Parution - Temps, Temporalités et Information - Communication

Capture_décran_2017-06-29_à_16.09.27.png

Quatre ouvrages viennent d'être publiés chez l'Harmattan, issus des travaux du XXème Congrès de la Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication (Sfsic) organisé à l’Université de Metz en partenariat avec le Centre de Recherches sur les Médiations (CREM), en juin 2016 sur le thème Temps, Temporalités et Information - Communication.

Le Congrès de la Sfsic qui se tient tous les deux ans est un événement scientifique majeur dans la structuration de notre discipline et de ses champs de recherche. Il rend compte de la diversité des recherches de chacun et témoigne de la place des Sciences de l’Information et de la Communication au sein des Sciences Humaines et Sociales. Il est un moment clef d’expression et de débats mais aussi de représentations et d’affirmation de notre appartenance à une communauté de savoirs.

La Sfsic a choisi d’explorer les apports de ses Sciences de l’Information et de la Communication aux questions du temps et des temporalités qui se sont imposées au fil du... temps dans les Sciences de l’Homme et de la Société et dont l’importance et la prégnance se sont accrues avec le développement des dispositifs numériques. Une des difficultés pour intégrer ce changement réside dans le fait que, dans les SHS, les diverses disciplines développent leurs propres acceptions et définitions du temps et des temporalités. Le Congrès se devait de proposer à la communauté SIC mais aussi aux autres communautés scientifiques la réflexion sur le temps et les temporalités des phénomènes info-communicationnels, tout en encourageant une vigilance critique sur les usages du temps et des temporalités, alors que le Web tend à « coloniser » l’espace social.

De nombreuses interrogations ont structuré les échanges et ont trouvé leur concrétisation dans 4 volumes.

Le 1er volume questionne le temps et les temporalités des dispositifs de médiations au regard du temps social. Qu’il s’agisse, en effet, du milieu médical, culturel, militant, professionnel, entre autres, les dispositifs de médiation - médiatiques ou non - impactent les pratiques sociales et, plus particulièrement, le temps des usagers et des publics. Inscrites dans une histoire, nationale, amicale, familiale ou personnelle, ces pratiques sont fortement impactées, le plus ouvent par l’usage de nouveaux dispositifs socio-techniques de médiation qui modifient le rapport au temps et aux territoires des usagers. Ce volume cherche à en cerner les enjeux en identifiant dans la mesure du possible, les contraintes, les limites mais surtout les possibilités nouvelles offertes par ces dispositifs qui renouvellent ainsi un agir au niveau des pratiques sociales.

Le 2ème volume Communication-organisation : accélérations temporelles part du constat que l'accélération et l'intensification du temps de travail sont devenues consubstantielles du projet de rationalisation qui fonde la modernité sociale-libérale de l’Occident. Les crises socio-économiques successives et l’explosion du numérique ont engendré une mutation des formes organisationnelles et institutionnelles ainsi que des bouleversements culturels profonds dominés par « l’éphémérisation du présent ». Les rationalités temporelles contemporaines impliquent des formes d'action et de relation qui heurtent les conceptions de l'activité et mettent les acteurs professionnels sous pression. Les dyschronies saisies sous l'angle de leurs enjeux communicationnels produisent des tensions, des hiatus, des paradoxes mais donnent aussi naissance à des initiatives, des ajustements, des médiations renouvelées qui permettent dans une certaine mesure des réappropriations du temps. 

Le 3ème volume Les temps des arts et des cultures est consacré à la « Culture ». Historiquement, « la culture », les objets et phénomènes culturels ou de l’ordre du culturel sont inscrits dans le temps selon des temporalités elles-mêmes plus ou moins longues. Cependant, l’arrivée des industries dites culturelles a rompu cette approche : multipliant les « produits », elles nous font entrer dans une nouvelle ère, celle de leur reproductibilité quasi permanente et à l’infini et de leur production-consommation rapide. Il s’agit alors de réfléchir à la place que peuvent revendiquer les dispositifs communicationnels et les systèmes d’information dans cette inscription (ou dés-inscription) culturelle de ces objets, aux outils conceptuels et aux méthodes mis en action par les sciences de l’information et de la communication pour les analyser et à leurs spécificités pour comprendre comment se fait la conjugaison des temps courts et des temps longs, des temporalités linéaires, non linéaires et poly-linéaires.

Enfin, le 4ème volume Le défi des temporalités : conceptualisation et approches méthodologiques est composé de textes qui contribuent à une épistémologie de la discipline sur les temporalités en SIC. Si les textes interrogent différentes périodes de cette recherche, ils se concentrent aussi sur les difficultés rencontrées par les chercheurs en SIC qui placent les temporalités au cœur de leurs travaux. Parmi les problèmes soulevés par les auteurs, on retrouve un tropisme de la recherche en SIC pour les phénomènes marqués par le temps court, dans le présent ou l’à-venir, au détriment d’une prise en compte des phénomènes de longue durée, notamment dans les travaux portant sur les usages des technologies, pour une approche centrée sur le présent et la prospective, au détriment de l’intégration de la dimension historique et l’ancrage social des processus info-communicationnels. Mais, en même temps, les chercheurs proposent et expérimentent de nouvelles pratiques de recherche, diversifient les questionnements autour de l’information et de la communication dans leur écosystème numérique impliquant l’élaboration de nouveaux outils permettant de mieux penser collectivement cet écosystème. 

Les textes proposés ici mettent en évidence la contribution féconde des travaux en sciences de l’information et de la communication aux réponses à ces diverses et importantes interrogations. Ils ont été retenus à l’issue d’une sélection exigeante par un comité scientifique réuni par la Sfsic suivant un processus d’éditorialisation qui s’est appuyée sur l’ensemble des textes proposés et acceptés comme communications au Congrès. Publiés en quatre volumes thématiques, ils sont donc distincts des actes en ligne du XXème Congrès. (http://www.sfsic.org/index.php/publications-sfsic-300107/actes)

 

Les quatre ouvrages issus du XXème Congrès 

(Metz, juin 2016)

  • Temporalités et dispositifs de médiation, sous la direction d’Aurélia Lamy et de Dominique Carré
  • Communication-organisation : accélérations temporelles, sous la direction de Valérie Lépine, Sylvie Parrini-Alemanno et Christian Le Moënne
  • Les temps des arts et des cultures, sous la direction de Julia Bonaccorsi, Laurent Collet et Daniel Raichvarg 
  • Le défi des temporalités : conceptualisation et approches méthodologiques en SIC, sous la direction de Jean-Claude Domenget, Bernard Miège et Nicolas Pélissier

Daniel Raichvarg et Nicolas Pélissier