Evénements

Les cultures des Sciences en Europe : Dispositifs en pratique

 

Colloque international

LES CULTURES DES SCIENCES EN EUROPE

Volet 1 : DISPOSITIFS EN PRATIQUE

Nancy, les 10 et 11 février 2011

PRES de Lorraine, 34 cours Léopold

 

 

Le colloque « Les cultures des sciences en Europe. Volet 1 : dispositifs en pratique » vise à examiner les différents dispositifs de médiation dans le domaine des sciences et des techniques. Il est organisé par le Centre de recherche sur les médiations (CREM - EA 3476) (Université Paul Verlaine-Metz, Université Nancy 2, Université de Haute-Alsace) et le Laboratoire interuniversitaire des sciences de l’éducation et de la communication (LISEC - EA 2310) (Université de Strasbourg, Université Nancy 2, Université de Haute-Alsace)

En novembre 2000, la Commission européenne rédigeait un document intitulé Science, société et citoyens en Europe qui constituait la première pierre d’un vaste programme de réflexions et d’actions autour des questions sciences-technologies-société. L’Europe affirme ainsi son rôle dans la médiation des sciences et des techniques par le Plan d’action qu’elle élabore en 2002 et l’inscription forte des préoccupations relatives à l’interface sciences/société dans les 6e et 7e programmes cadres, autour des thèmes Science et société puis Science dans la société.

 

Dix ans après ces premiers pas, il semble opportun de dresser un état des lieux problématisé des actions, des « philosophies » et des agendas politiques présidant à cette préoccupation européenne. Le colloque Les cultures des sciences en Europe : dispositifs en pratique représente le premier volet d’une manifestation qui se tiendra à Nancy, puis à Strasbourg (octobre 2011). Il vient poursuivre la réflexion engagée dans le dossier publié dans le n°17 de la revue Questions de communication. Ce premier volet, au-delà du simple état des lieux des pratiques de médiation en matière de cultures scientifiques en Europe, vise à examiner les différents dispositifs de médiation dans le domaine des sciences et des techniques. Existe-t-il des « traditions nationales » ? Sont-elles transférables d’un contexte à l’autre, et comment ? Quels sont les modèles favorisés voire imposés aux niveaux local et européen ? Sur quels présupposés s’appuient-ils ?

 

Une attention particulière sera ainsi accordée aux rôles que ces dispositifs attribuent aux publics et aux positionnements effectifs de ces derniers. Par ailleurs, parce qu’un dispositif de médiation n’est jamais neutre, il importe d’ouvrir le débat sur les fonctions d’organisation, de crédibilisation et de hiérarchisation des valeurs sociétales/culturelles que les politiques de médiation attribuent aux sciences et aux techniques. Il s’agira aussi d’apprécier les interrogations ouvertes par la « standardisation » européenne des dispositifs, la complexité de leur adaptation aux cultures locales, les possibilités ou impossibilités de transférabilité…

 

Programme, informations et inscription sur le site du colloque : http://culturesdessciences.fr/

Contacts : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Cette manifestation nancéenne sera suivie d’un second colloque : « Les cultures des sciences en Europe. Volet 2 : Dispositifs, discours, acteurs et institutions » (Strasbourg, 13-14-15 octobre 2011).

Lire la suite : Les cultures des Sciences en Europe : Dispositifs en pratique

Communication et développement économique et social

 

       
 


 
 
 
 

 


Séminaire inter-universitaire
Communication et Développement Durable

 

Communication et développement économique et social

 

Séance coordonnée par Milie Théodora MIERE PELAGE

Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication, Maître de conférences

IUT de Mantes en Yvelines / LAREQUOI/ ISM/ UVSQ

Elue au CA de la SFSIC

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

Comment s’assurer que la croissance économique emprunte une nouvelle trajectoire qui soit bénéfique à l’environnement et à la cohésion sociale ?  Pour répondre à cette question, l’Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines s’est engagée dans une politique de développement durable. Elle propose un ensemble de formations professionnalisantes dans le domaine de l’environnement ou du développement durable. Une grande partie de la recherche est orientée en environnement et développement durable au sein d’un pôle dédié. La présidente de l’Université, Sylvie Faucheux a co-écrit « TIC & Développement durable » (De Boeck, 2010). Nous profiterons de la semaine du développement durable qu’organise l’IUT de Mantes en Yvelines pour nous réunir en ces locaux le 7 avril 2011.

 Cette séance sera l’occasion de questionner la notion de développement et d’analyser les différentes pratiques et usages des dispositifs communicationnels à des fins de développement. En effet, la question du développement ou des dispositifs communicationnels ne peut être comprise sans l’inscrire dans un contexte socio-économique dans lequel la culture revêt une importance significative. Un regard particulier sera porté sur l’information et les innovations, supports de ce développement. En effet, les nombreuses expériences de communication pour le développement menées aussi bien en Afrique, en Asie qu’en Amérique latine, mettent en exergue un profond décalage entre l’offre d’information et les « capacités » culturelles, financières et matérielles des populations concernées. Cette tension entre développement proposé et développement attendu apparaît également dans de nombreux travaux menés au sein du Centre de recherche en sciences sociales. Pour éviter ce biais, les spécialistes de la communication s’appuient sur un certain nombre de courants théoriques dont la communication participative développée par Paolo Freire, l’IEC (l’information, éducation, communication)… Au-delà des discours généraux, la communication pour le développement s’est-elle affranchie du diffusionnisme, des approches de l’innovation ?

Comment s’expriment la tension entre le développement et le contexte socio-économique des acteurs concernés ? Quelles leçons tirées des différentes expériences et pratiques menées notamment dans les pays en développement ou émergents dans le cadre de la communication pour le développement ?

 

Ce séminaire est co-organisé par Michel Arnaud-Brigitte Juanals (Université Paris Nanterre), Nicole d’Almeida  (CELSA, GRIPIC) et Alain Kiyindou (CRESS, Université de Strasbourg) avec le soutien de la SFSIC (Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication) et de l’ISCC (Institut des Sciences de la Communication du CNRS).

Nous rejoignent également sur ce programme des représentants d’autres universités et laboratoires : université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines, Université de Toulouse-Paul Sabatier (LERASS) et INSA Toulouse,  Université de Cergy Pontoise, Audencia Nantes, Université de Louvain La Neuve, Ecole supérieure de Commerce de Montpellier et prochainement Université de Montréal (UQAM) et de Laval (Canada).

Regroupant des universitaires travaillant dans différentes structures sur un même thème mais aussi des professionnels du sujet, il se réunit de manière régulière et itinérante, à l’invitation de nos laboratoires respectifs.

L’objectif est de mettre en liaison et en visibilité des travaux et des équipes travaillant souvent séparément sur un sujet commun. Conjuguant nos forces et nos talents, nous explorons inlassablement la montée en puissance du thème de du développement durable (dans son acception la pus large) dans les pratiques, les processus et les dispositifs de communication. Le succès rhétorique de ces notions qui envahissent l’agenda social invite à s’intéresser aux idéologies qu’elles recouvrent, aux manières de dire et de faire des acteurs enrôlés dans la question : états, organisations internationales, entreprises, associations-ONG. In fine, notre objectif est de situer le registre environnemental et DD dans le champ des sciences de l’information et de la communication.

En 2009-2010, nous nous sommes réunis à Nanterre (novembre 2009), au Celsa (mars 2010) Nous sommes  retrouvés à Strasbourg le 11 juin 2010, puis à Dijon, pendant le Congrès de la SFSIC, le 25 juin 2010. Le séminaire aura lieu le 7 avril 2011 à l’IUT de Mantes en Yvelines de 13h30 à 17h30.