SFSIC-Infos

Séminaire - Carism - Les médias totalitaires

CARISM (centre d'analyse et de recherches interdisciplinaires sur les médias) Equipe d'accueil de l'Institut Français de Presse (E2293) vous invite, le 6 juin 2011 à 17h, à une conférence suivie d'un débat avec Monsieur Artan Fuga, Professeur invité à l'Institut Français de Presse.

thème de la manifestation :

Les médias totalitaires : une approche comparative sur le cas albanais
(propagande, transition démocratique, langages et publics)

Lieu de la conférence débat :
Salle des professeurs
Institut Français de Presse
4 rue Blaise Desgoffe, 75006 Paris

Les médias des pays socialistes de l'Est, en tant qu'appareils de propagande appartenant à des régimes totalitaires, ont joué des rôles multiples dans le processus de l'encadrement politique et idéologique des masses vivant dans des sociétés contrôlées par ces pouvoirs. En donnant la priorité à la persuasion idéologique sur l'information des publics, ces médias, se trouvant entre les pouvoirs et leurs publics, étaient obligés d'utiliser des codes d'expression compréhensibles par les deux acteurs en question. Une tentative de faire articuler l'idéologie dominante en utilisant des codes d'expression propres à une culture populaire autochtone a marqué le contenu des médias et de la propagande pendant l'histoire de ces pays. Les médias essayaient de transmettre la propagande officielle du régime tout en utilisant un langage traditionnel appartenant à leurs publics particuliers. La période de la transition démocratique actuelle est marquée par une transformation graduelle du langage utilisé par des médias libérés de la censure officielle de l'Etat. Dans ces conditions, il est important de constater et d'analyser l'apparition sur l'espace public des codes d'expression nouveaux permettant cette transformation transitoire sur le plan symbolique. Quelles sont les dimensions d'une telle transformation terminologique ? L'émancipation politique des langages utilisés par ces médias libres, est-elle suivie par une meilleure relation entre les acteurs médiatiques et leurs publics à l'heure actuelle ?

Parmi ses ouvrages, on peut lire :

Les mots dans la communication politique en Albanie L'harmattan, 2004, 252 p.
L'Albanie entre la pensée totalitaire et la raison fragmentaire, L'harmattan, 1999, 197p.




Parution - Le langage politique

Vient de paraître

Le Langage Politique. Discours, Images, Pratiques

Bernard Lamizet

Editions Ellipses

Les mots, les images et les rituels sont les formes symboliques qui donnent sa consistance, son temps, son espace et ses logiques à la vie politique. L’auteur décrypte ici les formes et les langages qui expriment l’identité des acteurs et qui font vivre les débats et les confrontations entre citoyens, acteurs
politiques, institutions et pouvoirs.

L’ouvrage propose :
- des méthodes d’interprétation de la complexité des significations élaborées par les différents médias et par les différents acteurs de l’espace politique ;
− une analyse de la signification des discours, des images et des pratiques politiques ;
− un regard sur les formes contemporaines de la médiation politique et de la vie des institutions ;
− des méthodes de lecture et d’analyse des événements politiques qui se déroulent aujourd’hui en France et dans le monde.


Né en 1951, Bernard Lamizet est professeur à l’institut d’études politiques de Lyon et appartient à l’UMR « Triangle ». Il a dirigé un numéro de la revue Semiotica sur la sémiotique politique, et a publié plusieurs ouvrages de sémiotique et de sciences de l’information et de la communication.

icon Parution - Le langage Politique (128.31 KB 2011-05-23 18:23:53)

AAC - Publics populaires

Centre de recherche sur les médiations
(EA 3476, université Paul Verlaine-Metz, université Nancy 2, université de Haute-Alsace)

Appel à communications
Colloque international et interdisciplinaire

« À la recherche des publics populaires »
1er volet : « Faire peuple »

Nancy, jeudi 20 et vendredi 21 octobre 2011

En adéquation avec le programme d’étude des publics initié par le Centre de recherche sur les médiations (CREM), l’objectif de ce colloque en deux parties est de dénaturaliser la notion de « public populaire » en la mettant à l’épreuve des différentes approches disciplinaires qui l’ont prise en charge : sociologie des médias, science politique, histoire, analyse du discours, théories de l’argumentation, analyse des usages des TIC, esthétique, ethnographie, sciences de l’information et de la communication, sociologie et histoire de l’art ou de la littérature.
Mais il s’agit en outre de l’interroger à nouveaux frais, eu égard aux évolutions économiques, sociales et technologiques récentes, à l’heure où l’éclatement des modèles culturels et la fragmentation des modèles de consommation semblent annoncer la fin des « masses » et dès lors que les usages de l’Internet brouillent la division entre producteurs et consommateurs de contenus, promeuvent des « communautés virtuelles » dont la nature même peut être interrogée et suggèrent un élargissement de la participation « profane » aux propositions politiques, artistiques ou informationnelles.

Rédigées en français ou en anglais, les propositions de communication pourront s’inscrire dans l’une ou l’autre des deux éditions du colloque, et répondre aux questions corrélatives.

Ière partie : « Faire peuple » (20-21 octobre 2011)
IIe partie : « Être peuple » (octobre 2012)

Publication des actes
Titre provisoire : À la recherche des publics populaires, 300 pages, octobre 2013, 2 volumes : t.1 « Faire peuple », t.2 « Être peuple », Presses universitaires de Nancy  (PUN).
Les textes seront sélectionnés par un comité éditorial et soumis à expertise externe.

Date limite de soumission pour le Ier volet du colloque : 20 juin 2011
Les propositions de communication (résumé de 400 mots), assorties  d’un bref CV, sont à adresser à Jamil Dakhlia: jamil[point]dakhlia(at)univ-nancy2[point]fr
Chaque résumé doit comporter un titre. Merci par avance d’indiquer votre nom dans l’objet de votre mail et vos coordonnées précises dans votre message : statut académique, institution de rattachement (enseignement et/ou recherche), adresse électronique, numéro de téléphone, adresse postale).
Durée prévue des communications : 20 min.
Réponse aux auteurs : 30 juin 2011

Comité scientifique
Eduardo Cintra Torres (Pr, Universidade Católica Portuguesa, Lisbonne, CECC), Jamil Dakhlia (MCF-HDR, Nancy 2/CREM), Annik Dubied (Pr, Université de Genève), Béatrice Fleury (Pr, Nancy 2/CREM),  Cécile Méadel (Maître de recherche, Ecole des Mines/CSI), Vincent Goulet (MCF, Nancy 2/CREM), Céline Ségur (MCF, Nancy 2/CREM), Ernesto Laclau (Pr, University of Essex, GB), Isabelle Veyrat-Masson (D.R. Laboratoire Communication et politique, CNRS), John Storey (Pr, University of Sunderland, GB),  Jacques Walter (Pr, UPVM/CREM).

Comité d’organisation
Cécile Bando (MCF, Université Nancy 2/CREM), Jamil Dakhlia (MCF HDR, Université Nancy 2/CREM), Stéphanie Hurez (Ingénieur de recherche, Université Nancy 2-CREM), Delphine Le Nozach (ATER, Université Nancy 2/CREM)

icon AAC - Publics populaires (203.98 KB 2011-05-23 18:16:24)

Parution - Le son du théatre

THEATRE/PUBLIC 199

“ Le son du théatre “

Textes et documents rassemblés par
Chantal Guinebault-Slamowitz (CREM, Université Paul Verlaine-Metz - France)
Jean-Marc Larrue (CRI, Collège de Valleyfield / Université de Montréal - Canada)
Marie-Madeleine Mervent-Roux (ARIAS, CNRS – France)

Après la publication de l’ensemble d’articles sur “le passé audible” du théâtre (Théâtre/Public n°197), issus de deux années de recherches, d’exercices d’écoute, d’ateliers et de discussion, nous avions le sentiment d’avoir découvertun univers quasiment inconnu – ou en tout cas largement méconnu –, de commencer à en saisir certains traits, mais de manquer encore de mots, de notions, d’outils pour le décrire et l’analyser dans son originalité, pour comprendre ce qui manque lorsque le son, au théâtre, n’est pas pensé, pour comprendre aussi les raisons pour lesquelles il n’est pas pensé. La question du langage, de la formulation, du mode de représentation a occupéune place de plus en plus grande au fur et à mesure que nous avions à conserver et à transmettre les résultats de nos travaux, au fur et à mesure que nous découvrions à la fois les mots du sonore et leur rareté, l’histoire des transcriptionsvisuelles du son et les tentatives de l’écrire.

Volet  II. Dire l’acoustique

Premier chantier
L’écoute partagée : techniques et arguments

Éric Vautrin, Vincent Dussaiwoir, Bruno Sébald, Marie-Gabrielle Soret, Chantal Guinebault-Slamowicz, Guillaume Trivulce, Rafaella Uhiara, Anne Dorémus, Jean-Luc Ristord, Dominique Ehret, Markus Noisternig, André Serré, Daniel Deshays, Jean-LucGuionnet, Alain Mahé, Florent Siaud, Julien Éclancher, Nancy Tobin, Nicolas Bernier.

Deuxième chantier
L’expérience radiophonique : une excitation à penser l’écoute

Philippe Baudoin, Marie-Christine Lesage, Johanne Peyras, Justine Martini, Mildred Galland-Szymkowiak.

Troisième chantier
Une constellation conceptuelle : résonance, atmosphère, (espace) acoustique

Marie-Madeleine Mervant-Roux, Jonathan Burston, Helga Finter, Georges Home-Cook, Élisabeth Giuliani.

icon Parution - Le son du théatre (801.36 KB 2011-05-23 18:04:29)

Poste de Professeure ou professeur de communication politique, Université de Montréal

Département de communication

Faculté des arts et des sciences

Professeure ou professeur de communication politique

Le Département de communication sollicite des candidatures pour occuper un poste à temps plein de professeure ou de professeur de communication politique au rang d’adjoint.

Fonctions

Les candidats seront appelés à enseigner aux trois cycles, à encadrer des étudiants aux études supérieures, à poursuivre des activités de recherche, de publication et de rayonnement ainsi qu’à contribuer aux activités de l’institution.

Exigences

  • Doctorat en communication ou dans une discipline connexe. Les candidatures de personnes en fin de rédaction de thèse seront aussi prises en considération.
  • Qualités de dynamisme et de créativité démontrées en enseignement et en pédagogie.
  • Maîtrise de la langue française.
  • Intérêts de recherche et expérience de recherche pertinente pour l’étude des problématiques contemporaines de la communication politique, par exemple l’analyse des pratiques et stratégies communicationnelles des acteurs politiques, notamment les citoyens, les partis, les élus, les journalistes, les institutions gouvernementales et paragouvernementales et les groupes de pression; les activités politiques sur le Web (Webpolitique) et les nouveaux modes d’activisme et de militantisme; l’étude des nouvelles pratiques médiatiques et des rôles des nouveaux médias dans les processus politiques; l’analyse des discours, des interactions ou des dispositifs qui participent à la définition du domaine, des acteurs et des formations de pouvoir contemporains.

Traitement

L’Université de Montréal offre un salaire concurrentiel jumelé à une gamme complète d’avantages sociaux.

Entrée en fonction

À compter du 1er janvier ou du 1er juin 2012.

icon Poste de Professeure ou professeur de communication politique, Université de Montréal (117.63 KB 2011-05-23 09:35:40)



Politique linguistique de l’Université de Montréal

L’Université de Montréal est une université québécoise de langue française, à rayonnement international. Dans le cadre du renouvellement de son corps professoral, elle intensifie le recrutement des meilleurs spécialistes dans le monde et s’assure par ailleurs que, conformément à la Politique linguistique de l’Université de Montréal [http://www.direction.umontreal.ca/secgen/recueil/politique_linguistique.html], les professeurs qu’elle recrute qui ne maîtrisent pas le français à leur entrée en fonction bénéficient d’un programme de soutien à l’apprentissage de la langue française.

Privilège de confidentialité des candidatures

Les procédures de nomination en vigueur à l’Université de Montréal prévoient que tous les dossiers de candidature puissent être consultés par tous les professeurs membres de l’assemblée départementale. Toute personne désirant que sa candidature demeure confidentielle jusqu’à l’établissement de la liste restreinte (candidatures retenues pour entrevue) est priée de le mentionner dans sa lettre de motivation.

Programme d’accès à l’égalité en emploi

L’Université de Montréal souscrit au principe d’accès à l’égalité en emploi et invite les candidats à remplir le Questionnaire d’identification - accès à l’égalité en emploi, disponible à l’adresse suivante : www.fas.umontreal.ca/affaires-professorales/documents/quest-acces-emploi-FR.pdf, et à le joindre à leur dossier de candidature.

Exigences en matière d’immigration

Conformément aux exigences prescrites en matière d’immigration au Canada, cette annonce s’adresse en priorité aux citoyens canadiens et aux résidents permanents.

Lire la suite : Poste de Professeure ou professeur de communication politique, Université de Montréal

Séminaire : Technologies de la connaissance et recherche d'information en contexte

Séminaire de recherche
« Technologies de la connaissance et recherche d'information en contexte - Projets de recherche et usages applicatifs »

Le jeudi 16 Juin 2011

Direction : Luc Grivel 

Cycle thématique
Eduquer et transmettre 2011
Lieu : Site Gennevilliers
« Adresse précise, voir ci-dessous »

"Participation gratuite dans la limite des places disponibles. Inscription en ligne : « http://doodle.com/pyxx8atr8s2rzmwc »

Thématique 

Depuis une dizaine d’années, on assiste au développement d’applications basées sur des moteurs de recherche d’information capables de s’interfacer avec des systèmes d’information hétérogènes. Potentiellement, ces applications sont susceptibles d’accéder à toute information qui aura pu être stockée concernant ou caractérisant une personne, une société, un lieu, un objet. Ce décloisonnement des systèmes d’information soulève bien des interrogations :
1) sur le plan de l’ingénierie: Comment définir le contexte ? Comment le prendre en charge durant le processus de recherche d’information, Comment relier des systèmes existants et des contenus jusqu’alors autonomes ?
2) sur le plan des usages applicatifs (exploitation des contenus) et de la gouvernance des systèmes d’information : Comment garantir la cohérence des résultats, la sécurité et la confidentialité des accès aux contenus?

Ce séminaire vise à lancer une réflexion sur les impacts de l'introduction des technologies de la connaissance dans les systèmes de recherche d’information sur les usages et sur les pratiques de recherche d'information, en quoi elles offrent des potentiels nouveaux, modifient nos pratiques de recherche d'information, voire nos modes de pensée et de travail.

Programme 

9h45-10h : Accueil 

10h00-10h15 Présentation de la journée par Luc Grivel, INDEX-Paragraphe 

10h15-10h45 La « qualité perçue » comme instrument d’étude sur les nouvelles pratiques de recherche d’information Valery Nosulenko, Directeur de recherche à l'Institut de psychologie, Académie des sciences de Russie, Responsable du laboratoire "Psychologie de communication dans les environnements augmentés" Professeur invité à Paris-8 

Quelles sont les éléments pertinents d’un nouveau système de recherche d’information ? Comment ce système modifie les pratiques de recherche d'information ? Comment analyser les activités d’usage dans ce contexte ? Nous discutons ces questions sur le fond du paradigme de « qualité perçue » qui représente un ensemble de techniques pour définir la pertinence subjective de différents éléments médiatisant l’activité d’usage. La qualité perçue intègre à la fois les propriétés observables d’un système ou d’une situation et les caractéristiques du sujet (individu ou groupe) en tant qu’utilisateur de ce système. L’analyse vise soit la mise en évidence de la qualité perçue des caractéristiques actuelles de la situation (ici et maintenant), soit l’historique de sa constitution (vécu antérieur de l’individu ou du groupe), soit l’avenir attendu par l’individu (le contenu de ses buts qui sont les anticipations de la situation future). Nous discutons les apports et les limites de la méthode en l’illustrant par des cas concrets.
10h45-11h10 La recherche d’informations linguistiques en contexte d’écriture : « Le petit Google illustré ? Maryse Courberand (doctorante laboratoire PARAGRAPHE)
Comment procède exactement un « écrivant » (sur écran) pour rechercher et sélectionner une information linguistique en ligne (orthographe, conjugaison, grammaire…) au cours de sa pratique d’écriture ?
Quels services d’aide à la rédaction utilise-t-il ? Comment formule-t-il sa requête ? Et comment décide-t-il d’arrêter sa recherche d’information estimant avoir la réponse à sa question ?
Nous nous proposons d’observer des individus « écrivants » , qu’ils soient profanes ou professionnels, selon différents modes d’investigation: analyse filmique des situations, analyse de discours sur le film par les filmés, analyse de discours sur la question dans différents forums, questionnaires et interviews.  La démarche se veut d’abord ethnographique et ethno-méthodologique. Pour ce séminaire, nous présenterons uniquement le cas d’un écrivant. 

11h10-11h30 Les usages en situation de recherche d’information et la compétence informationnelle : l’interaction homme-machine comme collaboration à potentiel didactique Safia ABOUAD (doctorante laboratoire PARAGRAPHE)
« […] whether our actions are ad hoc or planned depends upon the nature of  the activity, or our degree of expertise »
La subjectivité peut-elle, de problème dans la modélisation des activités de recherche d’information, passer au statut de ressource dans l’élaboration de dispositifs sociotechniques (outils et mode d’emploi) améliorant la qualité des résultats d’une requête faite à un SRI (système de recherche d’information) ? Je propose de donner un panorama du problème de la personnalisation des processus d’interaction homme-machine, sa dimension historique – notamment en faisant état de l’apport décisif de Lucy Suchman – et sa prégnance actuelle traversant les disciplines (informatique, ergonomie cognitive, éducation, SIC, …). C’est donc une approche considérant l’apport des travaux sur la place de la subjectivité dans l’utilisation de SRI, argumentant la pertinence d’une approche collaborative de la situation d’usage, prenant en compte la question de la compétence informationnelle des acteurs en situation de recherche d’information et le potentiel didactique de telles situations.

PAUSE 11h30-11h45

11h50-12h20 Recherche d'informations techniques et d’expertises dans une grande entreprise : apport de la gestion des connaissances, pratiques et enjeux Yasmina Quatrain (ingénieur EDF R&D)
Le contexte d’expérimentation choisi est une étude des accès à l’information des différents acteurs (techniciens, ingénieurs) avant et pendant l’arrêt d’une tranche d’une centrale de production, en vue de réaliser les « plusieurs milliers d’opérations d’entretien effectuées lorsqu’un arrêt du réacteur est programmé ». La démarche proposée est de faire « du moteur de recherche le pivot de l’accès aux contenus du système d’information ». L’exploitation du contexte d’élaboration des documents, c’est à dire la caractérisation du document dès sa création en prenant compte son parcours au sein de processus métiers structurants, constitue l’une des pistes importantes d’amélioration proposées, bien que cette approche ne soit pas envisageable de manière rétroactive. « Un bénéfice attendu est de disposer d’un typage des documents plus proche des pratiques et des organisations, et qui mémorise en partie les intentions qui ont conduit à la rédaction du document et donc contribue à avoir une idée de ce qu’il peut contenir. » Une autre piste explorée est d’adosser la recherche à des systèmes d’organisation des connaissances. Enfin, un troisième levier d’amélioration pour mieux trouver l’information ou identifier les acteurs la possédant, ou contribuant à sa construction est de faire appel aux réseaux ou communautés. L’idée est de faciliter la recherche d’experts dans l’organisation en développant des communautés de pratique et en favorisant le travail collaboratif.
REPAS

14h-14h30 analyse sémantique et moteurs de recherche : apport des entités nommées Patrick Constant (PERTIMM ; projet Infomagic Cap Digital))
Patrick CONSTANT (PERTIMM) présente les travaux de son équipe dans le cadre du « projet Infomagic (2006-2009), coordonné par Thales et soutenu par le pôle de compétitivité francilien Cap Digital». Il décrit comment des résultats d’extraction d’entités nommées (personnes, lieux, organisations, expressions temporelles et numériques)) issus de 4 annotateurs peuvent être fusionnés pour améliorer les résultats d’un moteur de recherche. « La fusion permet de gérer la compatibilité entre annotations et de mettre en évidence les conflits, pour fournir des informations plus fiables.» Des exemples concrets illustrent les apports de la fusion d’entités nommées complexes pour la recherche d’information. Ils mettent en évidence certains enjeux importants pour le Web sémantique, concernant notamment les problèmes de normalisation des dates, « car une même date peut être désignée de très nombreuses façons différentes dans un texte » et des expressions numériques, (problématique des unités et gestion des recherches par intervalles).

14h30-15h Calcul de l’autorité des pages web au sein de leurs communautés respectives - Propositions pour une contextualisation de l’information par Aurélien LAUF, doctorant CIFRE encadré Mathieu Valette et Monique Slodzian (INaLCO - Langues'O), au sein de la société AMI Software.
Cette intervention présentera un ensemble de pistes pour la contextualisation des résultats des moteurs de recherche et des plateformes de veille sur internet. Nous nous intéressons au problème du calcul de l’autorité des sources afin d’illustrer notre propos. A partir d’un examen de l’algorithme HITS de Jon Kleinberg, nous proposons une réflexion sur la validité des pratiques en matière de calcul d’autorité. Notre objectif est de montrer que calculer l’autorité des sources en fonction des communautés auxquelles elles appartiennent et proposer des outils de visualisation adéquats (CliquePercolation Method) permet de sortir de la logique de classement et laisse à l’utilisateur final la liberté d’interpréter les résultats selon ses besoins.

15h-15h30 Bilan-Conclusion de la journée

Informations pratiques : 

Adresse :
Pôle Universitaire de Gennevilliers – (Cliquez ici pour accéder à Google Map), ZAC Barbanniers, 1, avenue Marcel Paul, 92230 Gennevilliers, France.
Salle « suspendue » (suivre le fléchage)
Transports en commun : Métro Ligne 13 en direction de Asnières-Gennevilliers, arrêt Porte de Clichy, puis RER C direction Argenteuil / Montigny-Beauchamp, arrêt Gennevilliers.
Voiture : Suivre Google map et entrer dans l’allée de la Gare (au feu sur l’avenue Marcel Paul, passer au milieu de l’IUFM). Le parking est situé à gauche
Contacts organisation :
Pierre Quettier
tél : 06 73 47 98 07
Isabelle Ménil tél: 01 41 21 74 71

Parution : Le langage politique. Discours • Images • Pratiques

Bernard Lamizet
Le langage politique.
Discours • Images • Pratiques

Paris, Ellipses, 2011, 256 p. (16,5 X 24 cm)



Les mots, les images et les rituels sont les formes symboliques qui donnent sa consistance, son temps, son espace et ses logiques à la vie politique.
L’auteur décrypte ici les formes et les langages qui expriment l’identité des acteurs et qui font vivre les débats et les confrontations entre citoyens, acteurs politiques, institutions et pouvoirs.
L’ouvrage propose :
– des méthodes d’interprétation de la complexité des significations élaborées par les différents médias et par les différents acteurs de l’espace politique ;
– une analyse de la signification des discours, des images et des pratiques politiques ;
– un regard sur les formes contemporaines de la médiation politique et de la vie des institutions ;
– des méthodes de lecture et d’analyse des événements politiques qui se déroulent aujourd’hui en France et dans le monde.

Né en 1951, Bernard Lamizet est professeur à l’Institut d’Études Politiques de Lyon et appartient à l’UMR « Triangle ». Il a dirigé un numéro de la revue Semiotica sur la sémiotique politique, et a publié plusieurs ouvrages de sémiotique et de sciences de l’information et de la communication.

Sommaire

  • La signification du politique
    Formes et langages du politique
    La représentation du politique
    Le sujet et le politique
    Les acteurs de la politique
    L’espace politique
    La vie politique et institutionnelle
    Les lieux du politique
    L’envers du politique
    Conclusion : le fait politique

1/2 Poste ATER en INFO-DOC à l'INTD-CNAM

Un poste d'ATER à mi-temps est libéré à l'INTD-CNAM.

Description du poste ici . Attention, il faut remplir le dossier avant le 3 juin.

AAC-Du web social au développement des territoires

Du web social au développement des territoires :

les apports de la complexité et de la non linéarité

06 et 07 octobre 2011

Site de Nîmes de l’Ecole des mines d’Alès

 

L’extraordinaire développement des réseaux numériques est en train de modifier les relations entre acteurs : individus et / ou collectifs. Les utilisateurs peuvent désormais accéder à une grande quantité d’informations et échanger plus facilement. Mais le niveau de qualité des informations accessibles est inégal, leur utilité quelquefois discutable.

Les prochaines journées d'étude du groupe TICIS - SFSIC ont pour objet d’approfondir, dans une approche interdisciplinaire (des sciences et techniques aux sciences humaines et sociales), la réflexion autour de cette perspective : comment se mettent en place et évoluent les dynamiques de réseaux ?, quelles interactions entre spécialités pour favoriser la mise en œuvre de stratégies économiques et territoriales ?, comment naissent et circulent les informations ?, comment favoriser la construction collectives des connaissances ?, quelles pratiques et / ou outils pour favoriser l’émergence et la maturation de projets durables.

Les travaux présentés porteront sur des thèmes comme le web sémantique, les méta-données, l’indexation, les ontologies, les représentations, l’hybridation auteur-lecteur, la mise en œuvre des actions sur un territoire (décision, stratégie, opérationnel), les usages et pratiques dans le domaine des technologies numériques…

L’appel à communications, qui privilégiera les contributions centrées sur les théories de la complexité et de la non linéarité, cible les membres et proches du groupe et, de façon plus large, les chercheurs en sciences de l’information et de la communication (SIC), sociologie, sciences politiques, sciences de l'information et de la documentation, informatique et productique. Une préférence sera donnée aux propositions articulant dans une approche diachronique point de vue conceptuel et étude de terrain.

 

Calendrier

* début juin 2011 : réception des intentions de communication (titre explicite et quelques lignes)

* début juillet 2011 : réception des résumés des propositions retenues

* début octobre 2011 : réception des articles

* 18 et 19 octobre 2011 : journées d’étude sur le site de Nîmes de l’Ecole des mines d’Alès

* à partir de novembre 2011 : suivi des articles pour publication en ligne

 

Modalités de proposition

Après réception de la réponse à l’intention retenue, les auteurs envoient un résumé de la communication (1500 à 3000 caractères), Times New Roman 12, espaces compris, présentant les éléments suivants : titre, 5 mots-clés, problématique et objet de recherche, méthodologie et plan, bibliographie. L’identification du ou des auteurs fera apparaître : nom et prénom, fonction, institution d’appartenance, adresse postale et téléphonique, adresse électronique.

Le texte final sera envoyé en .doc. Il ne dépassera pas 22000 caractères (espace compris) en incluant le résumé (max. 1500 caractères). La bibliographie, en plus, ne dépassera pas 3000 caractères.

Les propositions seront examinées par deux membres du comité scientifique et les notifications d’acceptation seront accompagnées des modalités de remise des textes, pour publication électronique des actes sur le site web du groupe TICIS. Cette publication sera réalisée après la tenue de la journée d’étude afin d’apporter des enrichissements à la lumière des échanges.

 

Contacts et organisation

Pierre-Michel.Riccio(at)mines-ales.fr

Lise.Vieira(at)msha.fr

icon AAC-Appel à communications TICIS'2011 v1.20.doc (48.04 KB 2011-05-17 11:34:36)

Colloque international Identité et communication interculturelle Bucarest, Roumanie, 26-27 Se


Colloque international
Identité et communication interculturelle
Bucarest, Roumanie, 26-27 Septembre 2011



Centre de Recherche en Communication Institut de la Communication Cox International Center SNSPA Université Lyon2 University of Georgia
en collaboration avec Romanian-U.S. Fulbright Commission
Cette manifestation se propose d’aborder des thématiques liées au rôle des médias dans la constitution, dans le renforcement des identités locales, régionales, nationales ou transnationales, basées sur des relations culturelles, ethniques ou raciales. Elle souhaite aussi étudier l’impact des nouvelles technologies de la communication sur l’identité et les stratégies des organisations. Dans la perspective de la communication interculturelle, nous nous intéressons à la nature des entités impliquées dans le dialogue, à la dynamique des environnements multiculturels et des discours sociaux et, également, aux modifications que la découverte de l’Autre provoque dans la construction de nos identités.


Axes de travail

L’Identité à la rencontre de l’Altérité

La question de l’identité peut faire l’objet de multiples regards. Celui de la sociologie (les identités sociales et/ou professionnelles), de la psychologie (la construction personnelle), de l’anthropologie (comportements, rites, modes de vie), des sciences politiques (l’identité à travers des structures institutionnelles).
Notre travail sur l’identité prend place, pour notre part, dans la problématique générale de la communication interculturelle, en donnant au mot « communication » tout son poids disciplinaire, en faisant référence aux travaux qui structurent la communication comme savoir scientifique. Notre questionnement porte ici plus particulièrement sur les articulations possibles entre communication, culture et identité, dans la rencontre avec l’Altérité.
La représentation de l’Altérité passe souvent par le discours des médias. Inscrits dans des logiques d’expression de notre propre identité, les discours de « nos » médias nous offrent une représentation spécifique de cette altérité.
Différentes situations spécifiques développent aujourd’hui des pratiques professionnelles de communication interculturelle contribuant à la définition de l’identité : les mobilités géographiques, les cohabitations (personnelles, de
« communautés »), les coopérations entre organisations en contexte international.
On parle souvent de la dimension idéologique de la culture. D’un côté, cette dimension peut créer, dans un contexte interculturel, une articulation spécifique entre identité et engagement. De l’autre côté, elle peut contribuer dans certains cas à des stratégies spécifiques d’argumentation ou de persuasion (selon des logiques de hiérarchisation de valeurs ou selon des logiques d’assimilation).
Dans cette perspective de communication interculturelle, nous nous intéressons notamment ici aux identités en dialogue, aux dynamiques gouvernant les transformations et aux manifestations des identités dans les différentes formes de
découverte de l’Autre.
Cet atelier thématique abordera notamment :

  • - Les représentations de l’Altérité (la figure de l’étranger, de la différence, de celui
  • qui fait un autre choix politique, qui appartient à une autre religion) dans différents
  • types de discours médiatés et les articulations entre notre propre identité et ces
  • représentations.
  • - La prise en compte institutionnelle de l’Altérité (dans la législation de différents
  • pays, dans la structure de différentes organisations, pendant la mise en place de
  • différents projets multi acteurs…)
  • - Des situations communicationnelles de mise en scène de l’identité ou de l’altérité de différents groupes d’appartenance ou de référence (diaspora, réseaux sociaux, communautés professionnelles, adhérents à une cause, à un parti …).
Nouvelles technologies et la communication des identités professionnelles

Le fort ralentissement de l’économie mondiale, l’effondrement du modèle
économique pour les industries médias nationales, ainsi que le fort impact des
nouvelles technologies de communication à la fin de la première décennie du
nouveau siècle ont eu une incidence dramatique sur le marché du travail des médias et sur le statut des professionnels de la communication.
La crise ne s’est pas limitée au premier segment du marché du travail. On
estime à 5900 le nombre d’emplois réduits dans les rédactions d’information des
journaux américains en 2008 et 2009 (Project for Excellence in Journalism, 2009,
2010). La télévision, la radio et les magazines d’information ont également réduit
leur personnel, en renonçant souvent aux positions de cadres.
Beaucoup de ces journalistes ont continué à exercer leur profession en
mettant en place leur propre site Web, seuls ou à plusieurs. Le succès de ces
pratiques signifie que le journalisme n’est plus de seul domaine de ceux qui
travaillent dans ou pour des entreprises de médias reconnues. Plus important encore,
les journalistes appartenant encore aux institutions reconnues et ceux qui travaillent
sur leur propre compte se trouvent en concurrence avec un autre groupe de
personnes, appelés journalistes « citoyens ».
La terminologie est importante, car elle suggère à la fois une transformation et
la déprofessionnalisation de la profession journalistique elle-même. Compte tenu de l'incertitude des modèles financiers pour les organisations journalistiques
traditionnelles, ainsi que pour les start-up créées par d'anciens journalistes, il est
même possible de se demander si le journalisme reste encore une profession. La
concurrence entre les journalistes « professionnels » et les journalistes « citoyens » remet finalement en question l’articulation entre le journalisme et les citoyens.
La crise a touché également les autres professions de la communication. La
facilité d’accès des amateurs aux outils de conception graphique, aux bases de
données nécessaires pour les actions commerciales ainsi que la démocratisation des compétences numériques signifient que tout le monde peut devenir un spécialiste en publicité ou en relations publiques.
De plus, toute déprofessionnalisation d’un domaine d’activité soulève le
problème de la nécessité et du contenu des parcours des formations de spécialité.
Cette section est ouverte aux communications mettant l’accent sur des
questions telles que :
- Quelles sont les caractéristiques qui (de)légitiment les professionnels de la
communication ?
- Quel est le statut des journalistes citoyens et celui des journalistes
communautaires ?
- Comment les nouvelles technologies abordent-elles les questions de la
diversité ?
- Quel est l’impact des nouvelles technologies sur l’éducation dans le domaine
du journalisme et de la communication de masse ?
Le rôle du l’espace public dans la construction d’une l’identité
transnationale
Le concept d’identité européenne a été lancé lors du sommet de la
Communauté européenne à Copenhague, en 1973, peu de temps après la première
phase de son élargissement. L’objectif de cette annonce était de combler le manque
de visibilité en termes d’identité dans le modèle interprétatif existant à l’époque.
La Déclaration sur l’identité européenne, connue également sous le nom de
Déclaration de Copenhague, signée par les neuf Etats alors membres de la
Communauté européenne, marque le début d’une période de recherche universitaire constante sur le nouveau concept.
Les débats sur l’identité européenne s’organisent aujourd’hui autour de deux
directions importantes : d’un côté, une série de chercheurs considèrent que celle-ci est plutôt une construction théorique, une forme sans contenu, une coquille vide, un idéal souhaitable loin d’être accompli, de l’autre côté, certains auteurs affirment que l’identité européenne est une présence confirmée, un nouveau niveau d’identité, tout aussi réelle que l’identité nationale.
Beaucoup de recherches abordent la question de la construction éventuelle
d’un espace public européen, avec un agenda commun européen, à travers lequel l’identité européenne est constamment interrogée et analysée.
Dans ce contexte, l’européanisation des espaces publics nationaux et des
médias nationaux posent le problème d’une identité fragmentée et passablement
contradictoire. Le rôle joué par les médias dans le processus d’européanisation et de construction d’un espace public européen représente un autre domaine important d’intérêt scientifique.
Cet axe de travail concerne des recherches théoriques et empiriques et aborde
différentes thématiques liées à l’identité européenne :
- Identité européenne et communication interculturelle
- L’identité européenne dans le discours média
- Intégration culturelle et identité culturelle
- Perspectives américaines sur les dynamiques de l’Union européenne
- L’espace public européen
- Européanisation et médias
- Identité nationale versus identité européenne
- Analyse comparative des systèmes médias en Europe et Etats-Unis
- Agenda setting et Union européenne
Tout autres sujets connexes sont les bienvenus.
Conférencier invité
Hans-Jörg TRENZ – ARENA Center for European Studies, Norway
Pour consulter son CV :

http://www.sv.uio.no/arena/english/people/aca/hansjurt/index.html


Comité scientifique

Alina BÂRGÃOANU – Ecole National d’Etudes Politiques et Administratives, Roumanie
Claudine CARLUER – Université Stendhal Grenoble, France
Dominique DESJEUX – Université Paris Descartes, France
Dorina GUTU – Romanian-US Fulbright Commission, Roumanie
Jisu HUH – University of Minnesota, USA
Adrian LESENCIUC – Academia Fortelor Aeriene « Henri Coanda », Roumanie
Mira MOSHE – Ariel University Center of Samaria, Israel
Remus PRICOPIE – Ecole National d’Etudes Politiques et Administratives, Roumanie
Klaus SCHÖNBACH – University of Viena
Andrea SEMPRINI – Université Lyon 2, France
Jean-Claude SOULAGES – Université Lyon 2, France
Claes De VREESE – University of Amsterdam, Nederland
David WEAVER – Indiana University, USA
Calendrier
25 mai 2011 : Soumission des propositions
10 juin 2011 : Résultats de la sélection
30 juillet 2011 : Envoi des communications à publier


Les propositions
Les propositions de communications (max. 500 mots, suivis de 3-5 mots-clés) seront
transmises en format MS Word. Merci d’indiquer le nom complet, l’appartenance
institutionnelle, l’adresse postale, le numéro de téléphone et de fax, l’adresse mail de tous les auteurs, en indiquant la personne de contact.
Une seule proposition par auteur principal est acceptée.
Les propositions seront envoyées à l’adresse mail suivante :
iCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. (ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)
Les langues de travail sont l’anglais et le français.
Les auteurs recevront une confirmation par mail.


Les articles sélectionnés seront publiés en volume après la conférence. A cette fin, les articles seront soumis à une nouvelle procédure de sélection.
Tous les manuscrits soumis doivent respecter la version la plus récente du guide de l’APA (American Psychological Association Publication Manual).

Frais de participation

Les frais d’inscription sont de 100 euros / participant.
Pour les doctorants et les étudiants en master, les frais sont de 50 euros /
participant.

Informations et contacts

Pour plus d’informations concernant le lieu de la conférence, l’inscription, le
programme et les détails d’hébergement seront affichés sur le site de la conférence :
http://centrucomunicare.ro/conference2011.html


Le Comité d’Organisation

Lee B. Becker, University of Georgia
Nicoleta Corbu, National School of Political Studies and Public Administration
Mihai Moroiu, Romanian-U.S. Fulbright Commission
Dana Popescu Jourdy, Université Lyon2
Elizabeth Vercher, Université Lyon 2
Tudor Vlad, University of Georgia