Publications

Parution - Intelligence économique

Parution  Collection CNRS Communication

Intelligence économique. Mythes et réalités
Nicolas Moinet

CNRS Editions. http://www.cnrseditions.fr/Communication/6468-intelligence-economique-nicolas-moinet.html

Encensée, fantasmée, décriée, ultramédiatisée et pourtant méconnue, l'intelligence économique n'a rien de commun avec ce nouvel avatar de Big Brother que nous décrivent complaisamment adeptes de la théorie du complot et autres amateurs de caricatures orwelliennes. Loin des stéréotypes qui entourent trop souvent ce sujet sensible, Nicolas Moinet signe une analyse remarquable sur une activité dont les premiers balbutiements remontent à la Seconde Guerre mondiale et qui marque aujourd'hui en profondeur le développement de nos sociétés en réseaux.

Acquisition d'informations stratégiques, soutien aux conquêtes de marchés par les entreprises, capacité d'imposer internationalement des normes, des images et des valeurs, activités de veille et de protection des données confidentielles : art de la gestion des connaissances autant qu'art de la guerre, l'intelligence économique consiste d'abord et surtout à comprendre un environnement complexe et à prendre la bonne décision. Nicolas Moinet nous rappelle qu'elle obéit uniquement à des sources et des moyens légaux, et se distingue donc de l'espionnage industriel. Il nous montre également que l'intelligence économique interroge la notion de « capitalisme cognitif » qui est au cœur de la mutation actuelle des rapports de force économiques.

Enfin, études de cas à l'appui, il fait de la communication la clé de l'agilité stratégique, redonnant à cette dimension oubliée la place qui lui revient.
Spécialiste de l'intelligence économique, Nicolas Moinet est professeur des universités à l'Institut d'administration des entreprises (IAE) de Poitiers et chercheur associé à l'Institut des sciences de la communication du CNRS. Directeur du Master « Intelligence économique et communication stratégique », il est notamment l'auteur de Batailles secrètes de la science et de la technologie (2003) et d'une Petite histoire de l'intelligence économique : une innovation à la française (2010).


Parution : Communication & Organisation n° 38

Vient de paraître

Communication & Organisation n° 38
Management de l’évaluation et communication

Dossier coordonné par  Sylvie Parrini-Alemanno et Christian Le Moënne

 


Nous vous invitons à découvrir le numéro 38 de Communication & Organisation !
Lien vers le sommaire

La faveur que connaît la thématique de l’évaluation, depuis une dizaine d’années en France, tant auprès des professionnels concernés que des milieux de la recherche en sciences humaines et sociales, est liée à son inscription dans divers dispositifs réglementaires, dont la Loi d’orientation pour la loi de finance (LOLF) de 2001, entrée en application complète en 2006. Cette vogue de l’évaluation s’alimente de la création d’un véritable marché européen des agences d’évaluations dont l’accumulation est spectaculaire - ANESM, AERES, ARS, ANAP, ADEME – et qui manifestent une tendance à la dévolution massive des missions régaliennes de l’état à des organismes de droit privé. L’évaluation est, dans ce contexte, devenue une obligation réglementaire pour les professionnels des secteurs des services aux personnes – santé, enseignement, social, médicosocial – et des administrations publiques, qui doivent mettre en place des modalités d’évaluation de leur performance, comprise comme capacité à tenir les budgets alloués annuellement ou selon des contrats pluriannuels d’objectifs et de moyens.
Nous avons souhaité présenter des réflexions et recherches portant sur des pratiques d’évaluation concrètes, dans divers secteurs professionnels, depuis l’université et la recherche publique, jusqu’aux établissements sociaux et médico-sociaux, en passant par les  pratiques d’évaluations singulières, ou par la présentation du mouvement  démocratique de promotion de l’évaluation publique. Notre hypothèse est que l’évaluation est un élément majeur des modalités de mise en logique de projet qui participent depuis maintenant une trentaine d’années, dans les grands pays industrialisés et notamment la France, à la recomposition générale des diverses institutions qui s’étaient stabilisées durant les trente glorieuses: entreprises, administrations, associations. La question de l’évaluation est donc une question complexe et aux multiples facettes largement et librement commentée par nos auteurs.


Pour abonnement et commande au numéro :
Hélène MICHAUD, Presses Universitaires de Bordeaux

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Consultable sur Revues.org


Les articles de ce numéro sont disponibles en texte intégral via abonnement/accès payant sur le portail Cairn.

lien vers le sommaire
http://communicationorganisation.revues.org/1363
http://mica.u-bordeaux3.fr/


Parution - Représentations du transfrontalier

Parution

Représentations du transfrontalier
sous la direction d’Angeliki Koukoutsaki-Monnier

Presses universitaires de Nancy, 2011, 300 p., 20 euros


Commander en ligne : http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100955360

Comment analyser les identités, les pratiques, les gouvernances et les politiques qui se développent au sein des espaces transfrontaliers ? Dans une perspective interdisciplinaire, les auteurs de ce volume proposent des réponses multiples pour comprendre les transfrontalités conçues, vécues ou perçues. Présentées lors du colloque international « Représentations du transfrontalier », organisé par le Centre de recherche sur les médiations à l’Université de Haute-Alsace, les analyses portent sur les expériences transfrontalières au sein de la Grande Région, dans l’espace du Rhin supérieur, dans la région franco-genevoise ou encore entre la France et l’Espagne. Elles concernent également des territoires français limitrophes d’autres non européens comme le Brésil et l’Afrique.

Angeliki Koukoutsaki-Monnier est maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Haute-Alsace (IUT de Mulhouse) et membre du Centre de recherche sur les médiations (CREM). Elle est notamment l’auteure de travaux sur les constructions symboliques des identités collectives. 

Lire la suite : Parution - Représentations du transfrontalier

Parution - Les essentiels Hermès

Collection
Les Essentiels d’Hermès
3 nouvelles parutions - août 2011

La neutralité de l’internet, un enjeu de communication / Coordonné par Valérie Schafer et Hervé Le Crosnier

La neutralité de l’internet est un défi démocratique largement méconnu. Derrière une notion en apparence technique, se cachent des questions et des enjeux économiques, politiques et culturels (régulation, gouvernance, égalité d’accès aux données…). L’objectif de cet ouvrage est de les énoncer dans un langage clair et accessible à tous. Indispensable pour comprendre les débats actuels. Cet Essentiel est composé principalement de textes inédits et de quelques encadrés tirés de la revue Hermès.

Sciences et médias / Coordonné par Sébastien Rouquette

A l’heure où l’on s’interroge sur l’impact de la recherche sur l’environnement et la santé, où l’on débat de la sortie ou non du nucléaire, la médiatisation des activités scientifiques prend une importance croissante. Pourquoi ce changement est-il révélateur ? Comment les téléspectateurs perçoivent-ils les émissions scientifiques ? Comment les journalistes choisissent-ils les chercheurs qui vont éclairer les débats publics ? Un livre percutant sur un sujet crucial.

L’économie solidaire / Coordonné par Jean-Louis Laville

L’économie solidaire est l’ensemble des activités contribuant à démocratiser l’économie à partir d’engagements citoyens : services de proximité, finances, commerce équitable, tourisme, monnaies sociales, circuits courts, énergies renouvelables, etc. Cet ouvrage présente de manière claire les principales références de cette réalité politique et économique. Un enjeu contemporain fondamental.

Les Essentiels d’Hermès
Format poche, 8 euros
Directeur de publication, Dominique Wolton
Responsable de collection, Eric Dacheux
Informations www.iscc.cnrs.fr

Contact Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Pour commander www.cnrseditions.fr

icon Parution Les essentiels Hermès (677.77 KB 2011-10-06 18:20:25)


Parution - Principes d'économie solidaire

Parution - Principes d'économie solidaire

Eric Dacheux / Daniel Goujon

Comment sortir de la crise ? En comprenant ce qu'elle est : une panne de nos démocraties incapable de réguler l’économie. Comment réparer cette panne ? Personne ne le sait, mais l'économie solidaire offre des pistes de réflexion qu'il convient d'étudier avec sérieux. C'est l'objet de cet ouvrage pédagogique.

L'économie solidaire est, en effet, une réalité présente au Nord comme au Sud qui possède quatre spécificités riches de promesses :
– C'est un militantisme politique qui combat la globalisation économique en oeuvrant pour une mondialisation de la solidarité.
– C'est un ensemble de pratiques économiques qui dynamisent un territoire tout en s'affranchissant des mécanismes de l'offre et de la demande ou de la spéculation monétaire.
– C'est un projet global de société, une utopie qui redonne l'espoir d'une société plus juste en proposant d'élargir (à la sphère économique) et d'approfondir (plus de participation) la démocratie.
– C'est un nouveau modèle théorique qui repose sur l'idée que, dans une société de connaissance qui émerge, le meilleur facteur d'allocation des ressources n'est pas le marché mais la délibération.

Eric Dacheux, professeur des universités à Clermont-Ferrand où il anime le groupe de recherche « Communication et solidarité ». Responsable d'une collection visant à démocratiser le savoir (les Essentiels, d'Hermès, CNRS éditions) et auteur de trois ouvrages consacrés à l'économie solidaire.
Derniers livres parus : Vivre ensemble aujourd'hui, l'Harmattan 2010, Les sciences de l'information et de la communication, CNRS éditions, 2009.
Daniel Goujon, maître de conférences à l'université Jean Monnet de St Étienne (IUT de Roanne). Il est membre du laboratoire Image Société Territoire Homme Mémoire Environnement (ISTHME – CNRS, UMR 5600 Environnement Ville Société). Il est l'auteur de deux ouvrages : Mutations technologiques, économie distributive et revenu minimum, L'Harmattan, 1995 et Réconcilier démocratie et économie, Michel Houdiard éditeur, 2010 (en collaboration avec E. Dacheux).

icon Principes d'économie solidaire (995.25 KB 2011-10-06 18:10:55)


Parution : Dossier de "Médiamorphoses" : "Monde arabe: les révolutions 2.0 n'ont pas eu lieu"

Dossier de "Médiamorphoses" consacré au sujet: "Monde arabe: les révolutions 2.0 n'ont pas eu lieu" (pp. 67-94), publié dans le n°30 de la revue "Médias", coordonné par Riadh Ferjani et Tristan Mattelart

Avec les contributions d'Abdelfettah Benchenna, Youssef El-Chazli, Riadh Ferjani, Olivier Koch, Tristan Mattelart et Thameur Mekki
Le sommaire du dossier, l'introduction et les premières lignes de chaque article sont disponibles  à l'adresse suivante:

Parution - Qualifier des lieux de détention et de massacre

Maison des sciences de l’homme Lorraine
Centre de recherche sur les médiations
(université de Lorraine, université de Haute-Alsace)

AVIS DE PARUTION
Qualifier des lieux de détention et de massacre (4).
Dispositifs de médiation mémorielle
sous la direction de Béatrice Fleury et Jacques Walter

Presses universitaires de Nancy, 2011, 420 p., 20 euros

Achat en ligne
http://www.lcdpu.fr/collections/questionsdecommunication

Après avoir posé les bases de ce que recouvre la notion de qualification, puis traité des caractères territoriaux et humains qui particularisent certains lieux de mémoire, les chercheurs s’attachent ici à décrire, comprendre et mettre en perspective les dispositifs de médiation mémorielle. De quoi s’agit-il ? Donnant forme et visibilité au passé, ce type de dispositif est fondé sur des temporalités et spatialisations en tensions, fixant au présent des événements du passé en un lieu aux contours souvent mouvants, les tracés de faits anciens pouvant être redessinés au vu des impératifs contemporains.

Répondant par ailleurs à des objectifs de transmission, celui-ci voit se rejoindre visées et attentes mémorielles, agents de mémoire et visiteurs devant partager un langage et des références communes. Ainsi le choix des faits et personnalités qui feront l’objet d’une attention particulière est-il un élément déterminant du contenu transmis et des moyens sollicités pour le relayer. Les traces de la temporalité s’incarnent donc dans l’appropriation d’un événement dont on peut suivre les infléchissements de sens au fil du temps comme autant de stratifications. De fait, il est impossible d’opposer histoire et mémoire, un événement n’apparaissant aux contemporains que sous les traits de l’interprétation qui en est donnée.

Lire la suite : Parution - Qualifier des lieux de détention et de massacre

Parution - L'interprétation du patrimoine

Lancement du troisième numéro de la Revue de l’AQIP: L’interprétation du patrimoine (à télécharger).

Le dossier thématique porte sur les circuits patrimoniaux. La revue sera prochainement en ligne sur le site de l’association : http://www.aqip.ca. Les numéros précédents peuvent également y être consultés.

Contact: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
L’AQIP – L’association québécoise d’interprétation du patrimoine

icon AQIP - L'interprétation du patrimoine (5.25 MB 2011-09-21 11:04:38)

Piratages audiovisuels. Les voies souterraines de la mondialisation culturelle



Sous la direction de Tristan Mattelart

Avec les contributions d’Aghi Auguste Bahi, Abdelfettah Benchenna, Vincent Bullich, Annie Chéneau-Loquay, Émilie Da Lage, François Debruyne, Mariya Dimitrova, Riadh Ferjani, Gustavo Gomez-Mejia, Ilya Kiriya, Linda Labandji, Nikos Smyrnaios, Stéphane Thévenet et Ioanna Vovou.    

Éditions Ina-De Boeck, collection Médias-Recherches, 304 p.

 

4ème de couverture:

Souvent considéré comme une activité des plus nuisibles, le piratage des contenus audiovisuels n’en constitue pas moins, depuis des décennies, pour de nombreuses populations aux quatre coins du monde, un moyen majeur d’accéder aux produits des industries culturelles. Nourri d’enquêtes de terrain, cet ouvrage explore les enjeux que recèle ce phénomène complexe.

Le point de vue adopté est multiple et international. Alors que le piratage est généralement pensé exclusivement à partir de la question du téléchargement sans paiement des droits en Amérique du Nord ou en Europe occidentale, il est ici appréhendé dans toute la variété de ses manifestations, en privilégiant les pays du Sud et de l’Est : des marchands de CDs et DVDs contrefaits de Bogotá ou Alger, jusqu’aux politiques de défense des droits de propriété artistique de Washington ou Séoul, en passant par les pratiques des adeptes moscovites des réseaux peer-to-peer.

Cette étude inédite analyse les stratégies globales de lutte contre le piratage, évalue les politiques des autorités nationales, décrit les usages que font les publics des contenus audiovisuels piratés, retrace les chemins qu’empruntent ces derniers et s’intéresse à ceux qui font le commerce de ces produits, de même qu’aux mutations engendrées par internet en la matière. Au travers de ces enquêtes, le livre contribue à une meilleure compréhension de la manière dont circulent, à une échelle internationale, les flux médiatiques et culturels.

Parution - Savoirs romantiques

Savoirs romantiques
Une naissance de l’ethnologie

Collection EthnocritiqueS
Anthropologie de la littérature et des arts
Presses universitaires de Nancy, 2011, 354 p., 20 euros

www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100406150

Si l’ethnologie et l’anthropologie, avant de se constituer en savoirs spécialisés, ont une longue préhistoire, leur émergence véritable est justement située dans les parages de la philosophie des Lumières. Pourtant nous ressentons une affinité entre la curiosité ethnologique et un romantisme qui exalte les différences, exotiques et populaires, qui reconnaît la force poétique des langues et des traditions orales, qui fonde la modernité des nations sur des héritages de longue durée. Entre 1800 et 1850, l’expression de ces valeurs trouve chez les écrivains et les artistes, dont beaucoup sont encore des polygraphes heureux, des formes d’expression qui utilisent et parfois mêlent tous les genres: du traité de science morale au roman en passant parle récit de voyage et la recréation littéraire des poèmes et des récits de la tradition.

Cet ouvrage revisite ces rencontres entre un savoir qui s’affirme et un champ littéraire et esthétique qui se réoriente et se diversifie. Mais son horizon est plus vaste. Le romantisme ne se contente pas d’accueillir les aspects pittoresques de l’altérité, il situe ces curiosités intenses sur l’horizon d’une critique morale et politique de la modernité qui tiendra une place décisive dans la naissance de l’ethnologie au sens présent du terme. Le progrès, cette idée d’une perfectibilité continue de l’homme, cette croyance en une positivité nécessaire de l’évolution a un revers préoccupant: l’inéluctable disparition des vaincus, victimes de la marche vers le futur. Alors que toutes les sciences de la société naissent du souci de gérer et d’améliorer les sociétés proches, l’ethnologie prend en charge les condamnés et les oubliés, qu’ils soient d’ailleurs ou d’ici, elle leur reconnaît une égale dignité comme expression de la situation humaine. Tel est l’apport profond et mal compris du romantisme auquel l’ethnologie doit non seulement ses choix d’objet, ses méthodes et son éthique mais sa proximité foncière avec la littérature qui, pour une part, veille aussi sur ces ruptures du temps et fait sortir du silence ces apocalypses culturelles.


Premier volume d’une série vouée à la compréhension des relations entre la discipline ethnologique et les champs (littéraire, artistique, scientifique et politique) dans lesquels elle s’est inscrite, cet ouvrage conduit par Daniel Fabre et Jean-Marie Privat, rassemble les contributions de Noël Barbe, Jean-François Courouau, Daniel Fabre, Philippe Gardy, Philippe Martel, Jean-Marie Privat, Fañch Postic, Xavier Ravier, Claude Reichler et Claudie Voisenat.

Daniel Fabre est Directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris et enseigne à l’Université de Rome-Tor Vergata. Il a co-fondé le Centre d’anthropologie à Toulouse puis le Lahic (Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture) à Paris. Ses travaux portent sur l’ethnologie des sociétés européennes, la question de « l’autre de l’art » et des transferts de sacralité entre religion, politique et culture, les usages contemporains du passé et enfin l’histoire sociale et épistémologique des savoirs anthropologiques.

Jean-Marie Privat, spécialiste d’ethnocritique de la littérature et d’anthropologie de la culture, est professeur de littérature française à l’Université Paul Verlaine - Metz. II est membre associé du LAHIC (Cnrs, Paris) et co-directeur du CELTED (Centre d’études linguistiques des textes et des discours, Metz). J.-M. Privat est aussi membre du comité de rédaction de la revue Ethnologie française (PUF, Paris) et des Cahiers de Littérature orale (Inalco, Paris).

icon Savoirs romantiques (1.04 MB 2011-09-15 08:28:36)