Appel à communication

AAC

TIC et Société

Mutations numériques de la musique : des contradictions à analyser

 

Numéro dirigé par Christophe Magis (Université Paris 8 — Cemti) et Lucien Perticoz (Université Lyon 3 — Marge)

 

Depuis une quinzaine d’années, les enjeux des « révolutions numériques » de l’industrie musicale ont fait l’objet de nombreux travaux, tant de la part d’universitaires que d’experts et responsables du secteur. Outre des réflexions socioéconomiques sur les nouveaux modèles d’affaires à mettre en place, un grand nombre de propositions ont cherché à analyser tant les nouveaux usages et pratiques musicales liées au numérique que les divers déplacements des frontières que le numérique induit entre auditeur et créateur, auditeur et producteur, auditeur et prescripteur. Le présent appel entend s’ajouter à ces propositions, mais en invitant les contributeurs et contributrices à davantage interroger les mutations numériques de la musique à partir des contradictions qu’elles portent.

Car il semble bien que ce soit à un approfondissement des réflexions autour de ces contradictions que la « révolution numérique » nous invite. Dès 1961, Edgar Morin soulignait ainsi que « l’industrie culturelle doit [...] constamment surmonter une contradiction fondamentale entre ses structures bureaucratisées-standardisées et l’originalité (individualité et nouveauté) du produit qu’elle doit fournir » (Morin, 1961, p. 41). « C’est l’existence de cette contradiction qui permet de comprendre d’une part cet immense univers stéréotypé dans le film, la chanson, le journalisme, la radio, et d’autre part cette invention perpétuelle dans le cinéma, la chanson, le journalisme, la radio, cette zone de création et de talent au sein du conformisme standardisé. Car la culture industrialisée intègre parfois en les étouffant, parfois en les épanouissant, les Bresson et les Brassens, les Resnais et les Léo Ferré » (ibid., p. 43).

Il s’agira donc de questionner l’idée selon laquelle le numérique participerait d’un renouvellement des tensions qui traversent l’ensemble de la filière, de la phase de création à celle de l’écoute. En plus de se demander comment le numérique alterne entre  des possibilités d’émancipation et de soumission toujours plus forte aux logiques du capital, il conviendra de voir à quel point les logiques qui s’articulent à la dissémination du numérique dans les pratiques de production, de diffusion et de réception musicale peuvent s’avérer contradictoires et quels sont les points de tension qu’une approche critique de ces mutations devrait chercher à révéler.

Lire la suite : AAC - TIC et Société - Mutations numériques de la musique : des contradictions à analyser

Appel à contribution

Interfaces Numériques

Volume VIII, n°3/2019

« Partage, échange, contribution, participation »

Numéro dirigé par Thierry Gobert

La revue Interfaces Numériques souhaite mobiliser les chercheurs sur les questions que pose l’apparition récurrente des termes « partage, échange, contribution et participation » dans les activités numériques et au-delà. 

La date limite de réception des propositions de 4000 signes est fixée au 4 février 2019. 

Lire la suite : AAC - Interfaces numériques - "Partage, échange, contribution, participation"

AAC

Colloque international 

« Éducation 4.1 ! Distances, médiations des savoirs et des formations »

17-18 janvier 2019, Poitiers

pdkebfjmodppfdlj.png

La revue scientifique Distances et médiations des savoirs (DMS) et l’École d’ingénierie de la formation à distance (Eifad) du CNED organisent à Poitiers les 17 et 18 janvier 2019 un colloque international « Éducation 4.1 ! Distances, médiations des savoirs et des formations ».

Le colloque abordera, sous des angles thématiques variés, les enjeux et les mutations liés au numérique dans les systèmes éducatifs comme dans la formation professionnelle. Il s’agira notamment d’identifier les enjeux des mutations importantes et diversifiées qui affectent les manières d’enseigner, d’apprendre et d’organiser l’éducation en général et la formation à distance en particulier, entre autres, du fait de la numérisation, de la dématérialisation et de la « plateformisation » des modes de fonctionnement en éducation et en formation.

Lire la suite : Evénement - Colloque international « Éducation 4.1 ! Distances, médiations des savoirs et des...

Appel à articles

Communication & Management n°1/2019

Une maison intelligente pour quoi faire ?
Les technologies de l’information et de la communication au service de l’habiter : enjeux éthiques de l’innovation

 

Co-dirigé par : 

Hassan AIT HADDOU, Maître de conférences en Sciences et Techniques
pour l'Architecture, HDR en informatique, PhD en mathématiques.
Alain CHANTE, Professeur en Sciences de l’information et de la communication 

Coordination du numéro : 

Lambert DOUSSON, Maître de conferences, agrégé et docteur en philosophie 
Laurent VIALA, Maître de conferences, urbaniste et docteur en géographie 

 

Problématique 

La « maison intelligente », l’espace architectural « connecté », l’« habiter » « augmenté », nourrissent de nombreux espoirs, tout autant qu’ils alimentent de nombreuses angoisses. Rêve d’un lieu de vie qui obéirait au doigt et à l’oeil (et à la parole) de son habitant, ou nouvelle aliénation, nouvelles addictions aux objets connectés ? L’Internet of things (IOT) connecte-t-il les personnes aux marques afin que les marques répondent aux besoins des personnes, ou pour que les personnes se plient aux besoins des marques ? Nouvelles libertés ou Big Brother 3.0 ? 

Loin de chercher à écarter d’un revers de main la charge d’imaginaire (parfois fantasmatique) que cristallise la maison dite « intelligente », cette publication voudrait s’en ressaisir et en faire le motif d’une problématisation, d’un questionnement théoriquepluri- et transdisciplinaire, mettant au coeur de l’interrogation la pensée et la pratique architecturales en tant qu’elles sont productrices de sens. En posant la question « une maison intelligente pour quoi faire ? », c’est, au-delà de la mise en oeuvre des technologies numériques « au service » de l’habiter (le « comment »), la question de la finalité (le « pour quoi ») et celle du sens (la valeur, le « pourquoi ») qui sont également posées. 

La nouvelle intelligence des villes, réside dans la combinaison du numérique, dela transformation de la connaissance entre les membres du groupe et les compétences cognitives de la société. Quels sont donc les éléments qui influent sur le changement d'état de la connaissance et sur les variables dont dépend cette transformation en tenant compte de la contribution de chaque membre du réseau de connaissances dans un environnement totalement connecté? 

Cet imaginaire technologique a bien entendu peuplé de nombreuses fictions d’anticipation, utopiques comme dystopiques, et c’est alors la question de la représentation qui est au coeur du problème, tant les théories, dans la mesure où elles se fondent sur des modèles, sont elles-mêmes aussi des fictions. Ouvert à toutes les disciplines — sciences des modèles et de l’ingénieur, sciences humaines et sociales(anthropologie, sociologie, philosophie, droit), histoire et théorie de l’art, de l’architecture et de la ville —, cette publication invite à mettre en perspective le motif de la maison intelligente (« maison » au sens générique du « chez soi », ce dernier pouvant relever du logement individuel comme du logement collectif), et plus largement la « ville intelligente » (« smart city »), tant la rue, le quartier, les espaces publics sont aussi l’objet de l’« habité ». Le questionnement s’articulera autour de deux axes de réflexion étroitement connectés l’un à l’autre, et l’un comme l’autre irrigués par la question de la représentation. 

Lire la suite : AAA - Communication et Management - Une maison intelligente pour quoi faire ? Les technologies de...

 

Appel à communications

Vivre et faire vivre le Moyen Âge

Colloque international et pluridisciplinaire
Carcassonne, 19-20-21 juin 2019
Sous la direction de
Sylvie Sagnes, CNRS, IIAC - Equipe Lahic – ethnopôle Garae Carcassonne
Patrick Fraysse, Lerass-Mics Université de Toulouse,
et 
Laure Barthet, conservateur du patrimoine, directrice du musée Saint-Raymond Toulouse

 

L’objectif de ce colloque interdisciplinaire est de questionner les nombreux usages des savoirs historiques sur la période médiévale, ses diverses réceptions et ces détournements dans les médiévalismes contemporains. Les médiations qui interviennent pour assurer l’émergence de Moyen Âge dans le présent sont au cœur des problématiques actuelles de l’histoire vivante et de la médiation culturelle dans les musées, les bibliothèques, les fêtes médiévales ou d’autres lieux de médiévalité. Depuis quelques temps un important corpus de dispositifs a été rassemblé, illustrant les nombreuses facettes de cette offre de Moyen Âge. Il s’agit désormais d’encourager, dans le sillage des heritage studies, et ce à partir d’enquêtes situées, des angles d’approche encore peu usités, tels la place faite aux femmes, le rôle assignés aux enfants, la mise en œuvre et l’usage des dispositifs participatifs, ou encore la manière dont ces Moyen Âge ressuscités animent les traces (artefacts, monuments, archives, etc.) et agissent sur leur représentation.

Lire la suite : AAC - Colloque international et pluridisciplinaire - Vivre et faire vivre le Moyen Âge

Appel à contribution

Revue : RadioMorphoses.  www.radiomorphoses.fr

n° 5, à paraître en 2019

 «  La radio au service des publics,

Enjeux, statuts, missions et programmes »

Coordination : Jean-Jacques Cheval et Etienne Damome (Université Bordeaux Montaigne)

 

 

Le concept de service public est ancien. Historiquement il est lié à la construction des souverainetés sous les monarchies d’anciens régimes. Il a été réactivé, approfondi et généralisé avec l’émergence des sociétés démocratiques depuis le XIXesiècle et la constitution des États-nations ; les services publics devenant, par la même, instrumentsjustificateurs de ceux-ci. Au XXIe siècle, la notion de service public subit les contrecoups de la mondialisation, des dérégulations et des pensées libérales moins favorables, voire hostiles, à l’action publique, qu’elle émane des États, d’entités et organismes publics plus spécifiques (collectivités locales, établissement d’éducation et de formation par exemple) ou d’entités privées, sans but lucratif, issues des sociétés civiles.

Lire la suite : AAC - Radiomorphoses n°5 - « La radio au service des publics, Enjeux, statuts, missions et...

Appel à articles

COMMposite (Vol. 20, n. 2)

« Le processus créatif. Réflexions communicationnelles »

 

Les étudiantes et étudiants de 2et de 3cycles, ainsi que les jeunes chercheures et chercheurs sont invitées et invités à soumettre un texte pour le prochain numéro thématique de COMMposite (Vol. 20, n. 2) intitulé « Le processus créatif. Réflexions communicationnelles ». La revue accepte les articles originaux, les notes de recherche, les entrevues et les recensions d’ouvrages reflétant la recherche francophone en communication. 

En 2010, The International Journal of Communication posait la question suivante : en quoi les études en communication contribuent-elles à la compréhension des enjeux de la création ? Le prochain numéro de COMMposite invite à poursuivre cette réflexion. En effet, aucun domaine de la vie sociale ne semble désormais échapper à la création. L’omniprésence de différentes formes de création au sein de la vie quotidienne (fiction, fausses nouvelles, bricolage en ligne, « DIY », etc.), mène à s’interroger sur la fonction sociale de celles-ci : Quels rapports entretiennent-elles avec notre réalité́ sociohistorique? Qu’en est-il de leur potentiel de transformation sociale ? 

C’est autour de ce grand thème de la « création » dans son sens le plus large que ce numéro de COMMposite invite les jeunes chercheures et chercheurs à réfléchir à la manière dont les études en communication peuvent penser la création que ce soit la création artistique et médiatique, organisationnelle, politique et la recherche- création dans le milieu académique. 

Lire la suite : AAA - COMMposite - Le processus créatif. Réflexions communicationnelles

Appel à contribution

8ème rencontre annuelle du Réseau international 

des chaires UNESCO en communication

La liberté d’expression à l’ère numérique - De l’infox à l’intelligence artificielle

13-15 mai 2019 – Strasbourg

Manifestation ouverte à l’ensemble de la communauté scientifique internationale en présentiel ou en visioconférence

Capture_décran_2018-11-05_à_09.41.16.png

 

La liberté́ d’expression est un questionne- ment depuis les premières démocraties : dans l’Antiquité grecque, la cité athénienne avait élaboré un système permettant aux citoyens de s’exprimer, certes avec des limites liées à la notion même de citoyenneté. Plus tard, le développement de la presse écrite, puis celui de la radio et de la télévision ont décuplé les possibilités d’exression, mais aussi augmenté le pouvoir de contrôler plus ou moins cette expression. L’antagonisme entre pouvoir politique et/ou religieux et liberté des médias, des citoyens et des artistes d’autre part, s’est transformé en une lutte quasi permanente. La première démarche est de questionner le concept même : recouvre- t-il la même réalité dans tous les pays du monde ? Que faire, dans les démocraties, des limitations apportées ici et là par des lois, règlements ou décisions judiciaires ? Les évolutions du classement annuel de la liberté de la presse de Reporters sans frontières montre la dimension flexible du concept. Dans ce contexte, l’avènement du numérique et, en particulier, des médias sociaux rebat complètement les cartes. En effet, la possibilité́ pour chaque individu qui a un accès à Internet de diffuser des informations, le relatif vide juridique créé par la dimension internationale du web, les enjeux économiques d’un ordre de grandeur inconnu jusqu’à présent et enfin la professionnalisation des pratiques numériques des États et de divers groupes sociaux modifient à la fois les enjeux et la mise en œuvre de la liberté d’expression. 

Les nouvelles technologies ne doivent, ni être acceptées avec une naïveté́ grégaire, ni être rejetées dans une opposition idéologique systématique. Elles sont là, nous les utilisons tous. L’objectif de ce congrès est avec la communauté́ scientifique internationale d’interroger les pratiques actuelles et leurs conséquences sur la liberté d’expression qui sont au cœur du fonctionnement des démocraties. Ce congrès s’inscrit dans la continuité́ des travaux que l’Unesco mené depuis plusieurs années sur cette thématique (https://fr.unesco. org/themes/favoriser-liberte-expression) notamment la publication annuelle d’un observatoire sur les Tendances mondiales en matière de liberté d’expression et de développement des médias 

Les travaux seront regroupés autour de quatre thématiques : les définitions, les lieux, les personnes et les thèmes transversaux. 

Attachments:
Download this file (numerik-prog-ES-web.pdf)numerik-prog-ES-web.pdf[ ]1199 kB
Download this file (numerik-prog-fr-web.pdf)numerik-prog-fr-web.pdf[ ]1006 kB
Download this file (numerik-prog-UK-web.pdf)numerik-prog-UK-web.pdf[ ]1199 kB
Lire la suite : Evénement - 8ème rencontre annuelle du Réseau International des chaires UNESCO en communication

 

Appel à Communications

Colloque international Org&Co

« Le « côté obscur » de la communication des organisations »

28-29 mars 2019 - Bordeaux, France

Avec le MICA (EA 4426), Université Bordeaux Montaigne
Labélisé par la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC) 

Résumé de 5000 signes attendu pour le 5 novembre 2018 (prolongé au 15 novembre 2018)

Le groupe d’études et de recherches Org&Co de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (SFSIC) est dédié aux recherches sur la communication des organisations / organisationnelle. Il met en place régulièrement des colloques et journées d’études, ouverts aux débats critiques et aux controverses, qui questionnent les transformations organisationnelles. Flexibilité, recompositions continues, externalisations et impartitions de la production des biens et des services, basculement des logiques de l’opération à des logiques processuelles... une diversité de phénomènes contemporains font évoluer les pratiques professionnelles et invitent à questionner les communications à l’œuvre. 

Le MICA, est l’équipe d’accueil en Sciences de l’Information et de la Communication de l’Université Bordeaux Montaigne. Le laboratoire héberge une équipe qui consacre ses travaux à la communication organisationnelle et publie depuis 1991, la revue scientifique Communication & Organisation, désormais éditée conjointement par les Presses Universitaire de Bordeaux et les plateformes numériques Cairn et Open Editions. Le MICA accueillera le colloque sur le campus de Bordeaux à Pessac, à la Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine. 

**** 

Depuis une vingtaine d’années, les recherches en sciences humaines et sociales, analysent la complexité des processus et comportements humains au travail, en tentant de s’éloigner d’une vision normative et positive de la vie au sein des organisations. Certains travaux, souvent d’orientation critique, ont notamment entrepris d’analyser des pratiques organisationnelles et managériales peu étudiées parce que problématiques, négatives ou contreproductives du point de vue des dirigeants, ou encore des pratiques négligées ou moralement condamnables. La métaphore du « dark side » ou du « côté obscur » des organisations, se diffuse dans des travaux de chercheurs anglo-saxons (par exemple Linstead et al., 2014 ; Glomb, Liao, 2003 ; Griffin et al., 2004). Ils interrogent le volet éthique des pratiques mais également la capacité des organisations à mener des démarches réflexives pour faire face à certains aspects de la vie au travail : violence, maltraitance, mensonge, mépris, incivilités, discriminations, etc. 

Dans ce contexte, les dimensions proprement communicationnelles de ces phénomènes, voire certains processus communicationnels eux-mêmes, participent du développement de ce « côté obscur ». Là encore des approches critiques proposent des analyses, par exemple sur les tensions contemporaines entre assujettissement et reconnaissance dans le monde du travail (Heller, 2009, 2014 ; Heller, Huët et Vidaillet, 2013) ou encore sur les inégalités numériques (Granjon 2009, 2011). Mais les travaux du champ de la communication des organisations / organisationnelle s’avèrent relativement épars et laissent différentes zones d’ombre et angles morts sur ce thème particulier. Le prochain colloque Org&Co, accueilli par le MICA (EA 4426), propose donc d’observer, de décrire et de questionner ce que nous envisageons comme le « côté obscur » des organisations et/ou des communications qui les constituent. Il ouvre également un espace de réflexions pour interroger les épistémologies, approches et méthodes à adopter, les problématiques d’accès au terrain ou encore les enjeux éthiques autour des recherches sur ce thème 

Cet appel à communication invite les chercheurs à soumettre une proposition qui s’inscrira dans l’un des quatre axes suivants. 

Attachments:
Download this file (AAC OrgCo 2019N.pdf)AAC OrgCo 2019N.pdf[ ]612 kB
Lire la suite : AAC - Colloque international Org&Co - Le côté obscur de la communication des organisations

Call for papers

Annual conference of the Swiss Association of Communication and Media Research (SACM-SGKM)
04
05 April 2019 at the University of St. Gallen

Digital Transformation of Media and Communication

Exploring Opportunities and Risk as well as the stateoftheart in digital transformation of media and communication

 

TOPICS OF THE CONFERENCE 

At present, digital transformation of the economy and society is widely discussed even though it is not a completely new phenomenon and we have already experienced digital disruption in the past. The digital transformation of the society, economy and companies started with the emergency of Internet as a new digital medium and communication channel back in the 90s. Examples of the early digital transformation are phenomena such as for example eCommerce, eBusiness, eGovernment, eLearning, and similar developments. 

The early digital transformation affected in particular the media industry as well as communication in all its forms. Various examples of new content formats such as digital books, digital newspapers, digital distribution of content such as music and video sharing or streaming as well as first forms of digital communication are only few examples of how digitalization has been changing media and communication during the last twenty years. Furthermore, new players such as for example user generated media, platforms (i.e. Amazon. Facebook, Netflix and others), as well as media and communication ecosystems have entered the media and communication industry and have fundamentally changed audiences and competition in these markets. 

The new discussion on digital transformation is driven by technologies that result in new digital disruption and at the same time build upon previous digital developments. Technologies such as big data, augmented and virtual reality, artificial intelligence, robotics, blockchain and Internet of Things are both maturing and gaining momentum at the same time. These technologies offer new opportunities, but also disrupt the media and communications industries in new ways. For example, software agents based on artificial intelligence can produce content automatically and are changing the role of journalists, big data and its analysis is a new source of stories and data journalism. In similar ways the same technologies are also changing communication markets. 

At the SACM 2019 conference, we want to explore opportunities and risks as well as the stateoftheart in digital transformation of media and communication. The topic of digital transformation of media and communication is significant to players on a macro, meso, and micro level. These three levels are interlinked and in the following are treated distinctly only for reasons of better clarity. During the 2019 conference, digital transformation of media and communication will be considered from various perspectives. One specific perspective of interest is interdisciplinary and interdisciplinary views on digital transformation in media and communication.

Attachments:
Download this file (Call for papers - SGKM2019.pdf)Call for papers - SGKM2019.pdf[ ]289 kB
Lire la suite : AAC - Annual conference of the Swiss Association of Communication and Media Research (SACM-SGKM) -...