Langage et société - n°172

Anthropologie linguistique : le tournant sémiotique

Type de publication Numéro de revue

Nom de la publication Langage et société

Édition Éditions de la Maison des sciences de l'Homme

Coordinateur(s) / Auteur(s)

  • Manon Him-Aquilli
  • Suzie Telep

Couverture Langage et société 172 2021

Le numéro 172 de Langage et société est en ligne sur Cairn. Sous la direction de Manon Him-Aquilli et Suzie Telep, il est consacré à la thématique « Anthropologie linguistique : le tournant sémiotique »

Présentation

Aux États-Unis, l’anthropologie linguistique a une longue histoire disciplinaire. Au tournant des années 1970, elle connut un tournant sémiotique sous l’influence de Milton Singer. Il l’opposait alors à l’anthropologie symbolique de Clifford Geertz, point de départ d’un large champ de recherches.

Ce dossier présente et met au travail certains concepts clés du tournant sémiotique de l’anthropologie linguistique américaine. James Costa ouvre le numéro par un hommage à Michael Silverstein, qui revient sur l’impact majeur de ses travaux sur la discipline. Viennent ensuite deux textes de Bertrand Masquelier et de Susan Gal, offrant chacun à leur manière une contextualisation épistémologique de ce tournant sémiotique. Puis, à partir d’une analyse tirée de son terrain au sein d’un ghetto rom de Bulgarie, Cécile Canut donne une redéfinition deleuzienne du concept d’indexicalité qui fait de celui-ci un agencement producteur de significations et de subjectivités. Enfin, Manon Him-Aquilli s’intéresse aux contraintes et aux effets de la réflexivité langagière telle qu’elle est valorisée au sein des mouvements anarchistes contemporains au sujet des assemblées générales.

Un article varia de Jérémie Séror et Alysse Weinberg sur le bilinguisme et l’immersion universitaire complète ce numéro.

Fichier(s) attaché(s)