SFSIC-Infos

Colloque international Mondialisation des échanges, communication de crise et relations publiques

Luxembourg, 6, 7 et 8 octobre 2011
Organisé par l’association AMDDS


La communication comme objet scientifique est sujette à de nombreuses sollicitations visant à comprendre les actions des Hommes et à apporter des solutions aux problèmes qui se posent à eux. La mondialisation des échanges et les technologies de l’information et de la communication amplifient et complexifient davantage le phénomène. Elle nous amène à prendre des initiatives novatrices pour rester en adéquation avec les progrès technologiques. Les relations publiques nous permettent de mieux appréhender les phénomènes de communication dans leur globalité avec une focale intéressante liée à la question de la crédibilité, la confiance, la rentabilité et l’efficacité. La communication institutionnelle (interne ou externe), la communication des entreprises, la communication de crise ou d’urgence ainsi que le lobbying sont constituantes des relations publiques.

L’analyse de ces différents aspects au regard des évolutions technologiques et de la mondialisation des échanges suscite quelques interrogations. Peut-on envisager d’appréhender les relations publiques au-delà des référents culturels ?

Dans l’actualité récente, les traitements médiatiques de Fukushima, du drame du vol Air France 447 Rio Paris ou encore les évènements dits du « printemps arabe » suscitent encore et toujours des réactions d’un public directement concerné ou non par une crise, une catastrophe, une restructuration d’un paysage politique, économique. Quels rapports sont établis avec le public à la fois par une dimension stratégique et par une dimension médiatique ? Dans tous les cas, l’information diffusée révèle une approche politique, économique et sociale de la situation alors que sa réception fait fortement recours à la culture et aux représentations construites dans le temps et l’histoire.
Gouverner c’est prévoir dit-on mais face à ces  crises inattendues, il est urgent de réfléchir  sur les moyens permettant de se prémunir contre celles-ci en amont pour anticiper au mieux d’éventuelles néfastes conséquences ; en aval pour prendre toutes les mesures qui s’imposent afin que dans le futur celles-ci soient mieux maîtrisées. Les relations publiques ont semble-t-il un rôle important à jouer à l’égard du public dans la mise en place d’actions de communication, de campagnes de sensibilisation, de précurseurs d’axes d’évolution.

Cet appel à communication porte sur la compréhension des phénomènes de crise et des stratégies communicationnelles ou autres mises en place.

Les communications attendues concernent  les champs suivants :

•    Axe 1 : Histoire et évolution des relations publiques : quelles constantes ? quelles variantes ?

•    Axe 2 : Relations publiques et évolutions technologiques

•    Axe 3 : Relations publiques et crises actuelles

•    Axe 4 : Mondialisation des échanges, culture et communication de crise




Modalités de soumission :

Les propositions, problématisées, doivent être rédigées sous forme de résumé en français ou en anglais d’une longueur d’environ 6000 signes, espaces non compris, bibliographie non comprise, police Times New Roman, taille 12 points, sous format RTF.

Afin de préserver l’anonymat des propositions (l’évaluation se fera en double aveugle), la première page doit contenir :
-    le titre de la proposition,
-    les noms,
-    les coordonnées de l’auteur ou des auteurs et leur affiliation institutionnelle,
-    l’axe dans lequel la proposition s’inscrit,
-     cinq à huit mots clés.

La deuxième page et les suivantes contiendront le titre, suivi du texte de la proposition et d’une  bibliographie.


Responsable scientifique : Professeur Alain Kiyindou (Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3)

Comité scientifique :

-    D’ALMEIDA Nicole, Professeure des universités en Sciences de l’information et de la communication, Celsa/Sorbonne
-    DAGHMI Fatallah, Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, Université de Poitiers
- GRAMACCIA Gino, Professeur des universités en Sciences de l’information et de la communication, université Bordeaux 3
-    LONEUX Catherine, Professeure des universités en Sciences de l’information et de la communication, université européenne de Bretagne/Rennes 2
-    MIERE-PELAGE Théodora, Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, Université de Saint-Quentin en Yvelines
-    RAICHVARG Daniel, Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication, Université de Bourgogne
-    THIÉBLÉMONT-DOLLET Sylvie, Professeure des universités en sciences de l’information et de la communication, université de Nancy 2
-    WALTER Jacques, Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication, directeur du centre de recherche sur les médiations (CREM) de l’université Paul Verlaine/Metz
-    WILHELM Frank, Professeur,  Faculté des Lettres, des Arts, des Sciences humaines et des Sciences de l'éducation, Université du Luxembourg

Comité d’organisation :

-    Amrous Naïla, Dr en SIC, enseignante à l’école des sciences de l’information de Rabat (Maroc)
-    Cisse Hadj Bangali, Dr en SIC, Université Paul Verlaine/Metz
-    Danisa David Ivan, Doctorant en Sciences Politiques, l’Université de Trèves
-    Fortes Keila, chargée de communication, membre de l’AMDDS, lycée technique du centre Luxembourg
-    Hoff David, Doctorant, Université Paul Verlaine/Metz
-    Keïta Sékouna, Dr en SIC, fonctionnaire, Directeur général adjoint du journal Horoya en Guinée
-    Lahmadi Ghizlaine, Doctorante au CNAM à Paris,
-    Meyers Christian, chargé de cours, Université du Luxembourg
-    Moullin Julie, membre AMDDS, webmaster à Monaco
-   Rabah Larbi, Avocat au barreau de Luxembourg,
-    Rodrigues Thanyah, chargée de communication, membres de l’AMDDS, lycée technique du centre Luxembourg,
-    Saadaoui Linda, Dr en SIC, université Paul Verlaine/Metz
-    Sakho Cheikh Jimbira, Doctorant en SIC, Université Paul Verlaine/Metz
-    Ziani Ghoutiz, Doctorant en SIC Université Paul Verlaine/Metz



CONDITIONS DE PARTICIPATION

La proposition de communication devra comprendre :
‐ La liste des auteurs et des co-auteurs (prénom, nom, statut, institution)
‐ Les coordonnées des auteurs (adresses, courriel, téléphone, etc.)
‐ Un titre de 150 caractères maximum (espaces compris)
‐ Huit mots clés au maximum
‐ Un résumé d’environ 6000 signes, (espaces compris)
‐ Une bibliographie (maximum deux pages)

Les propositions de communications au format RTF devront être envoyées par courriel à :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L’objet du courriel sera intitulé : Proposition AMDDS 2011

Les articles attendus, après acceptation des propositions, feront 30.000 signes (espace non compris).

Calendrier :

Date limite de réception des propositions de communication 20 juillet 2011
Les propositions retenues seront communiquées aux auteurs le 30 juillet 2011
Envoi des textes définitifs le 5 septembre 2011
Date du colloque 07-08 octobre 2011
Frais d’inscriptions
Pour les participants individuels avec communication : 100 euros ;
Pour les participants représentants les entreprises : 200 euros ;
Pour de plus amples informations : http//www.amdds.eu

AAC-Congrès international Crossroads in CuItural Studies, Paris 2012

CONGRÈS CROSSROADS IN CULTURAL STUDIES, 

PARIS 2-6 JUILLET 2012 

Organisé par l’Université Sorbonne Nouvelle et l’UNESCO

Appel à contributions

Nous sommes heureux de vous annoncer que le 9ème congrès international Crossroads in Cultural Studies se déroulera à Paris, en France, du 2 au 6 juillet 2012, sous l’égide de l’Université Sorbonne Nouvelle et de l’UNESCO.

Paris constitue un carrefour historique entre les cultures et les peuples. La ville a notamment joué un rôle majeur dans le développement et la circulation des travaux essentiels à la formation de l'imaginaire postcolonial. Dans le prolongement de cette tradition de pensée critique et compréhensive, les organisateurs lancent un appel à contributions, afin de poursuivre l’exploration des multiples intersections entre culture, pouvoir et savoir, au sein des Cultural Studies.

Lire la suite : AAC-Congrès international Crossroads in CuItural Studies, Paris 2012

Organizing: a Matter of Language, Discourse, or Communication?

A special issue of the French journal Sciences de la Société
Guest editors:
Bertrand Fauré, LERASS, Université Toulouse 3
Daniel Robichaud, Department of communication, Université de Montréal
The French interdisciplinary journal Sciences de la Société (SdS) will publish, for its 80th edition, a special issue aimed at fostering dialogue between disciplinary (sociology, communication, management…) and linguistic (French, English…) research communities that study organizations and processes of organizing. Organizations and organizing processes are at the forefront of contemporary global transformations and change the lives of individuals across the world. Organization studies have also been a growing interest for SdS readers and editors (see issues 74, 63, 61, 59, 50 and 51 in the past 10 years only). More importantly, a common concern in contemporary anglophone and francophone research communities on organizations is the role of language/discourse/communication in the constitution and formation of organizational realities.
In the anglophone world, the “interpretive turn” (Putman & Pacanowski, 1983), among other influences, shaped the emergence of a young field – called Organization communication – that developed progressively into an autonomous and “discipline” (Mumby, 2007; Mumby & Stohl, 1996). With its professional networks, journals, and academic programs, the field has become increasingly institutionalized, especially in the United States and Canada. In parallel with the latter, another field emerged in the early 1990s in Europe and elsewhere around the notion of organizational discourse and discursive approaches to organizations (Grant, Hardy & Oswick, 2004). Whereas both fields developed rather independently form each other until the 2000s (Jian et al., 2008; Taylor, 2008), many bridges have been built since through conferences and journals (e.g., see Teun van Dijk’s Discourse & Communication).

Lire la suite : Organizing: a Matter of Language, Discourse, or Communication?

Appel à contribution : épistémologie de la communication

Appel à contributions

WORKSHOP INTERNATIONAL

LERASS - ESSACHESS deuxième édition

Epistémologie de la communication : bilan et perspectives

Pour la deuxième année consécutive, l’équipe Technopolis du LERASS (Laboratoire d’Etudes et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales) et la revue Essachess organisent un workshop international. Cette nouvelle édition, qui se déroulera à Toulouse le 8 décembre 2011, portera sur l’épistémologie de la communication. 

La nature interdisciplinaire et la relative jeunesse des Sciences de l’information et de la communication, en effet, rendent difficile la délimitation de leur champ épistémologique. La diversité des approches méthodologiques utilisées, la multiplicité des objets étudiés, la variété des théories élaborées ou empruntées à d’autres domaines scientifiques, aboutissent à un éclatement des perspectives, à un manque d’unité et de cohérence, voire même à une absence de consensus sur ce qu’elles sont ou sur ce qu’elles devraient être. Certains voient en elles un savoir mosaïque, d’autres vont même jusqu’à leur refuser le statut de discipline. Pourtant, ce foisonnement apparaît également comme un gage de richesse. Par ailleurs, si leur domaine de connaissance demeure quelque peu déstructuré et que leurs contours restent flous, les Sciences de l’information et de la communication semblent avoir progressivement acquis une légitimité académique et une reconnaissance institutionnelle.

Cette journée d’étude vise donc à dresser un bilan, mais aussi à proposer des pistes de recherche. Qu’en est-il, aujourd’hui, du champ et du statut épistémologique des SIC ? Comment les définir ? Quelle en est la nature, et quelles en sont les frontières ? Quels rapports les SIC entretiennent-elles avec la philosophie, la linguistique ou encore la sociologie ? Comment évaluer leur degré d’autonomie et de légitimité en tant que discipline ? La transversalité des approches et l’hétérogénéité des théories sont-elles intrinsèquement liées aux SIC, ou sont-elles le signe que ces dernières n’ont pas encore atteint leur pleine maturité épistémologique ? La situation évoquée par une équipe de chercheurs en 2002, dans un ouvrage dirigé par Robert Boure et intitulé Les Origines des sciences de l’information et de la communication, a-t-elle évolué, dix ans après ? Quels nouveaux constats peut-on établir, dans la continuité ou en rupture avec ce qu’ils ont mis en exergue ?

icon AAC - Epistémologie de la communication (16.06 KB 2011-06-24 21:27:52)

 

Lire la suite : Appel à contribution : épistémologie de la communication

AAC - Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur

Séminaire d’enseignement et de recherche Master 2
« Livre : Création, Culture et Société »

Thématique 2011-2012 :
« Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur »

Appel à contribution


Date limite : 8 juillet 2011


Le groupe de travail « Livre : Création, Culture et Société » du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université de Versailles-Saint-Quentin), constitué de chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent.
Ses activités se déroulent au pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud).
Cette année, se tiendra la cinquième saison de son séminaire de recherche, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, sur le thème annuel « Les réseaux du livre : de l’auteur au lecteur ».

Champ de recherche :
Dans la continuité des débats et réflexions suscités par la session 2009-2010 du séminaire, par la première journée d’études du 15 juin 2009 (« Du livre à l’auteur. Autorité, sociabilités, matérialité et circulation de l’écrit du XVIe au XIXe siècle » (www.chcsc.uvsq.fr/journees/dulivrealauteur.html) et le colloque des 2 et 3 juillet 2010 (« L’auteur en réseau, les réseaux de l’auteur. Du livre à Internet »), ainsi que dans le cadre de la préparation du projet ANR « L’auteur en réseaux. Modes de circulation transnationale du livre » (session 2012),  notre groupe de travail entend poursuivre ses investigations sur le livre, l’auteur, non seulement dans le cadre des relations avec les autres professionnels du livre (éditeurs, libraires, bibliothécaires, critiques…), mais aussi dans son rapport complexe et souvent invisible avec la communauté des lecteurs (imaginé, convoqué, redouté, réel, pluriel, hyperlecteur, contre-lecteur…).
Il s’agit toujours de privilégier une approche historiques et pluridisciplinaire des pratiques culturelles et professionnelles capable d’interroger l’auteur non plus comme « acteur central de l’univers littéraire » (B. Lahire),  mais comme un acteur parmi d’autres pris dans un réseau contractuel (avec un éditeur), dans un réseau communicationnel (avec libraires et bibliothécaires), dans un réseau médiatique (avec les journalistes).
Refusant la coupure entre une réflexion sur l’art ou la littérature (ne s’attachant qu’aux producteurs et créateurs les plus consacrés) et une analyse des pratiques culturelles, il s’agira de ne pas exclure les productions commerciales grand public ni les créateurs les moins légitimes (auteurs de best-sellers, auteurs de genres populaires dits mineurs), et de prendre en compte la banalisation de l’objet livre qui désacralise le produit et le producteur, l’œuvre et le créateur. Dans cette optique, toutes les perspectives (historiques, juridiques, littéraires, sociologiques…) seront prises en compte.

La réflexion se poursuivra selon les deux axes de réflexion suivants :

  1. Les réseaux de diffusion

Seront privilégiées les pistes suivantes :
-    la librairie et la bibliothèque face aux usagers du livre
-    les imaginaires de la librairie, de l’édition et de la bibliothèque
-    la lecture comme création (lecture savante ; les lectures de l’auteur…)
-    les supports ou les outils de lecture
-    les représentations de la lecture
-    les discours sur la lecture
-    l’écriture en marge (de la glose à Internet)
-    transferts littéraires et réception littéraire
-    les littératures traduites
-    …

2. Les communautés de lecteur

Pourront être explorées les pistes suivantes :
-    les cercles de lecture
-    les lieux de sociabilité et de lecture
-    les modalités de lecture (à haute voix, silencieuse…)
-    les abécédaires et manuels de lecture
-    les comités de lecture (journaux et maisons d’édition)
-    les courriers de lecteurs (presse, édition…)
-    les blogueurs
-    les fans
-    les sites de lecture
-    …

Renseignements pratiques :

Responsable :
Sylvie Ducas, maître de conférences à Paris Ouest-Nanterre La Défense

Horaire du séminaire de recherche :
Le jeudi par quinzaine de 9 à 13h, à raison de deux conférenciers par séance.

Lieu :
Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud. Tél. : 01 40 97 98 83

Calendrier des séances :
Jeudi 29 septembre 2011
Jeudi 13 octobre 2011
Jeudi 27 octobre 2011
Jeudi  10 novembre 2011
Jeudi 24 novembre 2011 : séance réservée aux présentations de travaux d’étudiants
Jeudi 8 décembre 2011 : séance réservée aux présentations de travaux d’étudiants
Jeudi 5 janvier 2012 : séance réservée aux présentations de travaux d’étudiants
Jeudi 19 janvier 2012 : séance réservée aux présentations de travaux d’étudiants
Jeudi 2 février 2012
Jeudi 16 février 2012
Jeudi 1er mars 2012
Jeudi 15 mars 2012

Forme et date limite de remise des propositions :

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 350 mots, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire et laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques). Elles seront transmises par voie électronique avant le 8 juillet 2011 à la double adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Appel à contributions pour le volume 4, n°8 (2011) de la revue ESSACHESS – Journal for Communication

Appel à contributions pour le volume 4, n°8 (2011) de la revue ESSACHESS – Journal for Communication

www.essachess.com

La communication et le sacré

Coordination du dossier :

Mihai COMAN (Université de Bucarest)

et Céline BRYON-PORTET (Université de Toulouse, LERASS)

 

La société moderne occidentale s’est caractérisée par une sécularisation progressive, un affaiblissement de la foi et des cadres institutionnels de la religion, qui firent dire à Nietzsche, à la fin du 19ème siècle, que « Dieu est mort »... Mais qu’en est-il du sacré ? Si l’on s’accorde à reconnaître que la sphère du sacré déborde largement celle du religieux, il semble nécessaire de décorréler les deux phénomènes. Face à ce que Max Weber appelait le « désenchantement du     monde », nombre de sociologues contemporains ont cru identifier un mouvement inverse de ré-enchantement, via une réapparition du sacré sous des formes diverses. Il semble donc nécessaire d’interroger la nature même du sacré, et plus particulièrement sa fonction tout à la fois cohésive (au niveau infra-groupal) et séparative (au niveau extra-groupal), ainsi que ses mutations éventuelles.

Lire la suite : Appel à contributions pour le volume 4, n°8 (2011) de la revue ESSACHESS – Journal for Communication

Appel à projets 2011 : ISCC

Appel à projets 2011
porté par l'Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC - www.iscc.cnrs.fr)



I)   Objectif : développer les sciences de la communication  comme vecteur d’interdisciplinarité

La communication représente l’enjeu central de la société de la connaissance à l’ère de la mondialisation et donne depuis 50 ans lieu à un nombre croissant de recherches, en France comme à l’étranger qui ont fait émerger une discipline originale et ouverte : les « sciences de la communication ».

Dans la lignée des 4 programmes interdisciplinaires de recherche (PIR) lancés de 2007 à 2010, la nouvelle action interdisciplinaire de recherche (AIR) en sciences de la communication vise à développer ce champ scientifique en mobilisant une communauté de chercheurs et en favorisant de nouveaux projets de recherche.

Dans un souci d’interdisciplinarité renforcée, les AIR « Sciences de la communication »,  « Chimie pour le développement durable » et « Énergie » ont pris la décision de joindre leurs efforts en soumettant des thèmes de recherche communes à l’appel d’offre.

II)   Priorités pour 2011
Epistémologie comparée, expertise et controverses

L’appel à projets de l’AIR 2011 s’inscrit dans le cadre du « Carré des connaissances de l’ISCC » qui en constitue la grille d’analyse théorique.

Ce « Carré des connaissances » privilégie 4 axes de recherche :
– l’épistémologique comparée et l’interdisciplinarité,
– l’expertise et les controverses,
– les industries et l’ingénierie des connaissances,
– les rapports entre sciences, techniques et société.
Les questions de cultures, sociétés et mondialisation relient ces 4 axes.
L’appel à projets 2011 entend concentrer ses efforts sur les deux premiers axes : « Épistémologie comparée et interdisciplinarité », « Expertise et controverses ».

Les thèmes de recherche proposés dans le cadre de sa coopération avec les AIR « Chimie pour le développement durable » et « Énergie » s’inscrivent dans ces axes.

Épistémologie comparée et interdisciplinarité
– Place et rôle des concepts d’information et de communication dans les théories de la connaissance et dans les grandes évolutions des théories scientifiques.
– L’interdisciplinarité comme problématique de la communication : problématiques de l’interdisciplinarité selon les sciences  et les domaines de connaissances ; réussites et contradictions de la démarche d’interdisciplinarité.

Expertises et controverses
– Rôle croissant de l’expertise dans l’expansion des connaissances ; statuts et types d’expertise : experts scientifiques, agences publiques, expertise et médias ; place de l’expertise dans l’évaluation des politiques publiques, stratégie de communication, dimensions argumentatives et délibératives.
– Émergence des controverses dans le champ social concernant les rapports entre sciences, techniques et société : OGM, nanotechnologies, gouvernance de l’internet, questions bioéthiques, santé publique, perturbateurs endocriniens, réchauffement climatique, ondes électromagnétiques : études de cas.

Thématiques conjointes avec l’AIR « Chimie pour le développement durable »
– Communication de la chimie et autour de la chimie : relations chimie – société civile ; visions de la nature dans la communication de la chimie ; image publique des sciences chimiques et de l’industrie chimique ; participation du public et des ONG dans les choix scientifiques et technico-politiques (ex. : mise sur le marché d’un produit de l’innovation) ; méthodes participatives, analyses de cas, stratégies publicitaires.
– Le règlement REACH : analyse socio-économique et politique de la mise en œuvre du règlement ; analyses de l’expertise en matière d’évaluation du risque chimique telle qu’elle ressort de ce règlement ; stratégies des acteurs dans le développement et l’évaluation de l’expertise réglementaire en matière de risques chimiques ; analyse de controverses autour du développement ou de la mise en œuvre du règlement REACH.

Thématiques conjointes avec l’AIR « Énergie »
– Communication sur les questions énergétiques : relation énergie – société civile en France et à l’étranger ; géopolitique de l’énergie et des économies d’énergie ; représentation scientifique et culturelle des diverses sources d’énergie.
– La controverse autour de l’énergie atomique : dimension politique, économique et médiatique ; évolution historique ; rôle de l’opinion publique ; rôle des ONG ; comparaisons internationales.

III)   Critères d’éligibilité

Présentation synthétique et dynamique du projet.
Valeur scientifique : maîtrise du champ disciplinaire, validité de la méthode, perspective d’évaluation ; valeur synthétique de la présentation.
Composante interdisciplinaire. NB : le recours à un logiciel de traitement de données ne constitue pas en lui-même un projet transdisciplinaire avec les mathématiques appliquées à l’informatique.
Perspectives de production scientifique : séminaires, conférences, publications.
Rigueur logistique : budget cohérent, calendrier crédible.
Validation par le directeur de l'unité à qui seront délégués les fonds.

IV)   Engagement des porteurs de projet

Rester en contact suivi avec l’ISCC et prendre le plus souvent possible part à son séminaire bimensuel.

Participer le mercredi 29 juin 2011 à la « Journée AIR de l’ISCC » ; le financement de cette participation est à imputer sur le projet présenté à l’appel à projets.

Mettre en ligne un site consacré à leur projet de recherche et à ses développements ; il sera possible le cas échéant de recourir au site de carnets de recherche « hypothèse.org ».

Faire impérativement mention de l’ISCC et, s’ils sont concernés, des AIR Chimie durable et Energie, dans toutes publications effectuées dans le cadre du projet; au cas où seul le laboratoire de rattachement serait autorisé à signer, la mention suivante devra être insérée : « Cet article est publié dans le cadre d’un programme financé par l’Institut des sciences de la communication du CNRS au titre de l’appel à projets de l’année 2011 ».

Transmettre une note d’étape fin 2011 et le rapport final au plus tard le 31 décembre 2012.

V)   Financements et gestion

Les projets retenus seront financés pour un montant pouvant aller jusqu’à 10 000 euros à utiliser au cours de l’année 2011 pour couvrir exclusivement des dépenses de fonctionnement et d’équipement. Les crédits alloués devront être impérativement dépensés avant décembre 2011.

Les budgets seront présentés en s’inspirant du tableau suivant :
http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article1382

VI)   Calendrier

La date limite de dépôt des projets  est fixée au vendredi 17 juin 2011 à minuit


Les dossiers peuvent être retirés aux adresses suivantes :

http://www.cnrs.fr/prg/PIR/programmes/ScCom/ao.htm
ou

http://www.iscc.cnrs.fr/spip.php?article1382

et déposés jusqu'au 17 juin 2011 à l’adresse suivante
https://www2.cnrs.fr/ipam_gao/inscription.php?id_ao=9602


Le comité d'experts chargé d'examiner les projets rendra sa décision le vendredi 24 juin 2011 en publiant la liste des dossiers retenus sur le site de l'ISCC et en contactant leurs auteurs par voie électronique.

VII)   Contacts

Pour tout renseignement complémentaire, contactez le directeur de l’AIR en sciences de la communication, Pascal DAYEZ-BURGEON, 20, rue Berbier-du-Mets, 75 013 Paris.
(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

Pour la gestion des crédits, contactez Mme Laurence EL KHOURI, Mission pour l’interdisciplinarité, CNRS, 3 rue Michel-Ange, 75794 Paris CEDEX 16.
(Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

AAA - International Journal of Electronic Governance

Appel à articles en langue anglaise

International Journal of Electronic Governance (IJEG)

- E-Deliberation 2.0 (submission deadline Jun 30, 2011)

icon AAA - IJEG E-deliberation (147.59 KB 2011-06-04 08:41:50)

- Green E-Participation (submission deadline Sep 30, 2011)

icon AAA - IJEG Green E-Participation (109.96 KB 2011-06-04 08:44:11)

- Voting Advice Applications (submission deadline Dec 30, 2011)

icon AAA - IJEG Voting Advice Applications (146.03 KB 2011-06-04 08:45:14)

AAC - Les cultures des sciences en Europe

Colloque international

LES CULTURES DES SCIENCES EN EUROPE
Volet 2 : DISPOSITIFS, PUBLICS, ACTEURS ET INSTITUTIONS  

Strasbourg, les 13, 14 et 15 octobre 2011 

Centre de recherche sur les médiations
(EA 3476, université Paul Verlaine-Metz, université Nancy 2, université de Haute-Alsace)

Laboratoire interuniversitaire des sciences de l’éducation et de la communication
(EA 2310, université de Strasbourg, université Nancy 2, université de Haute-Alsace)

L'appel à communication est étendu au 21 juin 2011

Ce colloque  abordera les enjeux politiques de la culture scientifique, les volontés d’acteurs, la manière dont les institutions s’impliquent, les objectifs poursuivis. Une importance toute particulière sera accordée à l’équilibre qu’il s’agit de mettre en œuvre entre les programmatiques européennes et les spécificités des histoires, des traditions et des innovations en ce domaine. Les communications se distribueront autour de 3 axes : « Politiques des cultures des sciences et des techniques », « Publics, citoyens ou acteurs ? Définitions, autodéfinitions et positionnements », « Valeurs, hiérarchies et présupposés de la CST ».

La date limite pour l'envoi des propositions est fixée au 21 juin 2011. Sont attendues des contributions relevant des Sciences de l’information et de la communication, et de façon plus large des différents domaines des Sciences humaines et sociales. Les présentations théoriques ouvrant sur des questionnements nouveaux, les recherches empiriques originales, les études de cas seront particulièrement appréciées, ainsi que les réflexions critiques et retours d’expériences provenant des acteurs de la médiation. Aussi le colloque permettra-t-il de participer à l’émergence de problématiques nouvelles et de faire dialoguer les approches. Les contributions seront de préférence nourries par une mise en perspective via une approche comparative concernant les pratiques ou les politiques de la médiation scientifique et technique dans différents pays européens.

icon AAC - Culture des Sciences Europe (475.78 KB 2011-06-04 08:33:41)

AAC - Médiatisation de l'évaluation

La médiatisation de l'évaluation

Colloque international

15-16 Mars 2012 - Paris

Organisé par : CELSA Paris Sorbonne, Université Paris 13 Nord, Université Paris 8 Vincennes Saint Denis, CNRS ISCC

 

Présentation du colloque
------------------------------------------------
Le colloque international « La médiatisation de l’évaluation » se donne pour ambition générale de questionner l’évaluation sous l’angle de sa médiatisation, considérant celle-ci comme consubstantielle à la « culture », à la « fièvre », à la « manie » ou encore à l’« explosion » de l’évaluation que l’on a pu observer dans les pays développés depuis les années 1970. Sans souscrire à l’idée d’une absolue nouveauté tant de l’évaluation elle-même que de ses rapports avec les médias, et en gardant à l’esprit leur longue historicité, le colloque s’attachera à comprendre l’évaluation, en lien – d’une manière ou d’une autre mais toujours fortement –, avec les médias (presse, radio, télévision, web) dans les sociétés contemporaines.

L’emphase sera mise sur les dispositifs d’évaluation socialement fondée sur la quantification, et aux appellations observables multiples : « classements », « palmarès », « tops », « listes », « rankings », « ratings », « baromètres », « tableaux de bord », « benchmarkings »… Le colloque portera également attention à des dispositifs d’évaluation qualitatifs qui font aussi florès dans le champ médiatique : « prix », « labels », « concours », « récompenses », « trophées », etc. On tentera ainsi de comprendre plus particulièrement la montée en puissance de certains dispositifs d’évaluation impersonnels qui coexistent aujourd’hui avec les genres journalistiques traditionnels fondés sur l’expression d’un jugement personnel (éditorial, billet d’humeur, critique…), et pour lesquels les médias endossent simultanément les rôles de producteurs et coproducteurs, de relais et de critiques.

Quatre questions spécifiques à propos de ces dispositifs d’évaluation médiatique seront abordées.
• On s’intéressera d’abord à leur genèse et à leur processus de production. Il s’agit de comprendre comment et à quelles conditions sociales, économiques, journalistiques, matérielles, techniques et juridiques des médias parviennent ou non à s’imposer comme des producteurs ou des coproducteurs de dispositifs d’évaluation.
• On souhaite aussi analyser les formes visuelles et éditoriales, les cérémonies et les événements, et plus généralement la mise en communication qui accompagne ces dispositifs d’évaluation. On abordera ici ces dispositifs d’évaluation non seulement comme des dispositifs de « savoir » ou de « connaissance » mais aussi comme des dispositifs de « faire-savoir » et de « reconnaissance ».
• En dehors de leurs foyers de production, les dispositifs d’évaluation médiatiques circulent plus ou moins dans divers espaces sociaux (journalistique, politique, économique, professionnel, associatif, culturel, consumériste…). Par l’analyse de la circulation de ces dispositifs d’évaluation, on souhaite éclairer non seulement les voies de diffusion mais aussi les manières dont ces dispositifs sont ou non relayés, commentés, réappropriés, contestés dans tel ou tel espace social.
• Enfin, on s’attachera à comprendre les effets des évaluations médiatiques sur les agents évalués ainsi que sur les publics auxquels elles s’adressent.

La prolifération des dispositifs d’évaluation est caractérisée par la multiplication des agents évaluants et par la  multiplication des agents évalués. A cet égard, le colloque restera ouvert à tout domaine pour autant que l’approche soit en phase avec les orientations scientifiques générales énoncées précédemment. Sans souci d’exhaustivité, les domaines couverts pourront porter sur l’enseignement supérieur et la recherche, les territoires, la culture, l’éducation, la santé, le web, les marques, le capital, la finance, la communication, le tourisme, le vin, le sport, les médias, les entreprises, etc.

Les propositions pourront émaner de diverses disciplines et spécialités en sciences humaines et sociales : sciences de l’information et de la communication, sémiologie, sociologie, histoire, sciences politiques, linguistique, économie, etc.

Propositions de communication
------------------------------------------------
-- Date limite de soumission des propositions : 24 juin 2011
-- Réponses du comité scientifique : 20 juillet 2011
-- Adresse électronique pour l’envoi des propositions : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
-- Contenu des propositions : Les propositions de communication comporteront au maximum 6 000 signes. Elles seront structurées en quatre parties : a) argument, exposant le cadre théorique, la problématique et l’approche ; b) cadre méthodologique, présentant le matériau empirique et la méthode ; c) originalité, précisant la pertinence de la proposition et d) bibliographie, comportant les huit références bibliographiques principales. Les propositions seront accompagnées: 1) d’un titre, 2) du prénom, 3) du nom, 4) du statut professionnel, 5) de l’institution, 6) du pays et 7) de l’adresse électronique de l’auteur. Les propositions acceptées devront faire l’objet d’un article de 30 000 à 40 000 signes soumis au comité scientifique au plus tard le 30 novembre 2011 pour la publication des actes du colloque.
-- Langues des communications et des articles : anglais ou français
-- Format informatique des propositions : .doc
-- Site Web : http://www.evalmedia2012.fr/
------------------------------------------------

icon AAC - Médiatisation de l'évaluation (85.48 KB 2011-06-04 08:23:19)