Evénements

Séminaire «Recherches critiques sur la communication : état des savoirs»

Le séminaire « Recherches critiques sur la communication : état des savoirs »

est organisé par l'ULEPICC, Université Paris VIII, l'Université de Québec à Montréal, la MSH Paris-Nord

Il aura lieu à la MSH Paris-Nord les 3-4 février 2011

 

Programme

Jeudi 3 février

Accueil (9h15)

Présentation du séminaire (9h30)

Tristan MATTELART, Université Paris VIII, Cemti

Luis Alfonso ALBORNOZ, Président de l’ULEPICC

Francisco SIERRA CABALLERO, Secrétaire de l’ULEPICC

Éric GEORGE, Université de Québec à Montréal, Gricis

Conférence d’ouverture (10h00-11h00)

Armand MATTELART (Université Paris VIII, Cemti) : «Un regard généalogique et géopolitique de l’histoire d’un savoir»

Pause (11h00-11h15)

Modérateur de la matinée : Juan Carlos Miguel DE BUSTOS

PANEL I : THÉORIES CRITIQUES ET RECHERCHES SUR LA COMMUNICATION (11h15-13h15)

Jean-Guy LACROIX (Université de Québec à Montréal, Gricis) : «Pensée critique, production de la
connaissance, études (recherches) sur la communication et advenir de la société»

Pierre MŒGLIN (Université Paris XIII, LabSic) : «Enraciner la critique»

Gaëtan TREMBLAY (Université de Québec à Montréal, Gricis) : «Didactique de l’esprit critique à l’ère du postmodernisme»

Michel SÉNÉCAL (Télé-université, Université de Québec à Montréal) : «Les théories comme idéologies : contextes historiques et géopolitiques»

Pause déjeuner (13h15-14h15)

Modérateur de l’après-midi : Tristan MATTELART

PANEL II : SOCIO-ÉCONOMIE DE LA COMMUNICATION ET PENSÉE CRITIQUE (14h15- 17h00)

Luis Alfonso ALBORNOZ (Université Carlos III de Madrid) : «Redes y servicios digitales : una nueva agenda político-tecnológica»

Philippe BOUQUILLION (Université Paris VIII, Cemti) : «Socio-économie des industries culturelles et pensée critique»

Nuria ALMIRÓN (Université Pompeu Fabra de Barcelona) : «Financiarisation et médias : théorie, défi éthique et rôle de l’économie politique»

Pause (15h45-16h00)

Éric GEORGE (Université de Québec à Montréal, Gricis) : «Réflexions sur la pensée critique dans les
études en communication dans le contexte du capitalisme néolibéral»

Ángel BADILLO (Université de Salamanca) : «Notes sur le rôle de la pensée critique dans l'étude des industries créatives, culturelles et de la communication»

Fin de la première journée : 17h00

20h00 Dîner au restaurant Bouillon Racine (sur invitation)

 

Vendredi 4 février

Modérateur de la matinée : Jacques GUYOT

PANEL III : POLITIQUES DE COMMUNICATION ET CULTURE NUMÉRIQUE (9h30-11h00)

Juan Carlos Miguel DE BUSTOS (Université du Pays Basque) : «La politique de communication est morte. Vive la gouvernance!»

Ana Isabel SEGOVIA (Université Complutense de Madrid) : «Legislar en tiempos de crisis : primeras repercusiones en la estructura mediática española»

Vincent BULLICH (Université Paris XIII, LabSic) : «Approches critiques de la propriété intellectuelle : évolutions récentes et perspectives»

Pause (11h00-11h15)

PANEL IV : LES MUTATIONS DES INDUSTRIES DE LA COMMUNICATION (11h15-13h15)

Alain HERSCOVICI (Université Espirito Santo, Brésil) : «Commons et gouvernance : une analyse comparée des différents systèmes de propriété intellectuelle» (sous réserve)

Andreu CASERO (Université Jaume I de Castellón) : «La redefinición de la industria periodística. Estrategias y tendencias en el escenario digital»

Émilie DA LAGE et François DEBRUYNE (Université Lille III, Geriico) : «État des recherches critiques sur la musique»

Ayrén VELAZCO DÍAZ (Université de La Havane) : «La televisión en Cuba. Referentes fundamentales para su análisis, gestión y administración como servicio de interés publico»

Pause déjeuner (13h15-14h15)

Modérateur de l’après-midi : Tristan MATTELART

PANEL V : ALTERNATIVES DÉMOCRATIQUES ET PENSÉE CRITIQUE (14h15-16h15)

Fabien GRANJON (Cemti) : «Renouvellement des perspectives critiques sur les usages sociaux des TIC»

Francisco SIERRA CABALLERO (Université de Séville) : «Nuevas tecnologías de la información y participación ciudadana. Estudios europeos sobre ciudadanía digital»

Jacques GUYOT (Université Paris VIII, Cemti) : «Minorités linguistiques et critique sociale»

Alejandro BARRANQUERO (Université Carlos III de Madrid) : «Comunicación alternativa y comunicación para el cambio social. De la emergencia y urgencia de la investigación critica y participativa en comunicación»

Pause (16h15-16h30)

Conférence de clôture (16h30-17h30)

Bernard MIÈGE (Université Grenoble III, Gresec) «À propos d’une trajectoire intellectuelle : éléments d’une auto-analyse»

Fin de la deuxième journée : 17h30

20h00 Dîner au restaurant Aux Charpentiers (sur invitation)

En dehors des conférences d’ouverture et de clôture, chaque présentation devra durer entre 15 et 20 minutes pour laisser le temps à la discussion.


Journées PraTIC : Spatialités et temporalités du Web

4ème cycle annuel des Journées d'étude PraTIC :

SPATIALITES ET TEMPORALITES DU WEB

Le lundi 24 janvier 2011, à Gobelins, l'école de l’image, salle de conférence 318

Accès gratuit sur inscription obligatoire en ligne : http://www.doodle.com/g6y496g4i77gd3ka (150 places disponibles)

(150 places disponibles)


PROGRAMME :


Matinée

9h-9h15 : Accueil et présentation des attendus


9h30-10h10 : Conférence d'ouverture


>> Distance informationnelle et proximité algorithmique par Bernhard Rieder, Maître de conférences à l'Université Paris 8, Laboratoire Paragraphe, Département Hypermédia.

Sur le Web, la question de la distance peut être pensée comme la probabilité qu'un internaute arrive sur un site, un contenu particulier, un profil d'utilisateur, etc. Ces distances sont aujourd'hui modulées par de nombreux facteurs, dont la médiation algorithmique qui filtre et hiérarchise les informations, organise et suggère des chemins de navigation.


10h10-10h50 >> La cartographie du Web : entre démocratisation et maturité par Mathieu Jacomy, ingénieur-chercheur, Médialab de Sciences Po Paris.

A partir d'analyses et de mises en œuvre réalisées par les étudiants de Sciences Po, la cartographie des controverses scientifiques ou techniques sur le Web a pu être expérimentée. Les outils, méthodes et résultats seront présentés afin de comprendre leurs avantages et limites, en tenant compte des variables qualitatives ou quantitatives. Ces travaux éclairent en retour les singularités des espaces et des temps du Web.


10h50-11h10 : Pause


11h10-11h50 >> Exploration et cartographie des diasporas sur les réseaux numériques par Mehdi Bourgeois Chargé de recherche, TIC-Migrations, FMSH.

Les changements majeurs intervenus depuis les années 80 concernant les diasporas se sont conjugués à de nouvelles formes de regroupement, d’action et d’occupation sur le Web, nouveau moyen de rassemblement. Le projet "e-Diaspora Atlas" vise à analyser et à visualiser la dynamique des systèmes migratoires et leurs évolutions sur les territoires numériques.


11h50-12h30 >> "La ressource Web : dialectique du changement et de la permanence et émergence de nouveaux espaces sur le Web." par Alexandre Monnin, doctorant en philosophie à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, résident à l'IRI (Institut de Recherche et d'Innovation), associé au CNAM et membre de l'O.M.N.S.H.

Les transformations induites par le numérique sont surtout vues sous l'angle documentaire. Pour autant, à la question "Qu'est ce qui existe sur le Web ?", la réponse, du point de vue des standards, n'est ni "des objets", ni "des documents" mais "des ressources". Cette notion gagne à ce que l'on articule ses dimensions spatiales et temporelles pour bien comprendre l'architecture du Web, ses dynamiques et son archivage.


12h30-14h00 : Pause-déjeuner

Après-midi


14h-14h40 >> Visions anoptique et temporelle du Web par Olivier Auber, Artiste et chercheur associé à la Chaire "modélisations des imaginaires", Télécom ParisTech, Fondateur du Laboratoire Culturel A+H.

L'intervenant montrera en quoi la conjecture dite des "perspectives anoptiques" permet de penser le rapport entre la structure du réseau et sa pratique en termes de compétences cognitives. Au coeur de ce rapport se trouve l' "inattendu" qui rythme le temps subjectif émergeant des échanges.


14h40-15h20 >> Visualisations interactives de données : nouveaux outils et nouvelles mécaniques cognitives pour raconter le Web par Caroline Goulard, co-fondatrice Dataveyes.

Face au deluge informationnel, les techniques de visualisation de données du Web améliorent notre appréhension de notre univers numérique. Conduisant à inventer de nouvelles grammaires visuelles, interactives et narratives, elles vont irriguer tous les secteurs de l’information : du datajournalisme à l’intelligence économique, en passant par l’art numérique.


15h20-15h40 : Pause


15h40-16h20 >> Morphodynamique du web : retour sur 6 années d'ingénierie par Guilhem Fouetillou, co-fondateur et directeur technique, Linkfluence.

L'ingénierie appliquée à la modélisation des grands réseaux d'interactions Web et à leurs dynamiques a permis d’expérimenter des concepts et méthodes nourris par les avancées technologiques, tels que les « scale free networks », la structure bipartite du graphe du web, les formes communautaires homophiles ou encore le "Web temps réel". Ils ont révélé des nouveaux pans de l'implicite des dynamiques du web qui imposent une révision continuelle des théories mobilisées.


16H20-17h >> Quelle diffusion sociale de l'actualité sur Twitter ? par Martin Pasquier, directeur des études et chercheur (CIFRE) à la Netscouade, membre de l'équipe de recherche IPRI (Université Paris 3).

La circulation de l'information depuis les sites d'actualités en direction des réseaux sociaux, notamment Twitter, autorise à comparer ces deux espaces aux règles et usages spécifiques. A partir des données récoltées par l'équipe de recherche de l'ANR IPRI, dirigée par Franck Rebillard, nous proposerons une méthodologie d'analyse et les premières pistes de différenciation de ces deux espaces info-communicationnels.


17h-17h40 : Conférence de clôture

>> La cybergéographie dynamique : enjeux, défis et perspectives ? par Boris Beaude, docteur en géographie et chercheur au laboratoire Chôros de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne.


17h40-18h : Discussion et bilan de la journée d'étude

 ==> Télécharger ce programme : icon Journées PraTIC : Spatialités et temporalités du Web (193.54 kB)

 

Lire la suite : Journées PraTIC : Spatialités et temporalités du Web

Les cultures des Sciences en Europe : Dispositifs en pratique

 

Colloque international

LES CULTURES DES SCIENCES EN EUROPE

Volet 1 : DISPOSITIFS EN PRATIQUE

Nancy, les 10 et 11 février 2011

PRES de Lorraine, 34 cours Léopold

 

 

Le colloque « Les cultures des sciences en Europe. Volet 1 : dispositifs en pratique » vise à examiner les différents dispositifs de médiation dans le domaine des sciences et des techniques. Il est organisé par le Centre de recherche sur les médiations (CREM - EA 3476) (Université Paul Verlaine-Metz, Université Nancy 2, Université de Haute-Alsace) et le Laboratoire interuniversitaire des sciences de l’éducation et de la communication (LISEC - EA 2310) (Université de Strasbourg, Université Nancy 2, Université de Haute-Alsace)

En novembre 2000, la Commission européenne rédigeait un document intitulé Science, société et citoyens en Europe qui constituait la première pierre d’un vaste programme de réflexions et d’actions autour des questions sciences-technologies-société. L’Europe affirme ainsi son rôle dans la médiation des sciences et des techniques par le Plan d’action qu’elle élabore en 2002 et l’inscription forte des préoccupations relatives à l’interface sciences/société dans les 6e et 7e programmes cadres, autour des thèmes Science et société puis Science dans la société.

 

Dix ans après ces premiers pas, il semble opportun de dresser un état des lieux problématisé des actions, des « philosophies » et des agendas politiques présidant à cette préoccupation européenne. Le colloque Les cultures des sciences en Europe : dispositifs en pratique représente le premier volet d’une manifestation qui se tiendra à Nancy, puis à Strasbourg (octobre 2011). Il vient poursuivre la réflexion engagée dans le dossier publié dans le n°17 de la revue Questions de communication. Ce premier volet, au-delà du simple état des lieux des pratiques de médiation en matière de cultures scientifiques en Europe, vise à examiner les différents dispositifs de médiation dans le domaine des sciences et des techniques. Existe-t-il des « traditions nationales » ? Sont-elles transférables d’un contexte à l’autre, et comment ? Quels sont les modèles favorisés voire imposés aux niveaux local et européen ? Sur quels présupposés s’appuient-ils ?

 

Une attention particulière sera ainsi accordée aux rôles que ces dispositifs attribuent aux publics et aux positionnements effectifs de ces derniers. Par ailleurs, parce qu’un dispositif de médiation n’est jamais neutre, il importe d’ouvrir le débat sur les fonctions d’organisation, de crédibilisation et de hiérarchisation des valeurs sociétales/culturelles que les politiques de médiation attribuent aux sciences et aux techniques. Il s’agira aussi d’apprécier les interrogations ouvertes par la « standardisation » européenne des dispositifs, la complexité de leur adaptation aux cultures locales, les possibilités ou impossibilités de transférabilité…

 

Programme, informations et inscription sur le site du colloque : http://culturesdessciences.fr/

Contacts : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Cette manifestation nancéenne sera suivie d’un second colloque : « Les cultures des sciences en Europe. Volet 2 : Dispositifs, discours, acteurs et institutions » (Strasbourg, 13-14-15 octobre 2011).

Lire la suite : Les cultures des Sciences en Europe : Dispositifs en pratique

Communication et développement économique et social

 

       
 


 
 
 
 

 


Séminaire inter-universitaire
Communication et Développement Durable

 

Communication et développement économique et social

 

Séance coordonnée par Milie Théodora MIERE PELAGE

Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, Maître de conférences

IUT de Mantes en Yvelines / LAREQUOI/ ISM/ UVSQ

Elue au CA de la SFSIC

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Comment s’assurer que la croissance économique emprunte une nouvelle trajectoire qui soit bénéfique à l’environnement et à la cohésion sociale ?  Pour répondre à cette question, l’Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines s’est engagée dans une politique de développement durable. Elle propose un ensemble de formations professionnalisantes dans le domaine de l’environnement ou du développement durable. Une grande partie de la recherche est orientée en environnement et développement durable au sein d’un pôle dédié. La présidente de l’Université, Sylvie Faucheux a co-écrit « TIC & Développement durable » (De Boeck, 2010). Nous profiterons de la semaine du développement durable qu’organise l’IUT de Mantes en Yvelines pour nous réunir en ces locaux le 7 avril 2011.

 Cette séance sera l’occasion de questionner la notion de développement et d’analyser les différentes pratiques et usages des dispositifs communicationnels à des fins de développement. En effet, la question du développement ou des dispositifs communicationnels ne peut être comprise sans l’inscrire dans un contexte socio-économique dans lequel la culture revêt une importance significative. Un regard particulier sera porté sur l’information et les innovations, supports de ce développement. En effet, les nombreuses expériences de communication pour le développement menées aussi bien en Afrique, en Asie qu’en Amérique latine, mettent en exergue un profond décalage entre l’offre d’information et les « capacités » culturelles, financières et matérielles des populations concernées. Cette tension entre développement proposé et développement attendu apparaît également dans de nombreux travaux menés au sein du Centre de recherche en sciences sociales. Pour éviter ce biais, les spécialistes de la communication s’appuient sur un certain nombre de courants théoriques dont la communication participative développée par Paolo Freire, l’IEC (l’information, éducation, communication)… Au-delà des discours généraux, la communication pour le développement s’est-elle affranchie du diffusionnisme, des approches de l’innovation ?

Comment s’expriment la tension entre le développement et le contexte socio-économique des acteurs concernés ? Quelles leçons tirées des différentes expériences et pratiques menées notamment dans les pays en développement ou émergents dans le cadre de la communication pour le développement ?

 

Ce séminaire est co-organisé par Michel Arnaud-Brigitte Juanals (Université Paris Nanterre), Nicole d’Almeida  (CELSA, GRIPIC) et Alain Kiyindou (CRESS, Université de Strasbourg) avec le soutien de la SFSIC (Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication) et de l’ISCC (Institut des Sciences de la Communication du CNRS).

Nous rejoignent également sur ce programme des représentants d’autres universités et laboratoires : université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, Université de Toulouse-Paul Sabatier (LERASS) et INSA Toulouse,  Université de Cergy Pontoise, Audencia Nantes, Université de Louvain La Neuve, Ecole supérieure de Commerce de Montpellier et prochainement Université de Montréal (UQAM) et de Laval (Canada).

Regroupant des universitaires travaillant dans différentes structures sur un même thème mais aussi des professionnels du sujet, il se réunit de manière régulière et itinérante, à l’invitation de nos laboratoires respectifs.

L’objectif est de mettre en liaison et en visibilité des travaux et des équipes travaillant souvent séparément sur un sujet commun. Conjuguant nos forces et nos talents, nous explorons inlassablement la montée en puissance du thème de du développement durable (dans son acception la pus large) dans les pratiques, les processus et les dispositifs de communication. Le succès rhétorique de ces notions qui envahissent l’agenda social invite à s’intéresser aux idéologies qu’elles recouvrent, aux manières de dire et de faire des acteurs enrôlés dans la question : états, organisations internationales, entreprises, associations-ONG. In fine, notre objectif est de situer le registre environnemental et DD dans le champ des sciences de l’information et de la communication.

En 2009-2010, nous nous sommes réunis à Nanterre (novembre 2009), au Celsa (mars 2010) Nous sommes  retrouvés à Strasbourg le 11 juin 2010, puis à Dijon, pendant le Congrès de la SFSIC, le 25 juin 2010. Le séminaire aura lieu le 7 avril 2011 à l’IUT de Mantes en Yvelines de 13h30 à 17h30.