Evénement - Journée de recherche « Regards croisés sur l’expérience. Diffusion et aventure interdisciplinaire d’un concept »

Journée de recherche

« Regards croisés sur l’expérience. Diffusion et aventure interdisciplinaire d’un concept »

Jeudi 31 Janvier 2019

MSHS - Université de Poitiers

 

Affiche_expérience3.png

 

Arguments

 « L’expérience » est aujourd’hui un thème de recherche central pour analyser les pratiques des acteurs des marchés des biens et des services et leurs interactions. Tant du côté de la demande des consommateurs que du côté des offres des producteurs et des commerçants, année après année, la littérature en sciences de gestion, et en marketing plus spécifiquement, s’enrichit de dizaines de nouveaux travaux et de contributions originales.

A l’échelle mondiale, le marketing expérientiel est même devenu une sous-spécialité autonome du marketing, pour synthétiser les connaissances sur les expériences des consommations marchandes et celles suscitées par le commerce sous toutes ses formes, tant physiques que numériques (Roederer et Filser, 2015).

L’objectif de cette journée de recherches interdisciplinaires de la MSHS de Poitiers n’est pas d’ajouter quelques études partielles de plus au déjà considérable corpus du marketing expérientiel. A l’inverse il s’agit de susciter « des regards croisés » de différents spécialistes des sciences humaines et sociales pour interroger le concept même « d’expériences ».

En effet, les savoirs touchant à la dimension « expérientielle » de la condition humaine ne sont pas l’apanage du seul marketing. De nombreuses disciplines développent leurs propres points de vue théoriques et méthodologiques sur la conceptualisation de l’expérience du sujet parlant et socialisé, donc en mesure de la retraduire en langage au sein d’une communauté de partages intersubjectifs.

Parmi toutes les sciences humaines dont la recherche en marketing aurait sans doute les plus grands profits à tirer de leurs avancées, on citera la phénoménologie issue des travaux de Husserl et de Merleau-Ponty, dont Alfred Schütz a montré l’heuristique pour la sociologie et le marketing en particulier ; la sociologie interactionniste depuis Goffman et Becker, jusqu’aux , « grammaires de l’individu » contemporaines (Martuccelli) ; les sciences cognitives qui fondent l’émergence de la pensée rationnelle sur les émotions et les sentiments (Damasio, Dehaene, Naccache,..), la sémiotique greimassienne et post greimassienne qui conditionnent le sens des langages aux possibilités de modélisations du monde sensible. (Greimas, Fontanille, Bordron, Groupe Mu,..). Ces références ne sont pas exhaustives et ne visent qu’à ouvrir des perspectives relativement délaissées par le marketing actuel.

Cette journée d’échanges vise à examiner l’intérêt de traduire certaines de ces conceptualisations et de ces axiomatiques épistémologiques dans les problématiques de l’expérience marchande telles qu’elles sont posées aujourd’hui.

 

Sur un plan pratique, il s’agirait non de résoudre, mais au moins de poser de façon ouverte et sans à priori les questions suivantes : (à titre d’exemples)

(i) qu’est-ce qu’une expérience dans la chaine d’une pratique marchande, définie et décrite dans sa continuité depuis la prise de connaissance de l’offre jusqu’à la consommation-utilisation de l’objet de la transaction ?

(iii) Peut-on isoler l’expérience du sujet, individuelle, de son appartenance à une communauté culturelle intersubjective, elle-même toujours divisée en plusieurs niveaux pertinents ?

(iii) Sur quels types d’objets, tangibles et intangibles, portent l’expérience du sujet (individuel ou collectif) ? (Produits, produit marqué, marques, lieux de transactions, lieux de consommation/utilisation, l’expérience du consommateur, adulte ou enfant, seul ou en famille, du spectateur audiovisuel, du visiteur d’un musée à travers différents canaux etc.)

 

Vous trouverez ci-joint le programme détaillé de la journée ainsi que diverses informations pratiques.

 

 

Attachments:
Download this file (Programme - 31 janvier 2019.pdf)Programme - 31 janvier 2019.pdf[ ]1351 kB