Becker, University of Georgia
Nicoleta Corbu, National School of Political Studies and Public Administration
Mihai Moroiu, Romanian-U.S. Fulbright Commission
Dana Popescu Jourdy, Université Lyon2
Elizabeth Vercher, Université Lyon 2
Tudor Vlad, University of Georgia

AAC - La recherche sur projet

Appel à communication - Workshop
Le financement des laboratoires de sciences humaines et sociales : la recherche sur projet

Responsables : Stefan Bratosin et Dominique Trouche

Vendredi 7 octobre 2011
Par le LERASS – Laboratoire d’études et de recherches appliquées en sciences sociales
115 B, route de Narbonne, BP 67701, F-31077 Toulouse cedex

Si l’on prend acte, pour le financement des laboratoires de recherche, de la mise en place de recherche sur projet (Boltanski, Chiapello : 1999 et Boutinet : 1990), il convient de réfléchir aux différents types de projets existants, aux conditions d’obtention de ces financements et à leur implication tant au niveau de la constitution des dossiers que de la gestion quotidienne et ses conséquences. Des projets publics, aux projets privés, des expertises, aux projets Région et ANR, ou encore PE/PS pour en citer quelques uns, tous impliquent des temporalités, des financements et des engagements différents. Sur un plan purement technique et administratif, que supposent ces différents types de projet en terme de recherche, de montage de dossier et de financement ? Et plus généralement, comment faire de la recherche sur projet ou comment les sciences humaines et sociales peuvent-elles fonctionner par des projets ? La recherche sur projet est-elle devenue une condition de survie, par l’obtention de financement, des laboratoires de sciences humaines et sociales ? Ce sont quelques unes des questions liminaires que ce workshop entend soulever et interroger. L’objectif visé est d’une part saisir les conditions imposées par le principe de la recherche sur projet, pour les laboratoires de sciences humaines et sociales, et d’autre part, maîtriser les différents types de projets existants et leurs implications respectives.

Calendrier
15 juillet 2011 : date limite d’envoi des propositions qui comprendront un résumé et une présentation des auteurs.
Ce worshop donnera lieu à une publication sous forme d’ouvrage collectif. Compte tenu de la durée limitée du workshop, les propositions les plus intéressantes qui n’y participeraient pas, seront retenues directement pour la publication.
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

icon AAC - La recherche sur projet (71.96 KB 2011-05-16 17:03:09)

Lire la suite : AAC - La recherche sur projet

AAC - Médias et culture de soi

Revue Recherches en communication
Numéro « Médias et culture de soi »


Dans le Souci de soi, Michel Foucault définit la culture de soi « par le fait que l’art de l’existence – la techne tou biou sous différentes formes – s’y trouve dominé par le principe qu’il faut ‘prendre soin de soi-même’ ; c’est le principe du souci de soi qui en fonde la nécessité, en commande le développement et en organise la pratique » . La culture de soi désigne l’intensification et la valorisation des rapports de soi à soi. Si Foucault emploie cette terminologie à propos de la culture antique, elle est aujourd’hui communément associée à la catégorie indistincte d’« individualisme », supposée résumer la condition politique et subjective du sujet contemporain. L’individualisme désigne à la fois la valeur absolue attribuée à l’individu, la valorisation de la vie privée et l’intensité des rapports à soi .
Le souci porté aux modes de vie individuels et à la production du soi a favorisé un usage personnalisé des médias, également encouragé par les innovations techniques telles que le téléchargement, le streaming ou la video on demand. Cette personnalisation des pratiques se manifeste par exemple dans l’autonomisation des heures de visionnage ou d’écoute, et la flexibilité des temporalités médiatiques. Non seulement les médias fournissent une ressource réflexive à la production du soi, mais ils permettent également aux usagers de produire leurs propres contenus. Les blogs, sites et activités de fan, de même que l’interactivité des médias numériques, expriment et favorisent une individualisation de la culture. De ce point de vue, on peut dire que les médias participent de la production d’une « stylistique de l’existence » .

Calendrier  
15 septembre 2011: soumission des articles
15 novembre 2011: réponse aux auteurs
15 janvier 2012 : version finale des articles
15 février 2012 : dernière relecture par les coordinateurs du numéro et soumission des manuscrits à la revue

icon AAC - Médias et culture de soi (567.88 KB 2011-05-16 16:48:59)

Lire la suite : AAC - Médias et culture de soi

Parution - Cinéma et mondialisation

Vient de paraître

CINEMA et MONDIALISATION
Une esthétique des inégalités

Vincent Lowy

Lormont, Ed. Bord de l’Eau, Collection "Mondialisation, culture et communication", 2011, 170 p., 19, 80 € TTC


Militant pour le respect de l’environnement, imaginant des cauchemars sanitaires, pointant du doigt aberrations alimentaires et vertige bancaire, de nombreux cinéastes alertent les spectateurs sur les écueils qu’entraînent les processus globalisés. Mais ils s’enferment aussi dans de multiples contradictions, comme en témoigne le paradoxal Avatar (2010), film à tonalité écologiste qui vante le dialogue des cultures mais qui est sans doute l’objet culturel le plus hégémonique jamais produit.

À l’heure où en Europe le refus de la mondialisation provoque un regain identitaire qui envahit le champ démocratique et condamne les exécutifs, de droite comme de gauche, à gérer la réaction, il importe de comprendre l’influence de ces films qui jouent sur une esthétique du choc, de la peur et du chaos. Par une surenchère de représentations millénaristes ou apocalyptiques, ils minimisent les enjeux culturels et démocratiques de cette évolution. Véhiculée par des angoisses sécuritaires, l’idée de catastrophe systémique devient ainsi la métaphore des inégalités de masse qu’entraîne la mondialisation : elle entretient l’impression d’une impuissance du politique et contribue à la perception globale d’un monde en voie d’effondrement.

Auteur de Marcel Ophuls (2008) et de L’histoire infilmable (2001), Vincent Lowy, maître de conférences HDR à l’université de Strasbourg et chercheur au CREM, est historien du cinéma et réalisateur. Son dernier film : Marcel Ophuls et Jean-Luc Godard : La rencontre de Saint-Gervais (coréalisé avec Frédéric Choffat, 2011).

icon Parution - Cinéma et mondialisation (946.98 KB 2011-05-16 11:42:29)

AAC - Questions de genre Europe/Turquie

IXèmes Journées Européennes de  Galatasaray
Conférence Internationale
Université Galatasaray, Istanbul
20-21 Octobre 2011
Appel à communication

Questions de genre en Europe et en Turquie :
Quelle(s) égalité (s) Hommes / femmes ?
Réflexions, interrogations et perspectives

 

Elles font de la politique, dirigent des entreprises,  travaillent dans des domaines dont elles étaient longtemps exclues. Ecrivaines, peintres ou cinéastes, elles font partie intégrante de l’expression artistique. Elles font des enfants “si elles veulent, quand elles veulent” et refusent de se plier aux règles vestimentaires imposées par les pouvoirs.

Si leurs luttes pour le droit de cité, puis pour l’égalité - certes millénaires, mais que les histoires officielles ont longtemps tues-  sont plus visibles à l’ère des flux ininterrompus d’informations, et certains droits acquis,  peut-on pour autant dire que les femmes ont atteint leurs objectifs? Ni le viol, ni les violences, ni les inégalités de salaire, ni la sous-représentation politique ou l’annihilation symbolique n’ont pour autant disparu en Europe ou en Turquie. 

Certes, le principe de non-discrimination est au coeur de la construction de l’espace juridique européen. Depuis le traité de Rome, l’objectif d’une égalité de rémunération entre les travailleurs hommes et femmes est prioritaire et la Charte des droits fondamentaux désormais intégrée dans le droit positif européen par le Traité de Lisbonne, consacre expressément l’égalité entre hommes et femmes “dans tous les domaines” (art. 23).

Mais tout reste encore à faire, ou du moins beaucoup. Ainsi, en droit on continue à discuter du décalage entre les droits formels et les droits réels, en économie et sociologie, on soulève les problèmes relatifs à l’emploi ou à l’inégalité des salaires. Mais surtout au quotidien, les femmes subissent toujours des violences, sont soumises à une multitude de discriminations dans tous les domaines où règnent les micro-pouvoirs. Le sexisme continue à sévir dans les médias, où le discours dominant pèse sur le corps des femmes écartelées entre une maternité idéalisée et des critères de “beauté” minutieusement construite en fonction des besoins de marchés de cosmétiques, de diététique ou de chirurgie plastique. Dans les arts et les industries créatives elles sont sujettes aux lois du marché (non seulement économique mais aussi symbolique) qui leur sont rarement favorables. 

Est-ce le “sexe” renvoyant au biologique ou à l’anatomique qui est à l’origine de ces questions ou le “genre” défini comme le sexe socialement construit ?  Les tenants de différentes disciplines en sciences sociales s’interrogent sur ces questions depuis près d’un demi-siècle, revendiquant depuis les années 70 un champ disciplinaire propre : les études de genre où ont été élaboré des approches théoriques riches et variées, mais aussi enrichissant toutes les autres disciplines des sciences sociales et humaines par l’introduction de ces nouveaux paradigmes.

C’est sur ces thèmes que le CREDE (Centre d’Etudes et de Documentation Européennes) et le Groupe de Recherche sur le Genre de MEDIAR (Centre d’Etudes sur les Médias) invitent  à discuter les participant.e.s aux prochaines “journées européennes”, qui auront lieu les 20 et 21 octobre  2011, à l’Université Galatasaray, à Istanbul.

Langues des résumés et communications : Français ou Anglais

Calendrier :

Date limite de l’envoi des résumés        : 10 Juin  2011
Annonce des candidatures admises         : 1er  Juillet 2011
Date limite des inscriptions            : 1er septembre 2011
Date limite de l’envoi des communications    : 30 septembre 2011

icon AAC - Questions de genres Europe/Turquie (175.31 KB 2011-05-16 11:13:45)

Lire la suite : AAC - Questions de genre Europe/Turquie

Parution - Homo Informans et Lexique

Vient de paraître aux Editions de l'Amandier :


* HOMO INFORMANS - L'urgence des news au fil des millénaires - Michael Palmer

* LEXIQUE SUBJECTIF DE L'HOMME INFORMANT (Michael Palmer et Jérémie Nicey)

A noter : la présentation de ces deux ouvrages (réunis) fera l'objet d'une présentation le mercredi 25 mai 2011, à 18h, à la Librairie TEKHNE, 7 rue des Carmes, 75005 Paris.

icon Parution - Homo Informans et lexique (413.35 KB 2011-05-16 11:05:22)

Parution - Opéra Bouffe

Vient de paraître
Editions EMS, collection Societing :


Pascal LARDELLIER

Opéra bouffe
Une sémio-anthropologie de la table

Manger, ce n’est pas simplement s’alimenter. Cet acte convoque dans nos assiettes et autour de nos tables un ensemble de règles, de normes, de codes, de valeurs et d’interdits avec lesquels nous devons composer nos repas. En ce sens, manger est une action profondément culturelle, qui possède des racines anthropologiques vivaces. Toujours, le symbolique y outrepasse le physiologique. Et notre modernité n’érode pas autant qu’on pourrait le penser notre rapport à la nourriture, encore largement déterminé de points de vue socio-économique et culturel.

S’inspirant, dans l’esprit, de l’héritage de Barthes et de Goffman, ces pages proposent une lecture originale du contenu de nos assiettes. Elles interrogent le statut des aliments, les contextes de table, les différentes manières de manger (seul ou « avec »), et les nouvelles tendances en termes de restauration. Une grande part de l’analyse est accordée à la ritualisation et à la théâtralisation de l’alimentation.

Alternent dans cet ouvrage des analyses fouillées de nature ethnographique (sur le buffet à volonté ou les fast-foods), des « variations théoriques » et de courts chapitres non départis d’humour. Ceux-ci sont consacrés aux kebabs, aux « sushis bars », aux plateaux de fruits de mer, au barbecue ou encore… aux lois anthropologiques présidant au règlement de l’addition en fin de soirée !

Opéra bouffe permettra à ses lecteurs de passer dans les coulisses de l’alimentation considérée comme système symbolique, afin de comprendre pourquoi et comment nous mangeons au jour le jour.


Pascal LARDELLIER est Professeur de sciences de l’information-communication à l’Université de Bourgogne et chercheur au CIMEOS/LIMSIC depuis 2000. Il est l’auteur d’une douzaine d’ouvrages, consacrés aux médiations technologiques (Internet, TIC…) et symboliques (rites, cultures…), envisagées dans une perspective anthropologique. Il dirige un Master Recherche « Médias et médiations ».

icon Parution - Opéra Bouffe (102.09 KB 2011-05-16 10:49:47)

Parution - Dispositifs artistiques et culturels

Vient de paraître
DISPOSITIFS ARTISTIQUES ET CULTURELS
Création, institution, public
Christophe Bardin, Claire Lahuerta, Jean-Matthieu Méon (dirs) 

Lormont, Ed. Bord de l’Eau, Collection "Documents", 2011, 180 p., 26 € TTC

Réfléchir en termes de « dispositifs » artistiques et culturels est un moyen d’explorer les liens qui se nouent entre création, institution et public. En sciences sociales, le « dispositif » est une notion débattue, éclatée au-delà de ses diverses définitions, il soulève des questions d’agencement d’éléments hétérogènes, d’intention et d’effets, de tension entre liberté et déterminisme. Autant de problématiques qui trouvent tout leur sens en matière artistique et culturelle.

Cette approche permet de tenir sur les œuvres et les pratiques artistiques un regard à la fois interne (leurs éléments constitu¬tifs, les intentions et les représentations dont ils sont porteurs, les stratagèmes et les méthodes qui président à leur agencement) et externe (les conditions et les formes de leur mise en scène, de leur présentation au public, de leur réception individuelle et collective). L’analyse est appuyée sur des cas empruntés à différents secteurs artistiques et culturels. L’art contemporain sous ses diverses formes, la littérature, le spectacle vivant (théâtre, danse), les arts décoratifs, le cinéma, la photographie et leurs institutions (entreprises, édifices, expositions) sont tour à tour convoqués. La réflexion académique rejoint ainsi des préoccupations communes à tous ceux qui participent à ces phénomènes : artistes, critiques, médiateurs, responsables institutionnels, publics.

L’ensemble des contributions a été réalisé sous la codirection de Christophe Bardin, Claire Lahuerta et Jean-Matthieu Méon, dans le cadre des travaux du pôle Praxitèle du Centre de recherche sur les médiations (CREM, EA 3476, université Paul Verlaine-Metz, université Nancy 2, université de Haute-Alsace)

icon Parution - Dispositifs artistiques et culturels (94.94 KB 2011-05-11 11:04:02)

 

Parution - Mes histoires parallèles

Mes histoires parallèles
Entretiens avec Isabelle Veyrat-Masson
Marc Ferro

Livre d’entretiens conduits par Isabelle Veyrat-Masson, directrice de recherche au CNRS, autour de l’œuvre et de la vie de l’historien Marc Ferro.

Parution : vendredi 29 avril 2011
Éditeur : Carnets Nord

384 pages
20 €
http://www.carnetsnord.fr/titre/mes-histoires-paralleles

Lire la suite : Parution - Mes histoires parallèles