Evénements

Séminaire : Enseigner l'écriture numérique

Séminaire : Enseigner l'écriture numérique

Université Technologique de Compiègne

4-5 avril 2012

Centre Pierre Guillaumat 2 -  salle N 104

Programme du séminaire.

Télécharger le programme

Mercredi 4 avril.

_Théorie de l'écriture numérique.

9h. Accueil des invités.

9h15-9h30. Serge BOUCHARDON (UTC, Costech). Introduction du séminaire.

9h30-10h15. Stéphane CROZAT (UTC, ICS). Pour une théorie opérationnelle de lécriture numérique.

Pause

10h30-11h30.. Bernard STIEGLER (IRI). Ecriture numérique (salle 0249).

11h30-12h30.. Etienne CANDEL (CELSA, Gripic). Pédagogies de l'écrit : inscription et médiation dans le texte informatisé.

12h30-14h. Déjeuner.

_Expérimentations pédagogiques.

14h-14h45. Isabelle CAILLEAU (UTC, Costech). Transpositions pédagogiques de la théorie de lécriture numérique.

14h45-15h15. Sylvie BARRIER, Christelle SOSPEDRA-TESSIER (Collège La Fontaine, Crépy-en-Valois). Retour sur une expérience décriture collaborative.

Pause

15h30-16h15. Hélène BOURDELOIE (Université Paris 13, Labsic). Analyser les pratiques d'écriture numérique: questions théoriques et méthodologiques.

16h15-17h15. Thibaud HULIN (Université de Montpellier 2, Lirdef). Conception et évaluation d'un dispositif réflexif de formation à la culture numérique.

Jeudi 5 avril.

_Les possibles de lécriture numérique.

9h. Accueil.

9h30-10h30. Victor PETIT (UTC, Costech). Lécriture numérique, ou comment réconcilier lécole avec elle-même.

10h30-11h30. Gustavo GOMEZ MEJIA (CELSA, Gripic). L'écriture comme montage : regards sur la poétique industrielle des écrans du Web contemporain.

11h30-12h30. Christian FAURE (Ars Industrialis). Hello World ! Écrire pour des machines.

12h30-14h. Déjeuner.

14h-15h. Marie-Laure TRES GUILLAUME (Collège du Stade, Cournon d’Auvergne ; IUFM d’Auvergne, Université Blaise Pascal). De léducation au numérique à lhyper-enseignement dans les classes de collège.

15h-16h. Olivier LE DEUFF (Université de Bordeaux 3, Mica). Littératies et cultures numériques : lenjeu des compétences et des savoirs de lélève au chercheur.

Pause.

16h-17h. Claude BALTZ (Université Paris 8, Paragraphe). Trou noir au cœur de la nébuleuse SIC : y aller ou pas ?...

17h-18h. Jean-Christophe PLANTIN (UTC, Costech). L'écriture cartographique en ligne : les possibles du numérique pour un Web post-cyberspace.

Contacts :
Serge Bouchardon (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

et Victor Petit (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).

Argumentaire du séminaire

Lire la suite : Séminaire : Enseigner l'écriture numérique

Le Documentaire Algérien objet du patrimoine national ?

Le Documentaire Algérien objet du patrimoine national ?

Colloque projection

Université Paris 8

Laboratoire Paragraphe - CITU

 

Université Paris 8 - 2 rue de la Liberté - 93526 Saint-Denis cedex

Métro ligne 13, Saint Denis Université Amphi X

Programme

http://citu.fr/#projet_170_1

1er Jour : 9 mars

9:00 Accueil des participants

9:30 Ouverture officielle

9:50 Présentation du programme : Prof. K. Zreik et C. Compte

10:00 Conférence : L’Algérie dans le documentaire par (Mouloud Mimoun, Maghreb des films) Paris

10:30 Pause café

11:00 Projection : « Ça tourne à Alger » (56’), réalisation Salim Aggar, (2008) (Alger, Algérie)

12:00 Débat avec Salim Aggar

13:00 Déjeuner

14:Introduction de la 1ère session

14:15 – Conférence 1 : « Genèse et évolution du film documentaire en Algérie » par Mohamed Bensalah. (Université d’Oran Es-sénia. Algérie)

14:45-:Conférence 2 : « Les traces algériennes » par Natacha Cyrulnik .(Institut Ingémédia, Université du Sud Toulon-Var, France)

15:15 Projection « Les traces algériennes », (49’), réalisation Natacha Cyrulnik,(2011), (France).

16:10- Conférence 3 : « Fragments d'une mémoire collective à  sauver » par Brahim Hadj Sliman. (Oran, Algérie)

16:40 Pause café

17:00 Projection : «  L’Algérie de Gaulle et la bombe », (56’), réalisation Larbi Benchiha, (2010), (France)

18:00 Projection « Bir d’eau », (76’), réalisation Djamile Beloucif, (2011), (Genève. Suisse)

19:35 Débat avec Larbi Benchiha et Djamile Beloucif

 

 

 

2ème jour : 10 mars

10:00 Introduction de la 2ème session

10:10 Conférence 1: « La représentation de la femme algérienne dans le documentaire » par Salim Aggar . (Algérie)

10:40 Conférence 2 : « Intertextualité et construction de l’identité filmique au travers du cinéma de Tariq Tequia » par Vincent Sorrel. (Laboratoire GRESC, université Stendhal, Grenoble3)

11:10 Pause café

11:40 Projection : « Avant de franchir la ligne d’horizon », (64’), réalisation Habiba Djahnine (2010), (Béjaia. Algérie)

12:45 Débat avec Habiba Djahnine

13:00 Déjeuner

14:00 Introduction de la 3ème session

14:10 Conférence 3: « Le film kabyle : un tissage savant et subtil entre fiction et documentaire ? » par Frédérique Devaux Yahi. (Université de Aix-Marseille, France)

14:40 « Béjaia DOC : une expérience de pratique artistique et cinématographique » par Habiba Djahnine. (Béjaia Doc, Algérie)

15:10 Pause café

15:40 « Le documentaire algérien une trace patrimoniale ? » par Hafida Boulekbache. (Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis. Valenciennes, France)

16:10 Projection « L’Algérie la vie quand même », (46’), réalisation Djamila Sahraoui (2001), (Paris)

16:56 Projection : « J’ai habité l’absence deux fois », (23’), réalisation Drifa Mezaner (2011), (Alger, Algérie)

17:20 Débat avec Djamila Sahraoui et Drifa Mezaner.

18:00 Conclusions du colloque Khedidja Oulm

 

 

Vive la technologie! Atelier de recherche Lilith

Le 1er mars 2012

Chères, chers collègues, amis,

Vous êtes cordialement invités à participer à la présentation publique de l’ouvrage en cours de rédaction par le groupe d’étude Lilith, le 23 mars prochain de 9h30 à 13h dans les locaux du Clémi (391bis rue de Vaugirard 75015 Paris).

Après une courte présentation du groupe et de son bilan des deux années précédentes (voir ci-dessous), une introduction à la première version de l’ouvrage « Vive la technologie ! » sera faite.

Cet ouvrage est écrit collectivement par Anne Monjaret, Anne-France Kogan, Isabelle Le Bis, Béatrice Vacher, Yanita Andonova, Carsten Wilhelm et Naly Ravalison.

L’idée de ce livre est de transmettre les connaissances que nous avons acquises dans le cadre de nos recherches et qui nous amènent à porter un certain regard sur les technologies.

Cependant, nous ne voulons pas faire un nième ouvrage académique destiné aux chercheurs. Nous voulons vulgariser nos théories sans trop les simplifier, mais surtout montrer que des théories existent – et parfois depuis longtemps – qui nous permettent de mieux comprendre la relation entre l’homme et la technologie et donc notre quotidien !

Pour cela nous avons choisi un format inhabituel dans notre profession : nous racontons des anecdotes, puis, de ces histoires vécues émergent des questions, que nous éclairons alors avec des théories.

Quatre personnes viendront juger de l’avancée de notre travail pour nous aider à retravailler sur la forme, la cohérence, les incompréhensions encore présentes et le projet éditorial : deux chercheures (Syvie Chevrier et Valérie Lépine) et deux non scientifiques (Hélène Castonguy et Antoine d’Heygère).

 

Lilith

Téléchargez l'invitation : Invitation public atelier Lilith

Vous pouvez également consulter le bilan des travaux de notre atelier de recherche : Bilan atelier Lilith

Newspaper Digitization and Preservation: New Prospects.

The Bibliothèque nationale de France, the IFLA Newspaper Section and the IFLA PAC Core Activity will organize the


IFLA International Newspaper Conference 2012 in Paris
Bibliothèque nationale de France, Grand Auditorium
Quai François Mauriac, Paris
11-13 April 2012



Newspaper Digitization and Preservation: New Prospects.
Stakeholders, Practices, Users and Business Models



After New Delhi (2010) and Kuala Lumpur (2011), the next IFLA International Newspaper Conference will be held in Paris, at the Bibliothèque nationale de France, April 11-13, 2012. The Conference will take place during a major exhibition dedicated to the “History of the Newspapers in France” at the BnF.

The National Library of France (currently involved in a large scale newspaper digitization programme) and the IFLA Preservation and Conservation Core Activity (PAC, hosted by the BnF) are co-organizers of the event. The Conference aims to assess major ongoing mass digitization projects in Europe and throughout the world, undertaken by libraries, archives, newspaper publishers, and content aggregators. In addition to digitization projects, conference topics are: general digitization policies, web harvesting, legal deposit, editorial strategies, issues linked to long-term digital and physical preservation, new devices for access and distribution of digital content, as well as new and old business models.

Conference sponsors’ latest products and technologies will be on display in the Grand Auditorium foyer.


In “Le LABO” area of the BnF, conference attendees will be able to see and use the most up-to-date technologies and e-reading devices for news and digital newspapers online.   

Target group:
Librarians, archivists, news publishers, journalists, experts in media economics, digital and physical preservation experts, digital service providers, news and content aggregators, and producers of new electronic devices are invited and encouraged to attend.

Conference languages: English and French. Simultaneous translation will be provided.

Registration form and  Draftprogram are available on the Conference website .

Journée d'étude : Journalisme, recommandation et prescription culturelles

JOURNEE D’ETUDES

organisé par le GRIPIC (Celsa, Université Paris-Sorbonne)

et ELICO (Université de Lyon),

avec le soutien du REJ (Réseau d’études sur le journalisme)

Journalisme, recommandation et prescription culturelles

Le 31 mai 2012 à Lyon, à l’ENSSIB

 

Dans le prolongement du colloque organisé à Paris les 24 et 25 mai 2012 cette journée de rencontres internationales sera l’occasion de s’interroger sur le rôle des journalistes, intermédiaires et prescripteurs traditionnels de la culture qui contribuent à construire, diffuser voire imposer les normes du jugement culturel dans la société.

 

Pour découvrir l’univers foisonnant et complexe de la culture, le public s’en remet souvent aux avis et conseils formulés par l’entourage, avec lequel les individus partagent une communauté de vues et de valeurs. À cela il faut ajouter les jugements d’intermédiaires experts parmi lesquels les journalistes jouent un rôle essentiel. Les expériences culturelles des individus ont donc à voir avec les goûts partagés avec les uns ainsi qu’avec la confiance accordée à l’expertise des autres.

C’est dans ce cadre et que l’on interrogera les acteurs et les formes de prescriptions culturelles à l’heure de l’Internet. Ce questionnement est particulièrement crucial aujourd’hui, alors que les recommandations de l’entourage ou d’individus anonymes accèdent à une nouvelle visibilité avec l’essor des sites et plateformes du web « participatif ». Ainsi, le succès de certains blogs dits influents, de plateformes comme Facebook ou Twitter et peut-être bientôt de Google+ invite à repenser les mécanismes par lesquels s’élaborent l’expertise et la confiance. Assiste-t-on à un déplacement du pouvoir des médiateurs traditionnels vers les amateurs, les praticiens peu reconnus, les « amis » ou autres « fans » présents sur le web ? Devons-nous admettre qu’une frange du public tend à produire par et pour lui-même une forme d’expertise, s’appuyant peut-être sur de nouveaux critères ? Ou bien, à l’instar de Françoise Benhamou, faut-il considérer que dans le domaine culturel, le sentiment que le public tranche est trompeur dans la mesure où celui-ci est dépendant des critiques et de l’impact médiatique des œuvres ? Donner son avis, voter, liker… ces opérations permettent-elles de construire un jugement culturel et des références partageables ou sont-elles de nouveaux artefacts marketing qui instrumentalisent le « jugement ordinaire » des individus sur le web ? Et enfin, les possibilités offertes par l’internet modifient-elles les pratiques des journalistes eux-mêmes, qui disposent de nouveaux espaces d’énonciation moins restreints et moins contraints (temps, fréquence, taille) que ceux des médias traditionnels ?

 

 

1. Les acteurs du champ littéraire : continuités, déplacements et interactions

Si les travaux de Rémy Rieffel ont bien montré l’interpénétration entre le milieu des médias et celui des intellectuels ainsi que la manière dont les journalistes ont, depuis vingt ans, court-circuité les intellectuels dans la création/diffusion des messages culturels ; qu’en est-il aujourd’hui ? De quelle manière les sites d’actualité culturelle, les forums, les blogs et les plateformes des réseaux sociaux numériques font-ils évoluer le champ de l’information culturelle ? Comment se répartissent les rôles, comment se tissent les liens entre les différents acteurs qui établissent et imposent les canons du jugement culturel dans la société ? Comment se construit l’expertise, comment s’établit sa reconnaissance ? Quels sont les critères de légitimité pour produire jugements et prescriptions ?

 

2. Les formes de recommandations et de prescriptions littéraires

Yves Jeanneret parle de « trivialité des êtres culturels » pour souligner la mobilité, la plasticité des productions et discours culturels. Mais de quelle manière les espaces numériques interviennent-ils sur les modalités d’expression, de partage, d’échange et de circulation des appréciations comme des productions culturelles.

Entre praticiens, institutions, experts, amateurs, consommateurs ou usagers, comment se négocie la visibilité, la reconnaissance ou l’influence ? De quelles manières les dispositifs numériques informent-ils la production de jugements sur la culture ? Si commenter, voter, noter, partager constituent des actions permises et sollicitées par les sites web, dans quelle mesure cela peut-il interférer avec le travail critique des journalistes et autres « gate-keepers » de la culture ?