SFSIC-Infos

Design des lieux et des services pour les personnes handicapées

Design des lieux et des services pour les personnes handicapées

Sous la direction de Sylvie Thiéblemont-Dollet et Vincent Meyer

Les textes rassemblés dans cet ouvrage émanent des premiers travaux du nouveau comité CŒUR (Comité d’orientation, d’éducation, urbain et de recherche) sous l’égide de l’association Turbulences.
Dans une optique pluridisciplinaire (sciences de l’information et de la communication, sciences de gestion, médecine et droit) et professionnelle (art, architecture, ergonomie, domotique et robotique), ces contributions se centrent sur les structures et les conditions d’accueil dans différents lieux de vie, et étudient la nature des services que ces derniers offrent aux personnes handicapées ; ceci à l’aune de différentes expériences en cours (françaises et étrangères) et des récentes évolutions réglementaires.
Ainsi, un design des lieux et des services ne doit-il pas être compris dans une logique purement économique et marchande, mais comme une démarche qui s’intègre dans différentes stratégies de développement des établissements sociaux et médico-sociaux. Celle-ci doit accorder une place importante à la créativité et à l’innovation sociale au service et dans le respect des personnes handicapées.
En ce sens, les problématiques développées ici ne concernent pas la seule dimension architecturale, mais également les conditions d’une prise en charge et des interactions qui en découlent, pour améliorer au quotidien leur qualité de vie et contribuer ainsi à leur meilleure intégration dans la société.

Ont contribué à cet ouvrage : Audrey Bonjour, Pierre Delor, Jean-Marc Dollet, Catherine Exertier, Joël Jacquet, Michel Manciaux, Monique Martinet, Jean-Pierre Matthieu, Vincent Meyer, Marie-Pascale Mignot, Pierre Pelot, Sylvie Thiéblemont-Dollet et Dominique Trabucco.

En savoir plus : http://www.leh.fr/edition/autres-ouvrages/design-des-lieux-et-des-services-pour-les-personnes-handicapees-9782848741666.html
 
 

Communication et délibération de L. MONNOYER-SMITH

Communication et délibération

Enjeux technologiques et mutations citoyennes

Laurence MONNOYER-SMITH


Dans un contexte politique de crise de la représentation et de défiance des citoyens vis-à-vis des élites, comment penser une communication démocratique ? Réinventer de nouvelles médiations politiques suppose de reconsidérer le rôle du citoyen en lui reconnaissant une part plus active dans les processus de prise de décision. Cette aspiration à la participation se manifeste aujourd’hui à travers des dispositifs délibératifs variés recourant notamment aux technologies de l’information et de la communication.

Cet ouvrage propose d’explorer ces nouvelles formes de médiation politique à l’aune des théories habermassiennes de la délibération. En sortant de l’opposition stérile entre technique et culture, il montre que les nouveaux « objets politiques » sont les symptômes d’une revendication expressive et participative qu’il reste encore à intégrer dans nos systèmes représentatifs.

Comment, dès lors, capter ces revendications émergentes, les agréger et les organiser dans des dispositifs de débat publics variés ? Tels sont les enjeux traités dans cet ouvrage.


L’auteur

Laurence Monnoyer-Smith est professeure en sciences de l’information et de la communication à l’université de technologie de Compiègne. Spécialiste reconnue en démocratie électronique, elle est l’auteur de nombreux articles internationaux sur ce sujet.

 

==> Télécharger le bon de commande :  icon Communication et délibération de L. MONNOYER-SMITH (113.13 kB)

 

Web social, communautés virtuelles et consommation

 

Web social, communautés virtuelles et consommation

79e congrès international ACFAS

Université Bishop's et Université de Sherbrooke

9 au 13 mai 2011

 

Internet et ses communautés en ligne ont apporté une nouvelle dynamique aux relations sociales autour de produits de consommation, comme les fictions cinématographiques ou télévisées (Kozinets, 1999, 2001) ou encore de communautés de marque (Muñiz & O’Guinn, 2001). Si la notion de lien social permet d’enrichir les études de consommation et les analyses marketing (Badot & Cova, 1995 ; Cova, 2005), elle vient également créer une dialogique, au sens de Morin (1982), qui articule l’individualisme caractéristique de nos sociétés de consommation avec le désir de collectif (Maffesoli, 1988). Ce caractère dual des groupes de consommateurs rend complexe leur qualification en communautés. Entre individuel et collectif, il est toujours plus difficile de conceptualiser cette communauté virtuelle que l’on requalifie au gré des objets de recherche en communauté d’intérêt, de pratiques, de marques (…). Par exemple, GAP, célèbre marque de vêtements, en a fait les frais en octobre 2010 en étant forcée de constater l’échec de son changement de logo suite aux réactions de ses fans sur Facebook. Peut-on pour autant considérer qu’ils (s’)étaient intentionnellement liés contre cette démarche ? Par ailleurs, l’avènement du web social remet la figure de l’usager au centre de la production de contenu (Proulx & Millerand, 2010). La place du consommateur s’en trouve modifiée. Non seulement il partage et échange autour des marques, des produits, mais il participe également à leur évolution ; il les co-produit. La collectivité des consommateurs ne serait donc pas uniquement définie par l’existence discutable d’un lien social, mais également par l’agrégation d’actions individuelles, aux modes de coordination multiples, tournées vers la marque.

Face à ces constats, ce colloque se veut un lieu de discussion des modalités de la réappropriation symbolique des stratégies marketing des entreprises par les internautes à la fois dans des perspectives interprétatives (Arnould & Thompson, 2005, 2007 ; Belk & Sherry, 2007 ; Sherry & Fischer, 2009) et critiques (Saren et al., 2007).

 

http://www.crpcm.uqam.ca/Pages/acfas_2011.aspx

 

Lire la suite : Web social, communautés virtuelles et consommation

Enjeux et usages des technologies de l’information et de la communication

VIIème Colloque International EUTIC (2011)
Bruxelles, 23-25 novembre 2011
Appel à communication

Transformation des organisations évolution des problématiques et mutations fonctionnelles

EUTIC est devenu au fil des ans un événement incontournable dans le calendrier des principaux experts du secteur (décideurs politiques, enseignants/chercheurs, acteurs de terrain, responsables des RH et des conditions de travail, informaticiens, spécialistes des médias, industriels, société civile,…). Depuis 2005, il est un lieu de rassemblement pour des centaines de participants issus de tous les continents autour des enjeux des technologies de l'information et de la communication.

Lire la suite : Enjeux et usages des technologies de l’information et de la communication

Publication : Circav N° 21 " télévision et justice"

 

 

Bonjour, je vous prie de bien vouloir trouver l'annonce de publication du numéro 21 des Cahiers du Circav consacré aux relations entre la télévision et la justice.@font-face

 

TÉLÉVISION ET JUSTICE

Coordonné par

Marie-France Chambat-Houillon

Yannick Lebtahi

 

ISBN : 978-2-296- 11811-9 ; Prix éditeur : 28,50€

 

Ce vingt et unième numéro de la revue CIRCAV a pour objectif d’explorer les relations entre deux institutions majeures : la justice et la télévision. Comment se construisent ces relations ? Que nous apprennent-elles de la justice, de la télévision et plus généralement de la société ? Un constat historique s’impose : à la télévision, la justice n’est pas seulement présente dans les émissions d’information. Elle a envahi le divertissement dès les années 1950, et plus récemment, les séries fictionnelles. Fiction et sérialisation constituent aujourd’hui des voies de contestation esthétiques de l’institution judiciaire. Ce que fait la télévision de la justice et la justice de la télévision : voilà ce dont il est question. En complément des réflexions des chercheurs, nous avons associé celles des professionnels de la procédure judiciaire dont le point de vue décentré permet de mieux rendre compte de l’intrication des enjeux pour chacune de ces institutions.

 

 

Lire la suite : Publication : Circav N° 21 " télévision et justice"

Les pratiques du Web : modes de participation et approches critiques

La revue Terminal
Appel à contributions
Novembre 2010

Coordination : Geneviève Vidal et Antonio A. Casilli

Le succès des sites et des services en ligne promettant un élargissement des cercles de connaissances et d’« amitiés » est le phénomène caractéristique de ce qu’il est convenu d’appeler le Web 2.0. Contributif, participatif ou tout simplement social, le Web actuel se manifeste au travers d’une galaxie d’usages qui mettent l’accent sur l’immédiateté, la convivialité et le relationnel.

Lire la suite : Les pratiques du Web : modes de participation et approches critiques

Espace Public Contemporain - B. Miège

Considéré depuis les cités grecques et les Lumières comme indissociable du fonctionnement des régimes démocratiques ou de l’avancée de la démocratie, l’espace public est en permanence le lieu de controverses et de beaucoup d’incompréhensions. C’est une notion qui divise, autant les responsables politiques, les publicistes que les universitaires. Faut-il la réduire aux (nouveaux) espaces de sociabilité, à la scène politique ou même aux espaces urbains, favorisant les échanges ? Ou s’organise-t-elle toujours autour du débat public, de l’échange argumenté d’idées et de leur publicisation ?

Cette dernière option est celle de l’auteur qui rediscute les fondements de la notion ; dans ce but s’il prend appui sur les propositions successives de Jürgen Habermas, il les critique et s’efforce de les prolonger. L’auteur fait également appel aux méthodes d’enquêtes et de recherche des sciences sociales, et donc à des travaux de terrain pour mettre en correspondance l’espace public, ou plutôt les espaces publics, avec des mutations contemporaines. Enfin, il montre combien il est important, du point de vue réflexif mais aussi dans l’action, de distinguer les espaces publics partiels, qu’il qualifie de sociétaux, de l’espace public politique.
Avec les contributions de Roger Bautier et d’Hélène Romeyer.

Annonce de cette parution :

icon Espace Public Contemporain - B. Miège (237.6 kB) 

Revue Jeunes et médias : Appel à articles

Appel à articles : les jeunes et les phénomènes sériels


La revue semestrielle en sciences de l’information et de la communication Jeunes et médias, les cahiers francophones de l’éducation aux médias, propose une réflexion concernant les pratiques médiatiques des jeunes et leurs modes d’expression et d’appropriation. Dans ce cadre, le dossier thématique du premier numéro portait sur les objets culturels méprisés.

Le dossier thématique du numéro 2 de la revue Jeunes et médias, les cahiers francophones de l’éducation aux médias s’intéresse aux phénomènes sériels.

Les moins de vingt-cinq ans ont en effet une consommation importante de biens culturels produits en série. Pour exemple, la diversité et la pluralité de sites dédiés aux jeunes et aux séries télévisées attestent de l’intérêt qu’ils leur portent. Le streaming, la VOD ont changé aussi la manière de consommer celles-ci. Le succès éditorial de certaines séries – Twilight, Tara Duncan, mais aussi les bandes dessinées et les mangas – parfois adaptées au cinéma avec le même bonheur contribuent à alimenter la réflexion concernant les spécificités de la sérialité destinée aux plus jeunes.

A cette fin, plusieurs axes ont été retenus et pourront être abordés dans une approche pluridisciplinaire :

-          Définition, contours et limites du genre sériel (brièveté, temporalité, récurrence…);
-          Evolution des techniques et des conditions de production des formes de la sérialité contemporaine ;
-          Les jeunes, public spécifique ou privilégié ? (études en réception, approches qualitatives ou quantitatives) ;
-          Les figures tutélaires ou la question des héros récurrents.
-          L’univers sériel et le désir du collectionneur ;
-          Les stratégies marketing des produits sériels.

Les propositions d’articles (1500 signes) sont à adresser avant le 8 décembre 2010 à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les auteurs seront avertis par email le 15 décembre que leur proposition est retenue.
Les articles (entre 22000 et 25 000 signes, espaces et bibliographie compris) seront à envoyer pour le 30 janvier au plus tard.
 

Quand la santé devient médiatique

Quand la santé devient médiatique
Les logiques de production de l’information dans la presse
Dominique Marchetti

 

Quelques mots sur l’ouvrage

Cet ouvrage cherche à comprendre les logiques de production de l’information dans les médias « grand public » à travers l’exemple du traitement des questions de santé.
En s’appuyant sur une longue enquête, l’auteur décrit comment l’information de santé est l’objet d’enjeux non seulement scientifiques mais aussi et surtout économiques, politiques et journalistiques. En effet, ce type d’information était étroitement contrôlé depuis les années 1950 par les autorités médicales et une poignée de journalistes spécialisés. Elle est aujourd’hui davantage soumise aux lois ordinaires de la production de l’information.
La montée des affaires médicales et de l’information pratique atteste du poids grandissant des considérations journalistiques, politiques et plus encore économiques. Le basculement s’est opéré à partir des années 1970 et surtout 1980 au cours desquelles la santé a pris une place croissante dans les médias, notamment en raison de « nouveaux » risques sanitaires potentiels ou réels et de transformations touchant différents espaces sociaux.
L’affaire du sang contaminé et les scandales liés au sida, qui font ici l’objet d’une enquête spécifique, illustrent le développement d’une information de santé plus critique à l’égard des pouvoirs médicaux et politiques. Cette étude de cas éclaire ainsi d’un jour nouveau les processus par lesquels une information relativement spécialisée et confinée à des cercles sociaux et professionnels restreints devient au fil du temps une information « grand public » et, par là même, comment elle se transforme.

Quelques mots sur le public

Universitaire : Étudiants de 2e et 3e cycles (niveau L3, master, doctorat) et enseignants venant des sciences de l’information et de la communication, du journalisme, de la science politique, de la sociologie et plus largement des sciences sociales et de la médecine.
Professionnel : professions médicales et paramédicales, agents de la fonction publique d’État et territoriale en charge des questions de santé publique, chargés de communication et, plus généralement, toux ceux qui s’intéressent aux médias et/ou à la science et à la santé publique.

 

Quelques mots sur l’auteur

Dominique Marchetti est sociologue au CNRS, rattaché au Centre européen de sociologie et de science politique (université de Paris 1 – EHESS).

icon Quand la santé devient médiatique (257.51 kB) 

Lire la suite : Quand la santé devient médiatique

Congrès international développement durable, marketing et communication des organisations

Appel à communications

L’ENCG Agadir organise

Le 20-21 Mai 2011

Le Congrès International

Impact du Développement Durable sur le Marketing et la Communication des Organisations

En partenariat avec l’ADERSE, la CRSDD, la CRPCM & le RIODD

Présentation

La Commission dite Brundtland (1987) propose la définition la plus communément admise du développement durable : « Un développement qui satisfait les besoins de la génération actuelle sans compromettre ceux des générations futures ».L’UNESCO décrit d’ailleurs le développement durable comme «un concept dynamique, à dimensions multiples et susceptible d’interprétations différentes». La réflexion sur le développement durable témoigne cependant de la contestation des paradigmes économiques, sociaux et écologiques en vigueur depuis le 18ème siècle. Son adoption comme principe fondamental d’organisation de la société équivaudrait donc à une révolution qui ne saurait rester sans conséquence pour les acteurs que sont les entreprises. Celles-ci seraient amenées à adopter, indépendamment de leurs besoins et objectifs, des nouvelles pratiques et procédures. En fait, nombre d'entreprises situent désormais cet impératif au coeur même de leur stratégie et l’intègrent au même titre que celui de la productivité ou de la valeur actionnariale. Le marketing est l’ensemble des activités de l’entreprise tournées vers la réponse aux besoins des consommateurs et la réalisation d’échanges mutuellement bénéfiques. Certes, le marketing n’a pas toujours mis l’accent sur la qualité de ses liens avec le marché. L’échange pratiqué entre producteurs, distributeurs et consommateurs est trop souvent fondé sur une asymétrie d’information et sur un évident déséquilibre des pouvoirs, et ce pour une raison simple : l’objectif de l’entreprise est fondamentalement d’optimiser en sa faveur la relation qu’elle a créée avec ses clients. Cependant, même si l’image négative des pratiques de marketing demeure présente dans le discours médiatique, l’opinion publique semble néanmoins reconnaître l’utilité de gérer de manière responsable les relations entre l’entreprise et son environnement. A ce titre, on assiste actuellement à l’apparition des concepts tels que le marketing social, sociétal, le marketing «vert», le marketing holiste etc. Etant en partie une technique au service du marketing, la communication connaît le même sort. Ainsi on observe actuellement plusieurs campagnes orientées vers le développement durable. Qu’en est -il en réalité ? S’agit –il vraiment d’une prise de conscience de l’importance de l’environnement ou simplement d’un effet de mode ? Enfin, quelle est la place de ce genre de pratiques dans les pays en voie de développement ? C’est un ensemble de questions auxquelles nous tenterons de répondre dans ce congrès à travers les thèmes qui suivent.

Lire la suite : Congrès international développement durable, marketing et communication des organisations