SFSIC-Infos

AAC-Evaluer la liberté de la presse : les médias sociaux ont-ils changé la donne ?


Appel à contributions pour le volume 5, n° 1(9)/ 2012

ESSACHESS – Journal for Communication Studies

 

 

www.essachess.com

Evaluer la liberté de la presse : les médias sociaux ont-ils changé la donne ?

 

Coordination du dossier :

Dr. Lee B. BECKER et Dr. Tudor VLAD (James M. Cox Jr. Center for International Mass Communication Training and Research, University of Georgia, Etats-Unis de l’Amérique)

Le concept de liberté des médias a une longue histoire, à la fois dans les sciences politiques et dans la littérature relative à la communication de masse. Linz (1975), par exemple, recensa les libertés d’association, d’information et de communication comme des composantes essentielles de la démocratie. Gunther and Mughan (2000, p. 1), pour leur part, appelèrent les médias de masse le « tissu conjonctif de la démocratie ». Quant à O’Neil (1998), il écrivit que sans la liberté de communication que les médias de masse apportent, le fondement même de la règle démocratique est sapé.

Certains ont soutenu que les définitions relatives à la liberté des médias devraient inclure ou prendre en compte d’autres concepts, tels que le rôle des médias dans la construction d’une nation, le développement économique, le dépassement de l’illettrisme et de la pauvreté, ou encore l’apparition d’une conscience politique. Hachten (1987) et Hagen (1992) se sont concentrés sur la démocratisation des médias, et ont proposé de modifier l’action descendante et linéaire des médias contemporains à l’égard du public, afin d’accroître la participation des citoyens. Breunig (1994) considéra la liberté de la presse comme un type de la liberté de communication parmi d’autres, au même titre que la liberté d’expression, la liberté d’opinion et la liberté d’information.

Les médias de masse initient-ils le changement, ou l’accompagnent-ils ? Reflètent-ils ou façonnent-ils la société ? Doivent-ils être considérés comme des agents de transformation ou de statu quo ? Autant de questions qui traversent la problématique de la liberté des médias.

La liberté des médias est reconnue comme un droit humain fondamental dans l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Cependant, le degré selon lequel les nations jouissent de la liberté d’expression à travers les médias varie de manière considérable. Il y a plus d’une centaine d’organisations à travers le monde qui évaluent la liberté de la presse aux niveaux nationaux et / ou régionaux. Trois d’entre eux (Freedom House, Reporters sans frontières et IREX) sont en train de produire des mesures quantitatives concernant la liberté des médias à l’échelle mondiale, en se fondant sur le travail effectué par des évaluateurs professionnels. Ces évaluateurs analysent les caractéristiques des systèmes médiatiques, en se demandant par exemple si les médias de tel pays sont capables de fonctionner sans être soumis à des pressions politiques ou économiques, et s’ils oeuvrent réellement en étant au service des objectifs démocratiques de la société.

De récentes études ont montré que ces mesures systémiques concernant les caractéristiques des médias sont profondément cohérentes et fortement inter-corrélées, fournissant des données de base sur leur fiabilité (Becker, Vlad & Nusser, 2007 ; Becker & Vlad, 2009 ; Becker & Vlad, 2010). D’un point de vue historique, les évaluations relatives à la liberté des médias et au rôle que jouent les médias dans le processus de démocratisation ont focalisé leur attention sur les médias écrits et audiovisuels. Mais plus récemment, des chercheurs ont introduit Internet dans l’équation. Le Printemps arabe a ainsi suggéré que les médias sociaux pourraient avoir un rôle déterminant à jouer en informant et en mobilisant le public, en particulier dans les pays où la liberté de la presse se trouve limitée. Un récent rapport (CIMA, 2011) montre que les activités liées à la liberté d’expression se sont consolidées et élargies grâce à l’adjonction d’organisations dédiées à la liberté qui émergent sur Internet. Ce champ a été complexifié par le chevauchement de missions entre des groupes de liberté d’expression déjà établis et des groupes naissants orientés vers la problématique de la technologie et des droits de l'homme.

Ce numéro de la revue ESSACHESS - Journal for Communication Studies (revue indexée ProQuest et EBSCO) propose d’explorer de nouvelles tendances concernant l’évaluation de la liberté de la presse ainsi que l’appréciation du rôle de la presse au sein du processus de démocratisation, dans le contexte de changements que les nouveaux médias ont apporté dans le domaine de la communication de masse.

Pour ce numéro de la revue ESSACHESS nous attendons des contributions qui peuvent prendre la forme :

– d’études théoriques ou de textes apportant de nouvelles orientations pour le débat dans lalittérature spécialisée ;

– de recherches empiriques et d’études de cas.

Dates importantes :

– 30 novembre 2011 : envoi de la proposition d’article sous forme d’un résumé d’environ 2500 - 3500 signes espaces compris ;

– 15 janvier 2012 : notification des résultats ;

– 15 avril 2012 : soumission intégrale de l’article ;

– 1 juin 2012 : acceptation définitive de l'article.

Les articles devront comprendre entre 20 000 et 25 000 signes espaces compris. Ils peuvent être soumis en français ou en anglais et doivent être accompagnés d`un résumé en français et en anglais (200-250 mots), de 5 mots clés, des noms, ainsi que des affiliations et adresses e-mail de tous les auteurs. Les articles et questions complémentaires doivent être adressés à :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les auteurs dont les articles auront été acceptés en seront avisés par e-mail. La revue sera publiée en juillet 2012.

Références bibliographiques

 

Becker, L.B., & Vlad, T. (2010). Linking elite measures of media freedom and public opinion data: A validation exercise. Presented to the World Journalism Education Conference, Grahamstown, South Africa, July 5-7, 2010.

Becker, L.B., & Vlad, T. (2009). Validating country-level measures of media freedom with survey data. Presented to the Midwest Association for Public Opinion Research, Chicago, November 20-21, 2009.

Becker, L.B., Vlad, T., & Nusser, N. (2007). An evaluation of press freedom indicators. The International Communication Gazette, 61 (1): 5-28.

Breunig, C. (1994). Kommunikationsfreiheiten: Ein internationaler Vergleich (Communication freedoms: An international comparison). Konstanz: Universitaetsverlag Konstanz.

Gunther, R., & Mughan, A. (2000). The media in democratic and nondemocratic regimes: A multilevel perspective. In R. Gunther and A. Mughan (Eds.), Democracy and the media: A comparative perspective (pp. 1-27). Cambridge, UK: Cambridge University Press.

Hachten, W.A. (1987). The World News Prism, Changing Media, Clashing Ideology. Ames Iowa: Iowa State University Press.

Hagen, I. (1992). Democratic communication: Media and social participation In J. Wasko and V. Mosco (Eds.), Democratic communications in the information age (pp. 16-27). Toronto: Garamond Press.

Linz, Juan J. (1975). Totalitarian and authoritarian regimes. In F.I. Greenstein & N. W. Polsby (Eds.), Handbook of political science (Vol. 3) (pp. 175-411). Reading, MA: Addison-Wesley.

Nelson, A. (2011). Funding free expression: Perceptions and reality in a changing landscape.

 

Retrieved on July 12, 2011, from http://cima.ned.org/publications/funding-free-expressionperceptions-and-reality-changing-landscape

O’Neil, P. H. (1998). Democratization and mass communication: What is the link? In P. H. O’Neil (Ed.), Communicating democracy: The media and political transitions (pp. 1-20). Boulder: Lynne Rienner Publishers

Parution - Lorsque Clio s'empare du documentaire

Lorsque Clio s'empare du documentaire.
Tome 1 : L'écriture de l'histoire.
Tome 2 : Archives, témoignage, histoire.

Ouvrage publié sous la direction de Jean-Pierre Bertin-Maghit aux éditions INA éditions/ L’Harmattan, coll. « Les médias en actes ».

Jean-Pierre Bertin-Maghit est docteur d’Etat en histoire, membre de l’Institut Universitaire de France, professeur d’études cinématographiques à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

Cette publication est issue d'un colloque international co-organisé par le Laboratoire Communication et politique du CNRS (UPR 3255).

L’utilisation de l’archive dans les documentaires est l’histoire d’une migration qui remonte à la Première Guerre mondiale. Ces deux volumes (I. Ecriture de l’histoire et II. Archives, témoignage, mémoire) se proposent d’analyser les différents usages de l’archive lorsqu’elle est convoquée pour écrire l’histoire. Cet ensemble de textes établit un état des lieux de la recherche, menée en France te à l’étranger, tant du point de vue des objets d’études que des méthodologies. L’Inathèque de France, chargée par la loi du 20 juin 1992 du dépôt légal des médias audiovisuels, a pour triple finalité la conservation du patrimoine, la consultation à des fins de recherche, la valorisation et la communication des travaux menés sur ces sources.

Membres du comité scientifique :
Frédérique Berthet
Denis Bourgeois
Jean-Paul Colleyn
Michèle Lagny
Anita Leandro
Denis Maréchal
Roger Odin
Sylvie Thouard
Isabelle Veyrat-Masson

icon Lorsque Clio s'empare du documentaire T1 (140.48 KB 2011-08-25 11:03:44)

icon Lorsque Clio s'empare du documentaire T2 (131.57 KB 2011-08-25 11:04:48)

Journées d'études - Tudesq

ACTUALITÉ D’ANDRÉ-JEAN TUDESQ
Journées d’études Pessac
30 septembre – 1er octobre 2011
MAISON DES SCIENCES DE L'HOMME D'AQUITAINE (MSHA)
SCIENCES PO BORDEAUX (IEP)

Ces deux demi­ journées d’études rendront hommage au Professeur Tudesq (1927-­2009). Elles se pencheront sur l’actualité et la pertinence de son oeuvre,de sa pensée multiforme et, tournées vers l’avenir, sur les prolongements qui peuvent lui être donnés. Les problématiques majeures développées lors de ces journées s’organiseront à partir des thèmes de l’interdisciplinarité et du développement de perspectives internationales, absolument indispensables, les unes et les autres, à la recherche en Sciences humaines et sociales.

Témoin d’un parcours humain et universitaire, des évolutions de l’Université en général et de la condition et de la position des enseignants-chercheurs en particulier, André-Jean Tudesq interrogeait les concepts de Relativité et de Liberté, au sein du monde et du travail universitaire.

Intellectuel et universitaire très largement reconnu, il s’est illustré dans diverses disciplines : l’Histoire contemporaine, les Sciences Politiques et les Sciences de l'information et de la communication, qu’il a contribué à fonder, en France, en tant que discipline nouvelle.

Outre la presse écrite, André-Jean Tudesq a étudié la radio et a participé d’un courant ayant permis de placer ce média comme objet légitime d’études dans le champ académique. Son soutien à la création du Groupe de Recherches et d'Études sur la Radio (GRER) a contribué à faire de Bordeaux un pôle de référence concernant les études radiophoniques.

Résolument interdisciplinaire, l’œuvre d’André-Jean Tudesq, revêt une dimension nationale, mais aussi internationale avec sa direction de nombreuses thèses d’étudiants étrangers et la traduction de ses publications. Sa spécialisation dans les médias africains s’inscrivait dans la poursuite d’une tradition de relations universitaires entre Bordeaux et l’Afrique. Des représentants africains témoigneront du rayonnement de ses travaux et, à travers eux, de l’Université de Bordeaux et de la métropole aquitaine sur le continent africain.

Renseignements :
Annie Bart ( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ) - 05 56  89 50 47
Jean-Jacques Cheval ( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ) - 06 61 90 78 41

Manifestation organisée en partenariat avec : Académie Nationale des Sciences, Belles Lettres et Arts de Bordeaux ; Centre d’Études des Mondes Moderne et Contemporain (CEMMC) ; Groupe de Recherches et d'Études sur la Radio (GRER) ; Institut d’Études Politiques (IEP) de Bordeaux / Sciences Po Bordeaux ; Institut de Journalisme de Bordeaux Aquitaine (IJBA) ; Institut des Sciences de la Communication du CNRS (ISCC) ; Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine (MSHA) ; Région Aquitaine ; Société des Bibliophiles de Guyenne ; Université de Bordeaux

Entrée libre  /   Plus d’informations sur http://www.msha.f

icon Affiche Tudesq (207.88 KB 2011-07-31 11:23:48)

icon Communiqué Tudesq (68.4 KB 2011-07-31 11:24:46)

icon Programme Tudesq (527.63 KB 2011-07-31 11:26:18)

Colloque Mondialisation des échanges, communication de crise et relations publiques

Report de la date limite de soumission des propositions au 5 septembre


Luxembourg, 6, 7 et 8 octobre 2011
Organisé par l’association AMDDS

La communication comme objet scientifique est sujette à de nombreuses sollicitations visant à comprendre les actions des Hommes et à apporter des solutions aux problèmes qui se posent à eux. La mondialisation des échanges et les technologies de l’information et de la communication amplifient et complexifient davantage le phénomène. Elle nous amène à prendre des initiatives novatrices pour rester en adéquation avec les progrès technologiques. Les relations publiques nous permettent de mieux appréhender les phénomènes de communication dans leur globalité avec une focale intéressante liée à la question de la crédibilité, la confiance, la rentabilité et l’efficacité. La communication institutionnelle (interne ou externe), la communication des entreprises, la communication de crise ou d’urgence ainsi que le lobbying sont constituantes des relations publiques.

L’analyse de ces différents aspects au regard des évolutions technologiques et de la mondialisation des échanges suscite quelques interrogations. Peut-on envisager d’appréhender les relations publiques au-delà des référents culturels ?
Dans l’actualité récente, les traitements médiatiques de Fukushima, du drame du vol Air France 447 Rio Paris ou encore les évènements dits du « printemps arabe » suscitent encore et toujours des réactions d’un public directement concerné ou non par une crise, une catastrophe, une restructuration d’un paysage politique, économique. Quels rapports sont établis avec le public à la fois par une dimension stratégique et par une dimension médiatique ? Dans tous les cas, l’information diffusée révèle une approche politique, économique et sociale de la situation alors que sa réception fait fortement recours à la culture et aux représentations construites dans le temps et l’histoire.
Gouverner c’est prévoir dit-on mais face à ces crises inattendues, il est urgent de réfléchir sur les moyens permettant de se prémunir contre celles-ci en amont pour anticiper au mieux d’éventuelles néfastes conséquences ; en aval pour prendre toutes les mesures qui s’imposent afin que dans le futur celles-ci soient mieux maîtrisées. Les relations publiques ont semble-t-il un rôle important à jouer à l’égard du public dans la mise en place d’actions de communication, de campagnes de sensibilisation, de précurseurs d’axes d’évolution.
Cet appel à communication porte sur la compréhension des phénomènes de crise et des stratégies communicationnelles ou autres mises en place.
Les communications attendues concernent les champs suivants :
• Axe 1 : Histoire et évolution des relations publiques : quelles constantes ? quelles variantes ?
• Axe 2 : Relations publiques et évolutions technologiques
• Axe 3 : Relations publiques et crises actuelles
• Axe 4 : Mondialisation des échanges, culture et communication de crise

Modalités de soumission :
Les propositions, problématisées, doivent être rédigées sous forme de résumé en français ou en anglais d’une longueur d’environ 6000 signes, espaces non compris, bibliographie non comprise, police Times New Roman, taille 12 points, sous format RTF.
Afin de préserver l’anonymat des propositions (l’évaluation se fera en double aveugle), la première page doit contenir :
- le titre de la proposition,
- les noms,
- les coordonnées de l’auteur ou des auteurs et leur affiliation institutionnelle,
- l’axe dans lequel la proposition s’inscrit,
- cinq à huit mots clés.
La deuxième page et les suivantes contiendront le titre, suivi du texte de la proposition et d’une bibliographie.

Responsable scientifique :
Professeur Alain Kiyindou (Université Michel de Montaigne, Bordeaux 3)
Comité scientifique :
• D’ALMEIDA Nicole, Professeure des universités en Sciences de l’information et de la communication, Celsa/Sorbonne
• DAGHMI Fatallah, Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, Université de Poitiers
• GRAMMACIA Gino, Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication, université Michel de Montaigne, Bordeaux 3.
• LONEUX Catherine, Professeure en Sciences de l’information et de la communication, université européenne de Bretagne/Rennes 2
• PELAGE Théodora Miere, Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication, Université de Saint-Quentin en Yvelines
• RAICHVARG Daniel, Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication, Université de Bourgogne
• THIÉBLÉMONT-DOLLET Sylvie, Professeure en sciences de l’information et de la communication, université de Nancy 2
• WALTER Jacques, Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication, directeur du centre de recherche sur les médiations (CREM) de l’université Paul Verlaine/Metz
• WILHELM Frank, Professeur, Faculté des Lettres, des Arts, des Sciences humaines et des Sciences de l'éducation, Université du Luxembourg
Comité d’organisation :
• Amrous Naïla, Dr en SIC, enseignante à l’école des sciences de l’information de Rabat (Maroc)
• Cisse Hadj Bangali, Dr en SIC, Université Paul Verlaine/Metz
• Danisa David Ivan, Doctorant en Sciences Politiques, l’Université de Trèves
• Fortes Keila, chargée de communication, membre de l’AMDDS, lycée technique du centre Luxembourg
• Hoff David, Doctorant, Université Paul Verlaine/Metz
• Keïta Sékouna, Dr en SIC, fonctionnaire, Directeur général adjoint du journal Horoya en Guinée
• Lahmadi Ghizlaine, Doctorante au CNAM à Paris,
• Larbi Rabah, Avocat au barreau de Luxembourg,
• Moullin Julie, webmaster AMDDS, Principauté de Monaco
• Meyers Christian, chargé de cours, Université du Luxembourg
• Rodrigues Thanyah, chargée de communication, membres de l’AMDDS, lycée technique du centre Luxembourg,
• Saadaoui Linda, Dr en SIC, université Paul Verlaine/Metz
• Sakho Cheikh Jimbira, Doctorant en SIC, Université Paul Verlaine/Metz
• Ziani Ghoutiz, Doctorant en SIC Université Paul Verlaine/Metz

CONDITIONS DE PARTICIPATION
La proposition de communication devra comprendre :
• La liste des auteurs et des co-auteurs (prénom, nom, statut, institution)
• Les coordonnées des auteurs (adresses, courriel, téléphone, etc.)
• Un titre de 150 caractères maximum (espaces compris)
• Huit mots clés au maximum
• Un résumé d’environ 6000 signes, (espaces compris)
• Une bibliographie (maximum deux pages)

Les propositions de communications au format RTF devront être envoyées par courriel à :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
L’objet du courriel sera intitulé : Proposition AMDDS 2011
Les articles attendus, après acceptation des propositions, feront 30.000 signes (espace non compris).

Calendrier :

Date limite de réception des propositions de communication 5 septembre 2011
Les propositions retenues seront communiquées aux auteurs le 10 septembre 2011
Envoi des textes définitifs le 2 octobre 2011
Date du colloque 6, 7 et 8 octobre 2011

 

 

AAA - La communication revisite ses publics

Appel à publication
REVUE « COMMUNICATION & ORGANISATION »
N°40, à paraître en juin 2012
ÂGES ET GÉNÉRATIONS : LA COMMUNICATION REVISITE SES PUBLICS


La recherche en Sciences de l’information et de la communication investit, par le prisme des médias, du marketing, des TIC, des ressources humaines dans l’entreprise ou encore des politiques publiques, les problématiques de l’âge, des cycles de vie et des générations.
L’objectif de ce n°41 est d’ouvrir un champ de réflexion et d’analyse communicationnelle sur la question des publics de la communication, en mettant en lumière les similitudes et écarts entre les nouvelles et anciennes générations, entre la jeunesse et la vieillesse. Interroger la chaîne des générations, c’est réfléchir sur des articulations générationnelles qui consistent à croiser les appréhensions horizontales (culture des pairs) et verticales (culture des pères) dans toute analyse de pratiques communicationnelles.
L’intérêt d’une telle approche est qu’elle permet de saisir les tendances culturelles des différents groupes sociaux constituant la société. Distinguer ce qui relève des « effets d’âge » ou/et « effets générationnels » sans oublier ce que l’on nomme « effet d’époque », c’est comprendre les évolutions culturelles d’une société. Crises du capitalisme, mutations familiales et démographiques, société individualiste et marchande, révolutions technologiques et allongement de la durée de vie, ambiance culturelle adolescentrique....autant d’aspects susceptibles de marquer une génération mais également de (re) interroger les cohabitations entre les générations. Marketing transgénérationnel, médias intergénérationnels, gestion des âges de la vie en entreprise, solidarité et cohésion sociales, ces domaines méritent d’être éclairés par le champ communicationnel, en parallèle des segmentations communicationnelles par âges et cycles de vie.

CALENDRIER
- Remise de l’article complet : 15 septembre 2011
- Evaluation des articles : oct-nov 2011
- Remise de l’article définitif : 15 décembre 2011
- Publication : juin 2012

Les articles doivent être envoyés simultanément aux trois coordinateurs du numéro :
Myriam Bahuaud (MICA, Université du Havre) Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Corinne Destal (MICA, Université Bordeaux3) Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Agnès Pecolo (MICA, Université Bordeaux3) Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

icon AAA - Communication et organisation (91.55 KB 2011-07-21 11:51:44)

Lire la suite : AAA - La communication revisite ses publics

Parution - ESSACHESS Télévision du présent et de l'avenir

ESSACHESS annonce la parution du volume 4, n°1 (7) / 2011 de la revue ESSACHESS – Journal for Communication Studies consacré à la télévision du présent et de l’avenir.

La  revue est disponible en version papier et en version électronique. La version en ligne est accessible à l’adresse www.essachess.com.

icon Parution - ESSACHESS Vol 4 (1.17 MB 2011-07-21 11:42:48)

Parution - Du service public à la télé-réalité

Du service public à la télé-réalité.
Une histoire culturelle des télévisions européennes 1950-2010

Jérôme Bourdon

Ina Editions, dans la collection « médias histoire »
Prix public : 20 €

L’auteur propose un récit inédit : la première histoire intégrée des télévisions européennes qui ne se contente pas de juxtaposer les perspectives nationales. Centré sur les cinq grands pays : France, Allemagne, Italie, Espagne et Royaume-Uni, il propose aussi des aperçus sur les pays voisins (Pays-Bas, Pays Scandinaves, notamment). L’Europe a été traversée par une tension fondamentale entre la volonté d’intégration économique et politique et la dynamique fondamentalement nationale de la culture de masse, analysée ici à partir de l’exemple de la télévision.
Le fameux « déficit démocratique » de l’Europe est aussi un déficit culturel. La culture de masse est le lieu d’un retour du refoulé national que l’on croit trop volontiers limité à l’émergence des partis nationalistes, mais qui touche plus profondément les consciences collectives européennes, en quête de héros et de drames nationaux. La déréglementation et la « télévision sans frontières » n’ont pas encouragé une unification, tout au plus une domestication, par chaque pays, de la télévision états-unienne. On importe toujours les succès américains mais de plus en plus, on adopte, on copie (et parfois l’on réexporte, comme avec Big Brother / Loft Story) des formats inspirés par la culture télévisuelle américaine.
A défaut d’une introuvable euroculture, l’auteur suggère des usages de la télévision qui encouragent sinon une identité européenne, au moins la protection de cultures originales et une meilleure compréhension entre nations. Cela peut être le lieu d’une redécouverte d’une notion idéalisée, fragile dès l’origine, mais toujours indispensable : le service public.

Jérôme Bourdon est professeur au Département de Communication à l’Université de Tel Aviv, chercheur associé au Centre de Sociologie de l’Innovation de l’école des Mines de Paris/CNRS. Il collabore à l’Ina, comme enseignant à InaSUP, et comme auteur de documentaires, dont « Israël-Palestine, l’emprise des images » (Public Sénat-Ina, 2008).

Se procurer le livre: http://www.laprocure.com/livres/jerome-bourdon/du-service-public-la-tele-realite-une-histoire-culturelle-des-televisions-europeennes_9782869381971.html
Lire un interview sur le site de 20minutes: http://www.20minutes.fr/article/750877/jerome-bourdon-la-television-certainement-reflet-societe

AAC - Information des chaines internationales

L’information des chaînes internationales, entre logiques géopolitiques et logiques économiques.

Colloque organisé avec le soutien de la MSH Paris Nord.

Prolongation jusqu’au 1 septembre 2011.

Le développement du satellite a permis à de nombreux Etats, ainsi qu’à des acteurs politiques ou économiques de premier ordre, de se munir d’outils de communication transnationale : Chaînes Internationales (CI) ou chaînes d’information continue. Si certaines d’entre elles remplissent une fonction commerciale (comme CNN) d’autres, à partir de financement publics ou privés, visent à assurer une forme de rayonnement culturel mais aussi à informer les audiences du monde — en affirmant une préférence ou une certaine identité politique — sur des questions d’actualité. Véritables « voix » des États, les CI, en atteignant des populations-cibles inscrites dans le lointain, sont donc des acteurs majeurs en matière de stratégie de l’information, ou « infostratégie ». En cela, ces chaînes s’inscrivent dans une tradition de diplomatie publique, et leur usage peut être comparé à celui des radios internationales pendant la guerre froide. Cependant l’actualité des chaînes internationales doit être appréciée au regard d’un certain nombre de mutations apparues au cours des années 1990 et 2000.

Calendrier
Les auteurs sont invités à soumettre pour le 1 septembre 2011 une proposition de communication en français sur deux pages, maximum 6000 caractères, aux deux adresses suivantes :
Ammar Sofien : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Koch Olivier : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
La validation des propositions sera communiquée le 15 Septembre 2011.
Le colloque aura lieu le 28 octobre 2011 à la MSH Paris Nord.

Lire la suite : AAC - Information des chaines internationales

Parution - Revue Documentaliste - Sciences de l'Information

Parution numéro 2/2011 de « Documentaliste – Sciences de l’information ».


Ce nouveau numéro vous propose un dossier « Métiers et compétences : mutations et perspectives en info-doc ». Quelles réalités vivent aujourd’hui les professionnels de l’information ? Quelles sont les ruptures à prendre en compte pour mieux répondre aux besoins des organisations ? Enfin, comment mieux valoriser son savoir-faire et quelles stratégies collectives déployer dans un univers informationnel devenu très ouvert et concurrentiel ? Ce dossier, coordonné par  Anne-Marie Libmann, s’interroge sur nos métiers, sur les mutations qu’ils traversent et sur les perspectives qui leur sont offertes, et place les compétences info-documentaires au cœur de la réflexion pour une employabilité renouvelée.

Ce numéro comprend également une étude de Stéphanie Pouchot et Camille Prime-Claverie intitulée « SIC : quelles images bibliométriques de la recherche via une archive ouverte et une base de données commerciale ? »

Sommaire détaillé de ce numéro http://www.adbs.fr/revue-docsi-volume-48-n-2-juin-2011-dossier-metiers-et-competences-mutations-et-perspectives-en-info-doc-103750.htm?RH=ACCUEIL


AAC-Empreintes de l’hypertexte

Appel à publication - Les Cahiers du Numérique

http://lcn.revuesonline.com

Empreintes de l’hypertexte

Date limite de soumission (report) : 30/11/2011

THEMATIQUE : Sciences et technologies de l’information et de la communication

OBJECTIF

Consacrer l’intégralité d’un numéro des cahiers du numérique à l’hypertexte dans un contexte où l’attention s’est déplacée vers les pratiques et les usages du web peut sembler passéiste. Plus encore, des approches critiques récentes en ont montré la portée « idéologique » proposant d’autres terminologies qui permettraient aux chercheurs de mettre la distance nécessaire à l’approche critique des objets numériques. Pour autant, le terme désigne bien par delà les contextes technologiques une manière intelligible de désigner toutes les dimensions à l’oeuvre dans la possibilité de lier une unité textuelle ou graphique à une autre. Plus encore, ce contexte d’émergence d’interfaces évolutives, de qualification nouvelle des objets suffit à montrer les enjeux fondamentaux dont est porteur l’hypertexte face aux mutations contemporaines et l’intérêt qu’il y a à identifier la manière dont le modèle technique s’est adapté aux innovations récentes. Plus que jamais, le web est affaire de liens, de réseaux, de processus d’écritures inférant des modes de lecture « supposés » laissés à l’appropriation et à la personnalisation des contenus par les internautes. Le leurre de la transparence technologique participe à l’effacement du terme alors même que les interrogations qu’il soulève demeurent prégnantes.

L’objectif de ce numéro vise à questionner les transformations que les usages des technologies numériques font à l’hypertexte, à déceler la permanence, voire l’amplification des problématiques soulevées par les pionniers de cette technologie relationnelle face au design de la nouveauté perpétuelle, à examiner la validité conceptuelle de la notion au plan technique et social dans l’analyse des développements récents en termes d’usages d’outils du web (réseaux sociaux, weblog, catch-tv, cartographies sémantiques etc.), enfin à souligner dans ce sens les enjeux spécifiques étayés par des analyses de corpus. S’il est question ici de dégager une transversalité entre le passé et le présent, en d’autres termes entre la philosophie et la technologie de l’hypertexte et le soubassement structurel sur lequel se fonde les textes d’écran contemporains, ce n’est nullement dans une finalité prophétique de l’objet mais dans la perspective de prendre la mesure des changements et de leurs enjeux sociaux, culturels, politiques, etc. En d’autres termes, dans quelle mesure le web porte-t-il l’empreinte des principes structurels et de la philosophie des fondateurs de l’idée, du concept et de la technique que recouvre l’hypertexte ?

 

Dans ce numéro nous souhaitons investir les thèmes suivants (liste non

exhaustive) :

- Ecritures et créations numériques hypertextuelles

- Stratégies documentaires et modélisation des systèmes utilisateurs

- Narrations hypertextuelles : méthodes et outils

- Réseaux sociaux et hyperlecteurs

- Cartographies dynamiques

- Web sémantique

- Stratégies de conception des interfaces du web 2

- Générations automatiques de liens

- Navigation dans des documents sonores

COMITE SCIENTIFIQUE

Jean Clément (Paris 8)

Jean-Hugues Réty (IUT de Montreuil-Paris 8)

Etienne Candel (Paris 4)

Christian Fauré (Capgemini/Ars industrialis)

Stephane Simonian (Lyon 2)

Thierry Soubrié (Grenoble 3)

Hervé Zénouda (Université de Toulon et du Var)

Lise Renaud (Grenoble 3)

Yves Jeanneret (Paris 4)

CALENDRIER

date limite remise contributions : 30/11/2011

réponse aux auteurs : 15/01/2012

remise version finale : 15/02/2012

parution du numéro spécial : mars 2012

RECOMMANDATIONS AUX AUTEURS

fr) et doivent respecter la feuille de style de la revue disponible sur le

serveur http://lcn.revuesonline.com (ou sur demande à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

  • · Les articles font entre 20 et 30 pages. Ils sont acceptés en français (ou en

anglais pour les auteurs non francophones).

  • · les soumissions peuvent être envoyées sous forme de fichiers PDF
  • · les versions finales seront acceptées au format word

CONTACT

Caroline ANGE

Université Stendhal-Grenoble 3 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.